France Dimanche > Actualités > Anne-Claire Coudray : "Une souffrance sourde !"

Actualités

Anne-Claire Coudray : "Une souffrance sourde !"

Publié le 28 novembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

La journaliste de TF1 Anne-Claire Coudray vit actuellement une épreuve indicible qu'elle ose enfin exprimer à demi-mot…

Cinq ans déjà que la journaliste aux yeux clairs est à la tête du JT du week-end de TF1. Au fil du temps, Anne-Claire Coudray a su y imposer son style fait de simplicité et d'empathie. Devenue très populaire, la présentatrice de 43 ans n'en a pas été grisée pour autant. « J'aime parler à tout le monde, a-t-elle ainsi confié à TV Grandes Chaînes. Quand je suis arrivée au JT, j'avais 38 ans et une vie de journaliste de terrain derrière moi. Je ne me voyais pas être une star dans une tour d'ivoire… Quand je suis au supermarché, il arrive souvent que l'on m'aborde pour parler de l'actualité avec moi. J'adore ça ! »


Seulement voilà. Le confinement annoncé par Emmanuel Macron le 28 octobre dernier a totalement changé la donne. Plus question pour cette femme chaleureuse qui se dit « très tactile » d'échanger durant ses courses avec les téléspectateurs, en touchant comme elle avait tendance à le faire, les bras de ses interlocuteurs.

Si elle sait que le respect des gestes barrières reste essentiel pour contenir l'épidémie, cette nouvelle façon de se comporter ne l'enchante guère. « Ça m'attriste de voir cette société où tout le monde a peur de tout le monde et se demande qui va le contaminer. »

Ce constat désolant l'a fait aborder un sujet sensible qui occupe en ce moment toutes ses pensées : le cas de Jeanne, sa grand-mère de 93 ans, confinée à Locmariaquer, dans le Morbihan. Très proche d'elle depuis l'enfance, la journaliste née à Rennes a du mal à supporter cet éloignement imposé par la situation sanitaire.

« J'ai grandi à deux minutes de chez elle ; elle m'a appris tellement de choses ! », a-t-elle raconté, non sans émotion. Même si elle a rendu visite à Jeanne il y a un peu plus de deux semaines, le manque de sa présence si réconfortante est déjà cruellement ressenti.

« Heureusement, j'y suis allée il n'y a pas longtemps, avant le reconfinement. J'ai fait un test Covid, car je revenais des États-Unis et j'étais négative. Je me suis donc permis d'aller lui faire un petit bisou. »

Privée de cette aïeule au grand âge, Anne-Claire doit lutter pour ne pas se laisser envahir par des pensées très sombres. « C'est dur de devoir accepter de ne pas voir des êtres qui nous sont chers et ne seront pas là éternellement… C'est une souffrance sourde que beaucoup de Français commencent à exprimer… », a-t-elle dit avec tristesse.

Ne reste plus à cette petite-fille si dévouée qu'à attendre la levée du confinement prévue le 1er décembre, afin qu'elle retrouve avec bonheur sa grand-mère chérie qui lui aura tant manqué…

Valérie EDMOND

À découvrir