France Dimanche > Actualités > Anthony Delon : Règlements de compte avec son père

Actualités

Anthony Delon : Règlements de compte avec son père

Publié le 7 mai 2019

Alors qu’Anthony était âgé de seulement 6 ans, son père, Alain Delon, l’enfermait dans une cage pour l’endurcir.

C’est un secret de famille qu’Anthony Delon aurait préféré garder tout au fond de son cœur.

Dans le dernier numéro de « Un jour, un destin » consacré à Alain Delon, les difficiles traitements que lui réservait son père alors qu’il n’était encore qu’un enfant ont pourtant été révélés au grand jour. « Il est raconté dans cette émission que le principal intéressé m’enfermait dans une cage pour m’endurcir », rappelle le fils ainé du monstre sacré du cinéma français. Il ajoute : « J’aurais préféré que cette information ne soit pas rendue publique » - confirmant ainsi la véracité de ces terribles faits.

Malgré les années qui se sont écoulées, la blessure provoquée par ces événements ne s’est jamais refermée. Aujourd’hui, le quinquagénaire, renforcé par sa propre expérience de père de Alyson (32 ans), Lou (23 ans) et Liv (17 ans), a décidé de faire la leçon à l’homme de 83 ans. « J'aimerais rajouter quand même que ce n'est pas comme ça qu'on renforce son gosse. Son enfant, si on a envie qu'il soit fort, il faut lui donner de l'amour, du courage. Il faut le rassurer et lui dire, qu'il comprenne qu'il aura toujours un toit au-dessus de sa tête. Il faut lui dire qu'il est le plus grand, le plus beau, le plus fort et qu'on sera toujours là pour lui. », énumère-t-il, plein d’amertume.


Un réconfort paternel qui semble toujours avoir manqué à Anthony Delon. Le réalisateur Allen-Caron a également mis le doigt sur la terrible bataille judiciaire qui a opposé les deux hommes en 1985, et dont le souvenir continue de peser sur leurs relations. « Anthony avait lancé une marque de blouson de cuir et c’était marqué « AD », rappelle l’homme politique Jacques Collard, intervenant dans l’émission.  AD c'est Anthony Delon mais c'est aussi Alain Delon » - soit, l’acronyme utilisé par la marque éponyme de l’acteur pour griffer ses produits officiels.

Trente-quatre ans après les faits, leur rappel n’a fait que raviver l’incompréhension que ressent encore aujourd’hui le designer qui a souhaité remettre les pendules à l’heure sur son compte Instagram. « J'ai été condamné […] uniquement parce que sur trois prototypes de jeans j'avais fait coudre sur les poches arrières AD, mes initiales, en design pour les habiller », s’est-il une nouvelle fois insurgé, tout en filmant les pièces concernées.

Aujourd’hui, ces événements vieux de plusieurs décennies continuent de troubler leur relation filiale qui, quoique solide, demeure en dents de scie…

#tobeamen#dontworrylittlebroyoureamench @alainfabiendelon

Une publication partagée par Anthony Delon (@therealanthonydelon) le 4 Mai 2019 à 7 :02 PDT

UNE IMAGE VAUT 1000 MOTS NON? Mr Allen-Caron n’a fait que répéter finalement... Je me suis retrouvé au tribunal et j’ai été condamné à payer une amende à mon père , uniquement parce que sur 3 prototypes de jeans j’avais fait coudre sur les poches arrières AD, mes initiales , en désign pour les habiller. Ce procès c’était la partie visible de l’iceberg, une farce, un coup médiatique. La véritable raison de l’arrêt brutal de la marque il y’a 30 ans est bien plus sombre... On verra ça plus tard si besoin est. #truthalways#nevergiveup#delon#anthonydelon1985#passion#create#brand#lesgens#beamensch#fallseventimesriseeight#tomberseptfoissereleverhuit @stephanemarmond @c_a_vous @yahoo

Une publication partagée par Anthony Delon (@therealanthonydelon) le 4 Mai 2019 à 1 :36 PDT

Estelle LAURE

À découvrir