France Dimanche > Actualités > Anne-Elisabeth Lemoine : Tyrannisée par son père !

Actualités

Anne-Elisabeth Lemoine : Tyrannisée par son père !

Publié le 1 février 2019

Aux commandes de “C à vous”, sur France 5, Anne-Elisabeth Lemoine est surveillée par son exigeant papa ! Une pression qu’elle a aussi subie avec Marc-Olivier Fogiel…

Son émission a réalisé un très beau score d’audience, le 5 décembre dernier, avec 8,1 % de part de marché, devant Quotidien, sur TMC, et Touche pas à mon poste ! sur C8, diffusés à la même heure… Une belle récompense pour la pétillante Anne-élisabeth Lemoine qui, chaque soir, reçoit à sa table des invités issus des univers les plus divers !

La journaliste, diplômée du Celsa (Centre d’études littéraires et scientifiques appliquées) de la Sorbonne, s’impose en effet comme une hôtesse hors pair depuis qu’en septembre 2017, elle a repris les commandes de C à vous, en remplacement de sa consœur, Anne-Sophie Lapix, partie présenter le JT de France 2.

Il faut avouer que cette grande professionnelle des médias, âgée de 48 ans, a, comme on dit, « de la bouteille » ! D’abord chroniqueuse, puis joker de la présentatrice vedette, Anne-élisabeth a réussi tout naturellement à faire aimer son style décontracté, son écoute bienveillante mais aussi ses gaffes et ses fous rires : « Je suis d’un tempérament assez joyeux, a-t-elle confié dans Elle en 2017. J’ai assez d’autodérision pour accepter qu’on se foute de moi. Je viens d’une famille nombreuse et le sens de l’humour permet d’exister quand on n’est ni l’aînée ni la benjamine. »


Le sens de l’humour ne lui fait en effet jamais défaut… Mais si cette arme de dérision massive lui permet de désamorcer bien des situations périlleuses, l’énergique blonde se retrouve sans ressource dès lors que son père se mêle de son travail ! Ce fonctionnaire d’origine lorraine, qui a passé son bac par correspondance et a réussi le concours de l’éna en interne, ne manquant aucune de ses émissions, veille au grain : « Pour lui, la presse, c’est Le Monde, point, vient d’expliquer la journaliste à Paris Match. Donc il est d’une exigence impérieuse. “OK, tu fais de la télé, mais…” Attention à ne pas le décevoir ! Chaque matin, avant la conférence de rédaction, il me demande qui on va recevoir, il est branché sur les chaînes d’info, il a ses idées d’invités… souvent superbonnes ! […] Si je ris trop fort ou si je m’affale un peu, il réagit au quart de tour. »

Ce contrôle permanent de M. Lemoine père sur le travail de sa fille aurait pu donner des sueurs froides à l’animatrice à chacun de ses passages à l’écran, et peut-être même lui instiller l’envie de jeter l’éponge et de partir élever des chèvres à l’autre bout de la terre ! Mais depuis dix-huit ans qu’elle officie à la radio comme à la télé, cette force de la nature en a vu d’autres, et sans conteste de bien pires.

Si, toujours dans les pages de notre confrère, elle avoue sans honte : « Je suis le doute personnifié ! Hypersensible ! », l’ex-chroniqueuse de RTL et de France Inter se souvient aussi de ce qu’elle a subi lorsqu’elle travaillait au côté d’un homme, peut-être encore plus tyrannique que son papa : « J’ai été formée à l’école Marc-Olivier Fogiel qui disait les choses de façon brutale, poursuit Anne-élisabeth. à la dure. Il m’a sorti des phrases qui m’ont fait vaciller, confie-t-elle aussi. Je pleurais beaucoup. Pourtant, j’avais près de 30 ans et une expérience à RMC. J’aurais pu refuser, partir. Je me suis dit : si tu tiens bon, tu vas apprendre et, en plus, tu vas être plus forte. »

Bien lui en a pris ! C’est en effet cette collaboration de pas moins de sept ans, tant sur le petit écran que sur les ondes de RTL et de France Inter, qui a permis à la maman d’Arthur, 14 ans, et Vasco, 5 ans, de s’endurcir et de prendre suffisamment confiance en ses capacités pour accepter de présider le dîner quotidien de sa chaîne. Seule ombre au tableau pour celle qui passe toutes ses soirées, du lundi au vendredi, dans les locaux de France 5 : difficile de conjuguer son rôle de mère et sa vie de journaliste passionnée.

Elle qui, à une époque de son existence, a choisi de ne plus partir en reportage afin d’être le plus souvent possible auprès de ses enfants, avoue qu’allier son métier à ses devoirs de maman s’apparente à un véritable numéro d’équilibriste : « Entre ma vie de famille et ma vie de télé, j’ai une organisation militaire. C’est cadré, pensé des semaines à l’avance… Quand je rentre, tout le monde est couché. C’est dur. Mais les moments qui leur sont réservés, ce n’est pas négociable. Et j’ai la chance d’avoir un homme, Philippe, qui partage les tâches. »

Ce compagnon, un architecte, le papa de son deuxième fils, permet à « Babeth » de garder les pieds sur terre et de ne pas trop prendre la grosse tête : « Philippe m’a toujours soutenue, explique-t-elle. Mais il refuse de voir la télé entrer dans sa vie sociale. Beaucoup de ses collègues ignoraient que j’étais sa femme. » D’ailleurs, son cher et tendre ne regarde jamais son émission en direct ! Pas parce qu’il ne l’aime pas, loin de là… En fait, à cette heure-là, monsieur s’occupe tout simplement des enfants ! On dit souvent que derrière chaque grand homme, il y a une femme. Il faut croire que dans le couple d’Anne-élisabeth Lemoine, c’est tout le contraire…

Clara MARGAUX

À découvrir