France Dimanche > Actualités > Anthony Kavanagh : Des vacances cauchemardesques au Venezuela !

Actualités

Anthony Kavanagh : Des vacances cauchemardesques au Venezuela !

Publié le 25 août 2016

Valises kidnappées, puis rendues moyennant 100 dollars, avion envolé sans le couple d'Anthony Kavanagh qui se voit contraint d’en affréter un autre… Caracas, ça l’agace !

Et dire qu’il rêvait de farniente paisible sur les plages paradisiaques et désertes du Venezuela ! Au moins, Anthony Kavanagh aurait pu se consoler en en faisant un sketch à l’instar de Patrick Timsit et ses Vacances à Koumac. Il pourrait même en faire un long métrage tant le scénario s’apparente à un mauvais film catastrophe.

Mais sur le coup, c’était « l’enfer absolu du début à la fin ». Sans enfant ni contrainte, Anthony est parti avec sa femme et un couple d’amis, pour deux semaines dans ce pays d’Amérique du Sud. Au programme : visites, un peu, et repos, beaucoup. Voulant changer d’air et recherchant le dépaysement, ils ont été exaucés au-delà de leurs cauchemars les plus fous.

Tout commence à leur arrivée à l’aéroport de Caracas. Après avoir attendu de longues minutes leurs bagages autour du tapis roulant, ils se rendent à l’évidence : les valises du couple d’amis ont été égarées !

->Voir aussi - Anthony Kavanagh : Très inquiet pour son enfant !

Armés

« Un type m’a demandé de le suivre dans un sous-sol et là, il y avait des hommes armés qui m’ont donné nos valises contre 100 dollars. » Bienvenue au Venezuela ! Après cette arrivée en fanfare, le petit groupe part pour l’île paradisiaque de Margarita, surnommée la perle des Caraïbes, située au nord-est de la capitale. Sur place, RAS, le séjour semble se dérouler normalement.

Mais il était dit quelque part qu’ils auraient des problèmes de transport, car le voyage du retour a été plus épique encore. Ainsi, lorsqu’ils arrivent au petit aéroport de l’île pour rejoindre Caracas, on les informe que l’avion est déjà parti. Très en avance donc ! « Or, je jouais à Paris le lendemain », se souvient le comique de 46 ans. « Je n’avais qu’une solution : affréter un vol. Mais il fallait dix passagers et chaque siège coûtait 500 dollars. On a passé des heures à chercher des volontaires dans l’aéroport. » Finalement, après un long vol, les deux couples finissent par débarquer à Paris.

Et l’aventure continue… Le lendemain, la banque d’Anthony Kavanagh l’appelle : « Pour vérifier que j’avais bien acheté un frigo, un écran plasma et un canapé… 10 000 dollars d’achats avaient été effectués avec ma carte bancaire, dont je m’étais servi pour payer dans un café de l’aéroport ! » Là, forcément, l’humoriste rit jaune. Certains voyages nécessitent quelques années avant de s’en souvenir avec allégresse.

Hervé Pouillot

À découvrir

Sur le même thème