France Dimanche > Actualités > Anthony delon : Victime de tentatives d’assassinat !

Actualités

Anthony delon : Victime de tentatives d’assassinat !

Publié le 28 avril 2017

En se lançant dans les  affaires, Anthony Delon, le fils de la star, a failli y laisser sa peau !

Quand on est le fils d’une star aussi étincelante que son père, les amis, souvent aussi faux qu’un âne qui recule, vous entourent, aussi gourmands qu’une escadrille d’abeilles tournant autour d’un pot de confiture. Autant dire qu’Anthony Delon n’a jamais été seul.

Mais si on ne choisit pas sa famille, il n’est pas non plus facile de faire le tri entre les courtisans qui gravitent autour de vous lorsque l’on porte un nom aussi célèbre. Surtout quand la génétique vous a doté d’un physique à faire se pâmer toutes les femmes qui croisent votre route. Et parfois, on finit par suivre les conseils erronés de proches pas forcément fréquentables.

C’est ce qui est sans doute arrivé au fils du Samouraï (titre du film de Jean-Pierre Melville) quand il a décidé de se lancer dans un business qui a bien failli lui coûter très cher. Et pas seulement en termes pécuniaires ! Car ce dur en cuir a manqué y laisser sa peau en s’associant avec des 
partenaires qui étaient tout sauf doux comme des agneaux !

->Voir aussi - Anthony Delon : Il nous présente sa fille cachée !

À lire ses propos, dans l’interview qu’il vient d’accorder à notre confrère Gala, c’est presque un miracle que ce beau gosse soit encore là pour évoquer cet épisode critique de son existence. Ses mésaventures ne datent, en effet, pas tout à fait d’hier. Elles remontent même à une trentaine d’années, quand ce jeune homme au physique de mannequin (profession qu’il avait d’ailleurs exercée en dilettante) décide de lancer une ligne de vêtements de cuir. Faisant lui-même la promotion de ses créations, il connaît un succès commercial indéniable.

Mais le prix à payer pour cette réussite est cher, bien trop cher : « Ça a dégénéré. On a attenté deux fois à ma vie en coupant les freins de ma moto, a-t-il confié dans Gala. La première fois, c’est un ami qui l’a empruntée à 4 heures du matin à la sortie d’une boîte de nuit, et il a failli se tuer. La seconde, c’était en pleine journée, et je m’en suis aperçu avant de démarrer. Ensuite, mon associé a pris deux balles de 45, à bord de ma voiture. Ça devenait trop dangereux. »

->Voir aussi - Anthony Delon : Menacé de mort par son adversaire !

Une conclusion 
en forme d’euphémisme ! Soit Anthony s’était, bien malgré lui, acoquiné avec des partenaires très particuliers, soit son affaire avait éveillé une jalousie pour le moins radicale chez des concurrents sans scrupule. Quoi qu’il en soit, celui qui n’était alors qu’un jeune homme a alors justement estimé que le jeu n’en valait vraiment pas la chandelle. Pourquoi mourir pour un Perfecto ?

Pourtant, malgré le temps qui a passé, Anthony n’a jamais tout à fait oublié ce projet qui lui tenait tant à cœur. Le grand gosse turbulent est devenu un sage. À 52 ans, le comédien, adepte de la philosophie bouddhiste, est aussi un papa poule, avec ses trois filles : Alyson Le Borges, ravissante mannequin de 30 ans, fruit d’une brève idylle avec une danseuse du Crazy Horse, qui vit aujourd’hui à Los Angeles mais ne rate pas un anniversaire de son grand-père Alain ; et, bien sûr, Lou, 21 ans, et Liv, 16 ans, nées de son union avec Sophie Clérico, dont il s’est séparé en 2012.

Conscient d’avoir trop souvent joué avec le feu, le comédien a su tirer les leçons de ses erreurs, comme il l’a confessé à notre confrère : « J’étais heureux, mais déchiré à l’intérieur, je m’en rends compte aujourd’hui, admet-il en toute franchise. C’est sans doute pour ça que j’ai provoqué la mort si souvent. J’ai tout fait pour que mes enfants soient différentes. Y être parvenu est l’une de mes plus belles victoires. »

Et le fait est que le bad boy, dont certains critiquaient les fréquentations pas toujours recommandables, s’est mué en un véritable chef de clan. Un vrai leader qui a décidé de réaliser sur le tard l’un de ses rêves d’adolescent : créer sa ligne de vêtements de cuir, mais cette fois sans risquer un dérapage fatal qui le conduirait directement à la morgue. Et comme Anthony est décidément très « famille », devinez un peu qui deviendra l’image de sa marque. Je vous le donne en mille !

Sa fille Lou sera l’égérie de sa marque. Un choix qui, à ses yeux, sonnait comme une évidence : « Je l’ai choisie pour le symbole. J’ai lancé ma collection à son âge, on nous voit tous les deux en cuir, à trente ans d’écart. »

Mais pour le reste, il n’y a guère de chance que la belle mette ses pas dans ceux de son père ou de son grand-père : « Je ne sais pas si elle sera un jour avocate, avoue Anthony Delon, mais en tout cas, elle ne sera pas actrice, ça ne l’intéresse pas du tout ! »

Claude Leblanc

À découvrir