France Dimanche > Actualités > Anne-Sophie Lapix : Une horrible agression !

Actualités

Anne-Sophie Lapix : Une horrible agression !

Publié le 11 avril 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Anne-Sophie Lapix

Anne-Sophie Lapix, la présentatrice du JT de France 2 n’avait jamais été victime auparavant d’une telle violence…

Quand on accepte d’entrer dans le salon des Français chaque jour, à la même heure, pour leur exposer où en est le monde, on s’attend certainement à ce que cette présence puisse provoquer des réactions. Anne-Sophie Lapix le savait à l’évidence, elle qui, après avoir été aux commandes d’un journal télévisé sur Canal Plus, avait fait les beaux jours de l’émission C à vous, diffusée sur France 5. Mais depuis 2017, date à laquelle a succédé à David Pujadas au 20 heures de France 2, elle est plus exposée que jamais aux regards et aux remarques de toutes sortes, vu la popularité de l’émission dont elle est la figure de proue.

Mais si elle devait s’attendre à être critiquée par certaines personnes de son large public, la pauvre journaliste n’aurait sans doute jamais imaginé devenir la cible d’un tel concentré de violence et de haine… 

Pourtant, il y a quelques jours, elle a été victime d’une terrible agression qui l’a profondément marquée, et qui lui laissera sans doute des traces durables. Au point qu’à l’issue de cet effroyable épisode, elle a pris une décision radicale, qui a beaucoup peiné tous ceux qui l’aiment…

Que s’est-il donc passé pour que la jolie blonde se retrouve au cœur de tant de violences ?

Eh bien, tout simplement, elle a fait son métier. Son métier de journaliste, qui, le 17 mars dernier, interrogeait le Premier ministre de notre pays sur les questions essentielles liées à la pandémie du coronavirus qui nous touche aujourd’hui. Un sujet grave, qui nécessitait d’entendre toutes les précisions et explications que pouvait apporter Édouard Philippe.


Comme l’impose le confinement décidé quelques heures plus tôt ce mardi, le Premier ministre a répondu en duplex aux questions d’Anne-Sophie Lapix, en direct de Matignon, alors que la journaliste se trouvait dans les locaux de sa chaîne. Mais, étonnamment, ce ne sont pas les mesures, particulièrement drastiques, de confinement, absolument nécessaires pour tenter de contenir la propagation du virus, qui ont fait réagir, mais l’attitude d’Anne-Sophie !

En effet, en quelques minutes, un déferlement de commentaires méchants, odieux, critiquant absolument tout et son contraire chez la journaliste, a commencé à envahir Twitter ! En substance, on lui reproche tout autant d’être « à la solde » du gouvernement, que son « sourire ironique » face à Édouard Philippe… « Faire de la polémique en période de crise sanitaire, autre forme d’incivisme », écrit une certaine Laurine. « Elle semble être pressée de poser ses questions mais pas d’entendre le Premier ministre répondre en argumentant… Vraiment pénible », a tweeté Olivier.

Et les odieux messages sont encore montés en gamme : « toujours aussi imbuvable », « espèce de conne », « pseudo-journaliste qui déshonore la profession par son irrespect et son parti pris ! », « la pire journaliste de France », « Rarement vu quelqu’un d’aussi insupportable », « Une honte ! », « à vomir ! »…

Ce 17 mars, l’ennemi à abattre n’était, semble-t-il, plus le Covid-19, mais Anne-Sophie Lapix ! L’on aurait dit que cette femme avait, ce soir-là, concentré toutes les angoisses et les peurs générées par l’épidémie sur sa seule personne. Elle a beau être blindée en matière de méchanceté, vu sa longue carrière à la télévision, Anne-Sophie est avant tout un être humain. Sa carapace, pourtant bien épaisse, n’a pas résisté à l’agression ! Profondément touchée par ces attaques, elle s’en est ouverte à nos confrères du Parisien. « J’ai reçu un torrent de bouse sur les réseaux sociaux ! » a-t-elle avoué, « sidérée »… Face à cet acharnement, elle a pris la décision de fermer purement et simplement son compte Twitter !

Elle a aussi rappelé, pour justifier son attitude le soir du 17 mars, que les circonstances très particulières d’un duplex, dans lesquelles s’était déroulée l’interview du Premier ministre, avaient rendu son travail difficile : « Dans ces conditions, c’est compliqué de couper son interlocuteur. On se sent un peu coincé… Avec le décalage du son, ce n’est jamais un exercice facile, ni pour l’un ni pour l’autre. »

Ce qui n’est certainement pas facile non plus, c’est de devoir, à l’instar de tous ces femmes et hommes courageux : médecins, infirmiers, caissiers, commerçants, livreurs, etc, sortir de chez soi pour se rendre sur son lieu de travail en cette période. Bien sûr, il n’est pas question de comparer le métier de journaliste à celui d’urgentiste, mais pour Anne-Sophie aussi la vie a changé depuis ces jours derniers. Son JT a été rallongé de 20 minutes pour traiter de la pandémie. Elle a bien ressenti le caractère gravissime des événements et l’angoisse monter chez le public. Or, même si les audiences explosent, ce n’est pas une raison pour insulter de la sorte cette mère de deux enfants de 16 et 18 ans…

Elle a pourtant tenu à continuer à assumer ses fonctions, pour donner aux Français l’information dont ils ont besoin, aujourd’hui plus que jamais. Quoi qu’il lui en coûte. Comme, avant elle, sa consœur Claire Chazal en 2013, qui, après avoir reçu sur elle le contenu d’un seau rempli d’excréments et d’ammoniaque, avait repris sa place au JT de TF1…

Laurence PARIS

À découvrir