France Dimanche > Actualités > Bernard Tapie : Son coup de sang

Actualités

Bernard Tapie : Son coup de sang

Publié le 21 mai 2004

Alors que Bernard Tapie incarne "Un beau salaud" au théâtre, cette comédie pourrait bien tourner pour lui au tragiqueAlors que Bernard Tapie incarne "Un beau salaud" au théâtre, cette comédie pourrait bien tourner pour lui au tragique

La vie de Bernard Tapie est en danger ! On l'a menacé, et il a décidé de prendre les mesures nécessaires pour se défendre.

En effet, depuis quelques jours, un garde du corps est planté devant sa loge, au Théâtre de Paris. C'est là qu'il joue, depuis le mois de janvier, une pièce de Pierre Chesnot, Un beau salaud, sous la houlette de Jean-Luc Moreau. Il y incarne un sénateur légèrement mythomane, tiraillé entre sa femme, Agnès Soral, qu'il a décidé de quitter, une maîtresse dépressive, son ex, et une future conquête.

Inutile de dire que sur scène, Bernard doit affronter toutes ces femmes qui ne lui veulent pas que du bien...

Brouilles

Hélas pour lui, cette comédie pourrait bien tourner au tragique. Pas sur scène, où les comédiens connaissent un véritable triomphe, mais dans les coulisses. Samedi dernier, les brouilles du devant de la scène auraient laissé place à un véritable drame.

Il se disait, en effet, depuis quelque temps, qu'entre les deux têtes d'affiche, «Nanard» et la belle Agnès, tout n'allait pas pour le mieux. Et ce qui risquait d'arriver arriva.

Au cours d'une violente engueulade, Bernard Tapie aurait agrippé Agnès à la gorge, alors que le rideau n'était pas encore baissé, et l'aurait secouée sans ménagement. C'en était trop pour la comédienne.

Elle n'y serait pas allée par quatre chemins, puisqu'elle aurait carrément promis à Bernard de lui envoyer des gens pour s'occuper de son cas... Le comédien, malgré son expérience de la vie, et son habitude des embrouilles, aurait pris les mots d'Agnès Soral très au sérieux.

Pourtant, il a vécu des heures mouvementées à Marseille, et n'est pas vraiment du genre impressionnable. Mais jusqu'alors, il n'avait jamais tremblé pour sa vie. Or, cette fois, il semble persuadé qu'Agnès ne plaisantait pas.

Rebelle

Il faut dire que Miss Soral ne manque pas de tempérament. Elle aurait même la réputation de ne jamais se laisser marcher sur les pieds. Une habitude que, confrontée à la dureté de la vie, elle a dû prendre très jeune.

Rebelle, en conflit avec ses parents, elle fait sa première fugue à 13 ans. Ensuite, elle a été prise dans l'engrenage de l'horreur : elle a été deux fois violée, à 15 ans, puis à 19, comme elle l'a confié récemment à Paris Match. Agnès en a gardé, et on peut la comprendre, une méfiance vis-à-vis des hommes.

Et sa rencontre avec «Nanard », réputé pour sa «grande gueule», avait toutes les chances de faire des étincelles. À la suite de cette altercation, Agnès, à son tour, a demandé à la direction du Théâtre de Paris de mettre un gorille à sa disposition.

Depuis cette terrible soirée, selon un témoin, chacun regarde l'autre avec défiance. Et ce n'est que sur la scène qu'ils font comme si rien ne s'était passé entre eux.

Bien sûr, comme le public n'est pas au courant du roman policier qui se déroule dans les coulisses, tout le monde rit à gorge déployée lorsque les personnages de Bernard Tapie et d'Agnès Soral se disputent sur scène.

Mais pendant ce temps, derrière le rideau, leurs gardes du corps respectifs ne les quittent sans doute pas des yeux, prêts à intervenir...

Gérard Chagnon

À découvrir