France Dimanche > Actualités > Anthony Delon : "Ma mère était le dernier pont avec un passé heureux !"

Actualités

Anthony Delon : "Ma mère était le dernier pont avec un passé heureux !"

Publié le 5 février 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Nathalie Delon, la seule femme que le Samouraï ait épousée, a été emportée par un cancer fulgurant. Son fils Anthony raconte ses derniers instants déchirants…

Triste jour d'hiver que ce 26 janvier pour Anthony Delon et les siens… Triste et sombre, cet adieu qu'il a dû faire à sa mère, lors d'une courte cérémonie religieuse qui s'est tenue en l'église de Saint-Germain-des-Prés, à Paris, cet après-midi-là.


Certes, l'acteur de 56 ans était bien entouré : sa fiancée, la comédienne Sveva Alviti, était là, ses filles, Lou et Liv, ainsi que leur mère, Sophie Clerico, et son jeune frère, Alain-Fabien. Anouchka était, elle, venue spécialement de Suisse pour soutenir son grand frère, et il y avait aussi la chanteuse Dany, Muriel Robin et sa compagne Anne Le Nen, et Nathalie, la première fille de la défunte, née d'un précédent mariage.

Mais dans cette mince assemblée, masquée en raison de l'épidémie de coronavirus, une personne chère au cœur d'Anthony brillait par son absence. Alain, son père, totalement dévasté par la mort de celle qui était devenue au fil des années sa meilleure, sa dernière amie, n'a pas eu le courage de se rendre aux obsèques et de venir lui faire cet ultime au revoir.

Malgré les supplications de son fils, le Samouraï solitaire est resté muré dans sa peine, reclus dans sa maison de Douchy. Comme vient de le confier Anthony Delon dans Paris Match, les deux anciens amants s'étaient vus une ultime fois, quelques jours à peine avant que la malade ne rende son dernier souffle, le 21 janvier 2021 : « Je les ai pris en photo et, ensuite, c'est ma fille qui nous a pris tous les trois. Ils se sont quittés, comme s'ils allaient se revoir. » Mais, pour son plus grand malheur, le monstre sacré du cinéma français n'a plus jamais revu les beaux yeux de Nathalie… Lui qui n'a cessé de voir partir les femmes qu'il a aimées, Romy d'abord, et Mireille Darc, il y a à peine deux ans et demi, a lâché la main de la seule de ses compagnes qui ait porté son nom.

Avec la disparition de cette « lionne dans un corps de moineau », ainsi que la décrit son fils aîné dans les pages de notre confrère, le monde s'est écroulé pour l'acteur de 85 ans dont la santé est très fragile : « Ces cinq dernières années, ils se voyaient beaucoup, a aussi confié Anthony dans Paris Match. […] Ma mère restait la dernière personne proche qui avait vécu l'époque mythique, ce monde d'hier auquel il s'accroche et dont il parle sans cesse. […] Ma mère était un roc. Elle le rassurait. C'était son mur porteur. Quand il a été hospitalisé après son attaque, elle a été très touchée. Elle allait le voir tous les jours à la Pitié-Salpêtrière, c'était presque trop. Je sais que, pour lui, sa disparition est très difficile : elle était le dernier pont avec un passé heureux. » Et cette femme forte a regardé la mort en face sans jamais flancher, mais est hélas tombée avant lui…

« Quand ma mère a appris en novembre 2019 qu'elle était atteinte d'un cancer du pancréas, j'étais à ses côtés, raconte Anthony. Elle s'est tournée vers moi et a dit : “J'ai 78 ans, je me suis éclatée, et je ne veux pas décrépir à coups de chimio, me regarder mourir”. Je pensais que cela valait la peine d'essayer un traitement, alors elle l'a fait, pour nous, en bon petit soldat : trois séries de chimiothérapie, et une série de rayons. Ça s'est arrêté fin juillet. »

Ces efforts n'ont pas réussi à enrayer la course du mal qui détruisait sa chair : « Le 15 décembre, nous avions rendez-vous avec le médecin pour faire le point. Ma mère lui a demandé d'être cash. Le cancer s'était généralisé. “Combien de temps à peu près ?” a-t-elle demandé. Il a répondu : “quelques semaines, peut-être quelques mois, à condition d'une légère intervention”. Elle n'a pas voulu. On s'est levé. On s'est barré. C'était violent. On venait de lui annoncer qu'elle allait mourir, et, elle me l'a confié après, sa première pensée a été : “Merde, Anthony est là, il a tout entendu.” Elle me protégeait encore une fois, comme un gosse sur les yeux duquel sa mère pose une main pour l'empêcher de voir le sang. »

Ce fils terrassé par le chagrin, qui parvient malgré tout à rester digne, ajoute : « Jusqu'au bout, elle n'a rien lâché. Je crois qu'elle attendait Chris [Blackwell, son dernier amour, ndlr]. Mais à cause du Covid, il n'a pas pu faire le voyage depuis la Jamaïque. C'est elle qui le fera. Comme elle le souhaitait, nous irons là-bas disperser les cendres de « Skills » [« Talents », ainsi que le producteur de musique américain la surnommait tendrement, ndlr]. » Avec la mort de sa maman, et l'état de santé si fragile de son père, Anthony devient en quelque sorte à 56 ans le chef du clan Delon. Le pilier auquel sa famille devra désormais s'accrocher. Le rôle le plus difficile de sa vie…

Cinquante-trois ans après Le Samouraï, le couple se retrouvait. « Amour indéfectible », légendait Anthony.

Clara MARGAUX

À découvrir