France Dimanche > Actualités > Bernard Tapie : C'est la fin !

Actualités

Bernard Tapie : C'est la fin !

Publié le 16 mars 2020

.photos:bestimage

L'homme d'affaires se faisait une joie de monter sur scène en mai prochain, hélas, le cancer aura été plus fort que sa rage et son courage...

C'est une bien terrible nouvelle que nous apprenons car l'homme a lutté comme un beau diable. Malgré la maladie, Bernard Tapie continuait à faire du vélo, à enchaîner les footings, grimaçant de douleur dans Paris. Il s'était même fait renverser, tant il avait du mal à se tenir droit sur sa bicyclette. Mais il n'avait qu'un but : narguer ce foutu cancer qui avait juré sa peau et pour cela, tous les moyens étaient bons, même les plus dangereux. C'est dire s'il était épuisé. Ce double cancer de l'estomac et de l'œsophage contre lequel il livrait un combat acharné, ne lui a pas laissé de répit. Exténué par trop de souffrances, le malade exemplaire a dû, la mort dans l'âme, annuler toutes les représentations de sa pièce de théâtre Vol au-dessus d'un nid de coucou. Pourtant, c'est avec admiration que nous avions contemplé les leçons de courage qu'il nous avait données, narguant ce mal qui le rongeait avec l'énergie de l'espoir et non du désespoir.


Depuis qu'on lui avait diagnostiqué sa maladie, voilà maintenant trois ans, il endurait un calvaire. Au début, les cancérologues de l'hôpital Saint-Louis à qui il faisait entièrement confiance avaient dû frapper très fort. Il y avait urgence ! Condamné à ce moment-là à vivre sous une tente à oxygène avec « des douleurs » et « des difficultés respiratoires », il n'était plus que l'ombre de lui-même. Le businessman plein de fougue et de panache avait cédé la place à un être fantomatique qui avait perdu presque vingt kilos.

Face au redoutable mal qui le rongeait, d'autres auraient baissé les bras, pas lui. Il aura vraiment tout enduré, comme ces séances de chimiothérapie qui le laissaient dans un état de fragilité extrême, mais qui avaient réussi à calmer pour un temps la progression des métastases. C'était en 2018. Il avait tenu bon et ce traitement de choc avait payé jusqu'à cette récente rechute qui n'augurait rien de bon.

Malgré tout, il avait tenu à multiplier les apparitions à la télévision, déclarant même, il n'y a pas si longtemps sur le plateau de BFM qu'il allait essayer un nouveau traitement très prometteur. Mais il ne se doutait pas à l'époque que ce protocole de soin très lourd l'empêcherait d'honorer ses engagements au théâtre.

D'un commun accord avec son metteur en scène Philippe Hersen, l'homme d'affaires et comédien de 77 ans s'est résolu à annuler les vingt-cinq représentations exceptionnelles de cette pièce qu'il devait jouer aux Folies Bergères, à Paris, à partir du 20 mai.

C'est par un communiqué de l'AFP que la triste nouvelle a été transmise. Quelques lignes lapidaires pour expliquer qu'il reçoit actuellement « un traitement expérimental en Belgique extrêmement dur à supporter qui le fatigue énormément. » Mais s'il n'y avait que ça ! Cette thérapie de la dernière chance l'a rendu aphone. Sans voix, il lui était dès lors impossible d'envisager quoi que ce soit sur scène. Cela fait déjà un long mois qu'une équipe d'oncologues belges œuvre sur lui, cobaye consentant, prêt à tout pour rester vivant malgré la gravité de son état. Mais comme l'a assuré son ami Philippe Hersen au Parisien : « Bernard ne baisse pas les bras, il est d'un courage remarquable face à la maladie. Je n'ai jamais vu ça, encore la semaine dernière on se parlait, on travaillait… »

Affronter le public dans le rôle du criminel McMurphy, immortalisé au cinéma par le génial Jack Nicholson, sous la direction de Milos Forman, était le projet qui le tenait debout. C'était devenu sa raison de vivre. Un défi au temps qui passe et à ce fléau nommé cancer qui lui fait tant redouter la mort. C'est en effet avec ce rôle que Tapie avait fait ses débuts sur les planches il y a vingt ans. Mais le sort en a décidé autrement… Voir ses plans ainsi contrarier ajoute encore à la tristesse de se voir diminué, lui, le conquérant, qui n'a jamais supporté qu'on lui barre la route. Un véritable crève-cœur pour l'éternel flambeur, qui attendait ce nouveau challenge avec tant impatience et qui avait même commencé à répéter.

Heureusement, Dominique, son épouse depuis plus de trente ans, est là, à ses côtés, qui lui assure dans la douleur un indéfectible soutien prouvant qu'entre eux, c'est plus que jamais à la vie à la mort ! Il sait qu'il peut aussi s'appuyer sur sa fille Sophie et son fils Laurent qui sont jour et nuit à ses côtés et l'assurent d'un indéfectible soutien. Une famille unie qui l'entoure de toute son affection, qui l'encourage aussi à ne jamais désespérer, même si certains jours, pour Bernard, la tentation est grande de tout abandonner. Encore et toujours, il compte bien continuer à défier la sale « bête » qui a juré sa perte. Souhaitons-lui un prompt rétablissement car le vieux lion Bernard Tapie n'a jamais dit son dernier mot… Valérie EDMOND

Valérie EDMOND

À découvrir