France Dimanche > Actualités > Barnadette Chirac : Abandonnée de tous !

Actualités

Barnadette Chirac : Abandonnée de tous !

Publié le 6 mai 2020

.photos:bestimage

En pleine crise sanitaire, Bernadette Chirac serait au plus mal, retranchée dans son appartement parisien, isolée et éloignée des siens...

Le 26 mars dernier, son petit-fils, Martin, donnait de bonnes nouvelles de l'ex-première dame : « Toute la famille se porte bien, affirmait-il alors, y compris ma grand-mère qui est confinée et bien au chaud. » Mais depuis ce message rassurant sur l'état de santé de Bernadette Chirac, datant des débuts du confinement, ses proches se sont murés dans un silence inquiétant, ne délivrant plus aucune information sur leur courageuse aïeule qui, depuis le commencement de la crise sanitaire, vit totalement isolée. Au rez-de-chaussée du 4 de la rue de Tournon, à Paris, dans l'hôtel particulier qu'elle occupait avec son défunt mari, la malheureuse vit recluse, avec ses blessures et ses souvenirs.


Selon nos sources, dans cette solitude pesante, l'ex-conseillère générale de la Corrèze ne croiserait que les aides soignantes prenant soin d'elle, telles des silhouettes gantées et dissimulées sous des masques afin de la protéger…

Mais ces fées du quotidien, ces héroïnes qui bravent le danger et luttent pour nous sauver, ont beau être investies et attentives au bien-être de leur patiente, elles ne peuvent se substituer à la chaleur et à l'amour des proches de Bernie.

Claude, sa fille, son ange gardien, n'est en effet pas là auprès d'elle pour la rassurer, l'aider à patienter jusqu'au déconfinement prévu à partir du 11 mai… La cadette des filles Chirac, qui a veillé sur son père jusqu'à la fin et qui s'est occupée de cette mère que les épreuves ont tant de fois tenté de détruire, est, elle aussi, comme nous tous, assignée à résidence.

Quant à Martin, le fils unique que Claude a eu avec l'ancien judoka Thierry Rey, il est bel et bien revenu de Londres où il demeure habituellement, mais le jeune homme de 24 ans n'a pas pour autant pu se rendre chez sa grand-mère afin de la prendre dans ses bras et lui remonter le moral. En effet, il aurait été risqué pour la femme politique, qui fêtera ses 87 ans le 18 mai, d'entrer en contact avec son petit-fils potentiellement porteur du virus, tandis qu'un peu partout sur la planète le terrible Covid-19 décime surtout les plus âgés et les plus fragiles d'entre nous…

« C'est une dame très fatiguée », avait confié au Figaro Anne Barrère, son amie et ultime conseillère en communication, au moment des obsèques de Jacques Chirac, en septembre dernier. Comment, à peine quelques mois après cet immense chagrin d'avoir perdu l'élu de son cœur, Bernadette, déjà si épuisée, peut-elle tenir le coup dans ces conditions extrêmes ?

Comment celle qui a été un véritable pilier pour sa famille dans les pires phases de l'existence parvient-elle à poursuivre sa route, privée des siens, privée de celui avec lequel, le 16 mars dernier, elle aurait dû célébrer le 64e  anniversaire de leurs noces ? Seule, dans l'impossibilité de partager avec ceux qu'elle aime les nouvelles terrorisantes qui lui parviennent, malgré tout, de ce monde en plein chaos…

Pour son malheur, il lui est impossible d'échanger au quotidien avec sa famille et ses amis, par exemple sur les décisions prises par l'exécutif afin d'éviter qu'il y ait davantage d'innocentes victimes dans cette guerre sans merci que nous livrons depuis des semaines contre le coronavirus.

Abandonnée à sa souffrance et à ses tourments, celle qui a repris le flambeau de l'opération Pièces Jaunes en 1994 avant de le céder en 2019 à Brigitte Macron, a probablement appris que, parmi toutes ces âmes en peine tombées sous les coups de cette implacable maladie, il y avait aussi de vieux amis politiques et des artistes auxquels elle était très attachée.

Dans la nuit du 28 au 29 mars, c'est notamment l'ancien ministre délégué à l'Industrie sous la présidence de Jacques Chirac, de 2004 à 2005, Patrick Devedjian, qui rendait les armes, à 75 ans.

Hospitalisé depuis le 25 février en Espagne, l'écrivain chilien Luis Sepúlveda est, quant à lui, décédé le 16 avril, à 70 ans.

L'icône des années 1970, Marianne Faithfull, 73 ans, a été admise dans un hôpital londonien le 4 avril après avoir été testée positive…

Que de tristesse et de frustrations doit ressentir Bernadette, cette incroyable femme de terrain qui a tant aimé aller à la rencontre des autres et qui, aujourd'hui, n'est qu'une âme solitaire errant dans ses douloureux souvenirs ! Sans parler de sa crainte de voir son entourage atteint par ce fléau sans pouvoir se trouver à leurs côtés. Une éventualité qui, sans nul doute, lui serre le cœur…

Et dans cette insupportable réclusion, elle a dû, pour la première fois de son existence, traverser la journée du 14 avril sans personne à qui parler, sans son homme pour la réconforter, seule dans l'ombre de sa chambre. Cette date qu'elle redouterait tant depuis quatre ans est celle de la mort de sa fille, Laurence, survenue le 14 avril 2016.

« La blessure secrète du président », comme les médias l'avaient appelée, était aussi la sienne. Après de longues années à lutter contre l'anorexie mentale, l'aînée des Chirac a finalement succombé à un malaise cardiaque à l'âge de 58 ans.

Son père était alors déjà très affaibli par la maladie qui l'emporterait trois ans plus tard. C'est donc Bernadette, soutenue par son autre fille et son petit-fils, qui avait tenu le clan à bout de bras.

Espérons qu'aujourd'hui il reste encore en elle un peu de cette force de caractère et de ce tempérament plein de ressources qui la caractérisent afin de lui permettre de venir à bout de cette période si difficile qui frappe aussi chacun d'entre nous…

Clara MARGAUX

À découvrir