France Dimanche > Actualités > Bernadette Chirac : Angoissée pour Jacques !

Actualités

Bernadette Chirac : Angoissée pour Jacques !

Publié le 16 septembre 2016

Actuellement retirée au Maroc, l’ex-première dame Bernadette Chirac donne des nouvelles peu rassurantes de son mari…

Soixante ans d’amour : un exploit dans notre société où le nombre de divorces ne cesse de croître ! Autant de décennies durant lesquelles, main dans la main, Jacques Chirac et son épouse Bernadette Chirac ont tenu bon, affrontant le pire et savourant le meilleur. Conciliant leur histoire de cœur et leurs ambitions politiques, leur vie de famille et leur vie publique pour parvenir ensemble, de 1995 à 2007, aux plus hautes fonctions du pays.

Des noces de diamant donc qui devaient, cette année, illuminer tout ce temps passé côte à côte, depuis ce 16 mars 1956 où les deux jeunes amoureux qu’ils étaient se disaient « oui » en la chapelle de Jésus-Enfant du VIIe arrondissement de Paris.

->Voir aussi - Bernadette Chirac : Laurence, sa fille, sa douleur !

L’illustre couple aurait certainement aimé fêter ce magnifique anniversaire de la plus belle des manières, à l’image de cette croisière sur le Nil, il y a dix ans, pour leurs noces d’or. Mais, la brutale disparition de leur fille Laurence, le 14 avril dernier, ainsi que l’état de santé de l’ex-président de la République n’auront laissé de place à aucune célébration.

En effet, ces 84 printemps, que l’ancien chef de l’état fêtera le 29 novembre, semblent peser de plus en plus lourd sur ses épaules ; et cette fin qui approche inexorablement, fait réaliser à Bernadette, 83 ans, qu’il est peut-être temps de ménager celui qui restera le compagnon de toute une vie.

Car celle-ci s’est plus souvent qu’à son tour montrée dure et cinglante envers son mari, ne lui laissant rien passer, le reprenant ou le taclant dès que possible, ne se privant pas d’une petite pique de-ci, de-là, osant même lancer à leurs gardes du corps lors d’un déjeuner : « Vous irez acheter un bavoir, parce qu’il me salope quatre costumes par semaine ! » Comme si elle voulait ainsi faire payer à son époux ses remarques désobligeantes, ses humiliations et autres infidélités du passé…

Néanmoins, à écouter les dernières confessions de l’ex-conseillère générale de la Corrèze, on découvre que le « requin », comme elle aimait à se définir, a perdu son aileron et ses grandes dents ! En effet, le 11 septembre dernier, à Nice, à l’occasion de la remise du prix pour la recherche sur la maladie d’Alzheimer, Bernadette, interrogée par nos confrères de Nice Matin, livrait un aveu aussi inattendu que touchant.

Elle, d’habitude si mordante envers son époux, ne fut que douceur, compassion, estime et mélancolie, ne tarissant pas d’éloges à son sujet : « C’est un homme extraordinaire qui a eu une réussite exemplaire, qui a fait tellement de choses, pour tellement de gens, qui a réalisé tant de projets… »

Retiré au Maroc, « à Agadir, au palais royal, reçu généreusement et très aimablement par sa Majesté, a aussi raconté la présidente de la Fondation Claude-Pompidou, il fait la navette entre la plage et la résidence, installé dans un véhicule destiné à le transporter… »

Même si elle reconnaît qu’aujourd’hui Jacques et elle sont tous deux apaisés, Bernadette Chirac avoue être « toujours inquiète du jour où il va disparaître. »
Laura Valmont

À découvrir