France Dimanche > Actualités > Anne Sinclair : Le cauchemar recommence !

Actualités

Anne Sinclair : Le cauchemar recommence !

Publié le 21 mars 2014

Dans la bande-annonce de “Welcome to New York”, le film d’Abel Ferrara inspiré de l’affaire DSK, les images extrêmement crues, à la limite du � pornographique �, retracent la terrible épreuve que la journaliste avait tout fait pour oublier…

« Do you know who I am ? » (« Tu sais qui je suis ? »), demande un homme avec un fort accent français, avant qu’un taxi new-yorkais ne s’arrête devant un immeuble. Très vite, au son d’une musique obsédante, amplifiant l’impression de danger imminent, s’élèvent des cris de femmes que l’on torture derrière une porte, puis, dans le noir, viennent des râles de plaisir qui ne laissent aucun doute sur ce qu’il se passe.

Dans cette atmosphère sombre, inquiétante, des scènes d’orgies sexuelles s’enchaînent, crues, explicites, choquantes, montrant sans équivoque des individus sous l’emprise de drogue et d’alcool avec des prostituées qui ne semblent pas toujours consentantes. Une déferlante d’images montées au centième de seconde jusqu’à cet instant final où l’homme que l’on a entendu tout au long de la séquence sort de la salle de bains de sa chambre d’hôtel, nu sous une large serviette, et tombe sur une femme de ménage afro-américaine…

Cover 3525
Ces trois minutes, qui mettent KO et dont nous ne vous livrons que quelques moments, on vient de les découvrir au cinéma et sur Internet. Elles constituent l’une des premières bandes-annonces du prochain film d’Abel Ferrara, qui devrait sortir bientôt et dont vous aurez sans nul doute reconnu le sujet… Welcome to New York, avec Gérard Depardieu et Jacqueline Bisset, nous replonge au cœur de la fameuse affaire DSK qui, en mai 2011, a laissé le monde entier paralysé de stupeur et fait vivre à Anne Sinclair le pire des cauchemars. Un cauchemar que, trois ans plus tard, la journaliste revit sûrement très brutalement en voyant défiler ces séquences chocs !

Enfer

Souvenez-vous, le matin du 15 mai 2011, on apprenait que celui qui était encore président du FMI était accusé d’agression sexuelle sur la personne de Nafissatou Diallo dans la suite 2806 du Sofitel de New York. Aux premiers jours de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, la journaliste avait refusé de donner foi à l’insupportable vérité : « Je ne crois pas une seule seconde aux accusations qui sont portées contre mon mari, avait-elle déclaré dans un communiqué du 16 mai. Je ne doute pas que son innocence soit établie. »

Bien que touchée et très abattue par le coup dur que son époux lui fait vivre, la forte et courageuse Anne se bat comme une lionne pour le sortir du bourbier dans lequel il les a mis. Debout à ses côtés, elle encaisse et pardonne. Pour protéger et défendre celui auquel elle a uni sa vie pour le meilleur et pour le pire, et qui lui a, depuis vingt ans, bien trop souvent fait endurer le pire, justement…

Ces longs mois qui ont suivi le séisme de l’incarcération de son homme, elle les a passés auprès de lui, arborant à la face du monde le visage digne, presque figé dans un sourire perpétuel, d’une femme qui a accordé son pardon, encore et toujours, mais qui sait au fond d’elle que ce sera la dernière fois…

De fait, en août 2012, Anne Sinclair annonce être séparée de Dominique Strauss-Kahn. Usée, meurtrie par cette trop longue année de souffrances, à monter des remparts autour de lui, l’ex-présentatrice de 7 sur 7 a, en quelque sorte, raccroché les gants. Divorcée en mars 2013, la journaliste a décidé de repartir de zéro, de laisser derrière elle la fange et la boue que le comportement de son ex-mari n’a hélas pas manqué de faire rejaillir sur elle.

Une façon claire et nette de dire à tous ceux qui en doutaient que, désormais, DSK n’aura plus jamais rien à voir avec Anne Sinclair… La fin d’une histoire dont l’épilogue n’aura que trop duré.

Mais, alors qu’elle se croyait enfin débarrassée de cet enfer qui l’a tant fait souffrir, voilà qu’un cinéaste américain décide de faire ressurgir le passé ! On comprendrait aisément qu’elle fasse tout ce qui est en son pouvoir pour s’opposer à la sortie de ce film d’Abel Ferrara, qui remet si cruellement sur le devant de la scène la probable addiction au sexe de son ex-mari et certains des moments les plus douloureux de son existence…

Alors que la date de sortie du film n’a pas encore été communiquée (on « parle » du Festival de Cannes), le réalisateur new-yorkais se plaignait tout récemment de pressions supposées de la journaliste à l’encontre de son long-métrage : « Elle essaie encore de bloquer le film, a-t-il déclaré. Peut-être qu’elle y parviendra. »

Le biopic, tourné en 2012, rencontre en effet certaines difficultés de distribution que le réalisateur indépendant attribue à Anne Sinclair : « C’est elle qui a l’argent, tonne-t-il. Comment est-il sorti de prison ? Comment l’affaire a-t-elle été classée ? Comment t’expliques que l’on n’ait pas eu un rond de la France pour faire ce film ? »

Et d’ajouter, en insinuant que la petite-fille de marchands d’art parisien aurait œuvré en coulisses pour empêcher son film de voir le jour : « Les banques sont gérées par son crew [clan, ndlr]. » Des mots terribles, doublés d’accusations intolérables, que la malheureuse n’a décidément pas méritées après tout ce qu’elle a déjà supporté…

Clara Margaux

À découvrir

Sur le même thème