France Dimanche > Actualités > Angèle : La jolie blonde qui monte !

Actualités

Angèle : La jolie blonde qui monte !

Publié le 4 juillet 2019

Célèbre depuis seulement un an, Angèle, cette artiste Belge de 23 ans, capte toutes les attentions. Portrait d’une pépite de talent.

Ce 14 mai, le soleil inonde le tapis rouge du Festival de Cannes. Dans le brouhaha qui accompagne l’arrivée de chaque artiste, un nom se distingue parmi les autres. « Angèle, Angèle ! » hurlent les photographes à l’attention d’une jeune femme à la chevelure blonde et au visage juvénile. Un discret sourire aux lèvres, la chanteuse s’avance pas à pas vers les célèbres marches qu’elle s’apprête à monter pour la toute première fois. Pour cette 72e édition, c’est elle qui a été choisie pour chanter lors de l’ouverture des festivités. Une prestation qui fait office de consécration pour celle qui est passée de l’ombre à la lumière en seulement une année. Mais qui est donc cette jeune artiste belge dont le nom est sur toutes les lèvres ? 

Tout oublier, La thune, Balance ton quoi…, vous avez, sans aucun doute, déjà entendu ses tubes qui inondent les ondes des radios françaises. Phénomène incontournable depuis la sortie de son premier album Brol en octobre 2018, cette artiste est en passe de devenir une icône intergénérationnelle. Son disque a d’ailleurs été adoubé par les Victoires de la musique qui lui ont remis le prix de l’album Révélation de l’année en février dernier.

C’est pourtant dans les troquets de la capitale de son pays natal, Bruxelles, qu’elle débute. Seule derrière son piano classique qu’elle manie depuis ses 5 ans, elle enchaîne les reprises. L’une d’entre elles, Bruxelles de Dick Annegarn, lui permet d’accéder à un semblant de notoriété en se rependant sur la toile comme une traînée de poudre. Puis, son frère Roméo Elvis, l’étoile montante du rap français, lui propose de faire un duo dans son titre J’ai vu, sorti en 2017. Une collaboration déterminante qui marque le début de sa fulgurante ascension.

Si elle chante désormais à guichets fermés dans tous les Zéniths de France, Angèle conserve pourtant une part de simplicité. « Elle a les pieds sur terre », assurait son frère pour Les Inrockuptibles en 2018. Une caractéristique indéniable qu’elle doit à son histoire. Avant d’être la sœur d’un chanteur français, la jeune fille est « fille de ». Benjamine de deux stars en Belgique, le chanteur Marka et l’humoriste Laurence Bibot, ce joli minois – comme elle déteste qu’on la surnomme – a toujours connu la célébrité. « Mon éducation [lui] a martelé de garder les pieds sur terre. [Elle a] vécu avec leur papa qui a eu des hauts et des bas ! […] Elle [a] vu tout ça chez [moi] », expliquait d’ailleurs Marka, de son vrai nom Serge Van Laeken, pour Sudpresse. Un héritage artistique qui lui vaut d’avoir baigné dans le monde de la musique dès sa plus tendre enfance. Plus jeune, elle accompagnait son père de concert en concert. « Elle a tourné deux ans avec moi et a vu comment je faisais. On a fait des tout petits bistrots, puis de plus grosses salles, de grands festivals, et on a joué au Japon, en Amérique centrale », raconte ce dernier. 


Une vie d’artiste qui ne l’a pas empêchée d’être comme toutes les petites filles qui écoutent en boucle leur artiste préférée dans leur chambre. « J’ai beaucoup de respect pour Hélène Ségara, mais je l’ai énormément subie parce qu’Angèle avait sa chambre à côté de la mienne… », raconte son frère dans l’émission Boomerang d’Augustin Trapenard, avec une pointe d’humour. « C’est une grande artiste. Je l’ai découverte dans Notre-Dame de Paris quand je commençais à jouer au piano. J’ai écouté ce disque pendant des mois et des mois, puis j’ai découvert ses albums. Ça a été une révélation. Je connais encore tout par cœur », aime à préciser la jeune Belge. À force de le répéter dans tous les médias, la jolie blonde est d’ailleurs parvenue à capter l’attention de la principale intéressée qui est montée sur la scène de l’Olympia avec elle en mars dernier.

Si aujourd’hui, la lumière d’Angèle et de son frère Roméo Elvis ombre quelque peu la carrière de l’interprète de Pour un flirt avec moi et de son épouse connus uniquement dans le pays plat, ces derniers sont loin de cultiver une quelconque jalousie. Au contraire ! « Des frères ou des sœurs qui réussissent dans le même groupe, ça a existé, analyse Marka pour nos confrères belges. Mais un frère et une sœur qui ont ainsi un succès simultané chacun de leur côté, c’est incroyable. On est comblés et on a beaucoup de chance. » Et d’ajouter : « Je suis très étonné, comme tout le monde dans la famille d’ailleurs, que le succès continue à grandir à ce point. »

Un succès retentissant, source de bonheur pour la jeune chanteuse, mais qui n’allège cependant pas la douleur d’une séparation avec l’être aimé. Après un an de relation avec Léo Walk, le danseur de Christine and The Queens, Angèle vient de vivre une rupture difficile, d’autant plus que les deux gens mêlaient amour et travail. La jeune artiste lui doit notamment la réalisation du clip Tout oublier. Si cette situation douloureuse la plonge dans une période sombre, Angèle saura, on l’espère, rebondir, et se reconstruire en retrouvant la lumière qui illumine sa vie. 

Julia NEUVILLE

À découvrir