France Dimanche > Actualités > Bertrand Cantat : Un retour sur scène sulfureux !

Actualités

Bertrand Cantat : Un retour sur scène sulfureux !

Publié le 14 mars 2018

Quinze ans après avoir battu à mort sa compagne, Marie Trintignant, Bertrand Cantat entame une nouvelle tournée qui provoque la polémique.

Le 1er août 2003, la France se réveillait avec une macabre nouvelle. L’actrice Marie Trintignant, âgée de 41 ans au moment des faits, mourait des coups mortels portés par son compagnon, Bertrand Cantat. Depuis, le leader de « Noir Désir » a été condamné à huit ans de prison pour le meurtre de sa compagne, avant d’être libéré pour « bonne conduite » en octobre 2007.

Cette semaine pourtant, cette actualité morbide nous rattrape. Dans les rues de Grenoble hier, vous pouviez entendre des manifestants chanter « Vous savez que je suis un homme violent », sur l’air de la chanson bien connue du chanteur « L’homme pressé ». Alors qu’il était attendu pour un concert dans la salle de la « Belle Electrique » de la ville, il a, en effet, été accueilli par des jets d’objets, des insultes et des crachats de la part des manifestants. Leur combat ? Empêcher le meurtrier de Marie Trintignant de poursuivre la tournée qu’il a entamé en 2018.

Face à la montée de cette polémique en France, l’ex-mari de Marie Trintignant, Samuel Benchetrit, séparé de l’actrice en 2001, a décidé de prendre la parole en rappelant l’évidence : « Bertrand Cantat a tué de ses mains la mère de mon fils [Jules, né de leur union en 1998, ndlr.] […] Il a enlevé une femme libre, extraordinaire, à ses parents, aux gens qui l'aimaient dont je fais partie ».

Toujours sous le coup du numéro des « Inrockuptibles » qui avait fait scandale en octobre en publiant la photo de Bertrand Cantat en Une, le producteur et réalisateur estime « que « sa façon de réapparaître est indigne et dégueulasse», avant d’ajouter : « Ça me coûte de le dire, quand je vois Nadine Trintignant (la mère de Marie Trintignant, ndlr.), cette femme qui a perdu son enfant, obligée, à son âge, d'aller sur les plateaux télé, révoltée. Quand je vois mon ami Jean-Louis Trintignant (le père de Marie Trintignant, ndlr.), mon père spirituel qui ne s'est jamais remis de ça. Quand je vois les enfants de Marie si dignes, si jeunes, si beaux, baisser la tête en voyant l'autre connard en couverture de magazines de merde, franchement, je trouve cette situation ridicule, c'est tout le temps indécent. »


Car oui, Samuel Benchetrit n’est pas le seul proche de Marie Trintignant a avoir brisé le silence ces dernières semaines. Dans l’émission « Stupéfiant ! » lundi dernier, celle qui lui a donné la vie a tenu a laisser exploser sa colère : « Je trouve honteux, indécent, dégueulasse qu'il aille sur scène », avant de rappeler : « Tout le monde semble avoir oublié le nombre de coups qu'a reçus Marie : vingt-trois  ! Vingt trois coups  ! ». Non pour Nadine Trintignant, c’est impossible que cet homme soit un jour pardonné car, selon elle, « tout ce qui est irrémédiable est impardonnable ».

Un point de vu partagé par le père de la défunte… Depuis la mort de sa fille, Jean-Louis Trintignant ne s’est jamais exprimé, préférant de loin se faire oublier. C’est au micro de Catherine Ceylac, dans l’émission « Thé ou café », que l’acteur a décidé de briser le silence qu’il s’était imposé : « Je suis mort le 1er août 2003, le jour où Marie est morte. A l'intérieur de moi, tout est détruit ».

Âgé aujourd’hui de 87 ans et atteint d’un cancer, l’acteur avoue sans détour avoir envie d’en finir : « Je vais me suicider », car il ressent une très forte culpabilité dans la mort de sa fille… : «  Je devais venir la retrouver ce soir-là et je ne suis pas venu » C’était un grand voyage en voiture, quatre oui cinq jours. […] C’est peut-être de ma faute : si j’avais été présent ce soir-là, elle ne serait sans doute pas morte. Cette culpabilité me pèse beaucoup parce que je suis presque sûr d’avoir raison ».

Alors que le père de la défunte souffre chaque jour un peu plus de ses regrets, Bertrand Cantat, de son côté, fait preuve de désinvolture sur son compte Instagram. S’il confie « renouveler sa compassion la plus sincère […] aux proches de Marie », il regrette également « la violence » que provoque son retour et demande « le droit à la réinsertion au même titre que n'importe quel citoyen ».

Devenu le symbole de la lutte contre la violence faite aux femmes, le chanteur a déjà dû annuler de nombreuses dates de concert « pour mettre fin à toutes les polémiques et faire cesser les pressions sur les organisateurs » selon ses dires…

Julia NEUVILLE

À découvrir