France Dimanche > Actualités > Brigitte Bardot : Obligée de quitter la France !

Actualités

Brigitte Bardot : Obligée de quitter la France !

Publié le 1 août 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

En désaccord avec le chef de l’état, Brigitte Bardot, la pasionaria de la cause animale, excédée, est aujourd’hui sur le point de s’exiler.

Elle dit ce qu’elle pense et fait souvent ce qu’elle dit. Droite dans ses bottes, Brigitte Bardot n’a en effet jamais laissé quiconque décider de son destin. Du courage et des convictions, il en fallait pour tourner le dos au cinéma qui avait fait d’elle une icône et se consacrer à la seule cause qui comptait à ses yeux : la défense des animaux. C’était en 1973. Jamais depuis, BB ne semble avoir regretté sa décision, mettant toutes ses forces et sa notoriété dans ce combat.


Depuis, elle partage son temps entre sa propriété de la Madrague, à Saint-Tropez, et sa ferme de la Garrigue, située à quelques kilomètres, sur les hauteurs de Ramatuelle. Entourée de ses amis chats, chiens, chèvres, ânes, moutons, cochons, oies, canards, pigeons et tortues, cette grande dame de 85 ans poursuit la lutte, via sa fondation, n’hésitant pas à pousser des coups de gueule pour dénoncer les injustices commises envers les bêtes de tous poils. Le 7 juin dernier, elle adressait ainsi une lettre ouverte au président de la République, pour dénoncer le récent décret gouvernemental qui a avancé la date d’ouverture de la chasse, initialement fixée au 15 août, au 1er juin. « Votre ambition démesurée et votre outrecuidance vous privent de toute humanité », a-t-elle ainsi écrit au chef de l’État, qu’elle accuse d’être le « fossoyeur des animaux ».

Oui, il est loin le temps où, reçue à l’Élysée pour évoquer la cause de ses chers amis, Brigitte avait dit trouver en Emmanuel Macron, un interlocuteur à l’écoute. « J’ai été très étonnée et très surprise de voir l’attention, le sérieux et la bonne disposition qu’il a eus envers nous », déclarait-elle à l’issue de cet entretien, en juillet 2018. Aujourd’hui, le dialogue semble hélas bien rompu. Pire, celle qui a donné son visage à notre Marianne nationale se dit tellement dégoûtée par nos gouvernants qu’elle est sur le point de quitter la France !

Mais rien à voir cette fois avec son engagement pour les bêtes. En effet, comme l’écrivait Lamartine, un poète que cite souvent Brigitte : « On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas. » Le sien s’est révolté, le 4 juillet dernier, en apprenant la mort tragique de la gendarme, Mélanie Lemée, cette jeune femme de 26 ans percutée par un chauffard à Port-Saint-Marie (Lot-et-Garonne), alors qu’elle tentait de l’arrêter pour excès de vitesse.

BB a adressé son soutien aux policiers, via un vibrant message, publié sur Twitter, dans lequel elle s’en est prise au chef de l’État et à son ancien ministre de l’Intérieur – qui ne l’est plus depuis le remaniement du 3 juillet – Christophe Castaner : « Vive ceux qui nous protègent avec courage et abnégation, ceux qui représentent la loi républicaine et se dévouent perpétuellement, jour et nuit. […] J’admire leur bravoure et comprends leur révolte face à un Castaner lamentable soutenu par un Macron soumis ! »

Quatre jours plus tard, invitée à s’exprimer au micro de Sud Radio sur les violences faites aux policiers, Brigitte a à nouveau notifié son profond désaccord avec les pouvoirs en place. « Les flics, ils doivent assurer la sécurité de la population quoi qu’il arrive et on doit toujours les respecter. […] Je suis épouvantée, je suis écœurée. Je trouve qu’on est gouvernés par des lâches, des soumis, des sans-couilles », a-t-elle asséné. Hors d’elle, l’interprète du MŽpris a même affirmé à cette occasion penser très sérieusement à s’exiler dans un autre pays, tant elle ne supporte plus ceux qui nous gouvernent : « J’en ai marre, et plus que marre ! Il y a des moments où j’ai envie de quitter la France, tellement c’est devenu dégueulasse. »

Abandonner la Madrague, la Garrigue et sans doute certains de ses chers compagnons, Brigitte y songe-t-elle réellement ? Ou est-ce une parole en l’air prononcée dans le feu de la colère ? Certains signes tangibles semblent effectivement indiquer la volonté de l’ex-comédienne de plier bagage. Notamment le fait qu’elle vient de mettre en vente sa sublime villa provençale de Peymeinade dans les Alpes-Maritimes, acquise juste après sa douloureuse séparation de Roger Vadim, en 1957, et qui est aujourd’hui estimée à plusieurs millions d’euros. Une coquette somme qui lui permettrait de trouver un gîte confortable en n’importe quel point du globe.

Et pourquoi pas à Los Angeles, aux États-Unis, où sa petite sœur, Marie-Jeanne, 81 ans, s’est installée, il y a une vingtaine d’années ? Très proches, les deux femmes entretiennent une correspondance nourrie, s’écrivant plusieurs lettres par semaine. À moins que BB ne décide de se rapprocher de son fils, Nicolas. Si leurs relations n’ont pas toujours été faciles, mère et fils sont aujourd’hui dans un dialogue apaisé. Installé en Norvège avec son épouse, Nicolas rend chaque année visite à Brigitte. Vivre auprès de lui, profiter de ses deux petites-filles et de ses deux arrière-petitsenfants pourrait aussi être une possibilité.

À moins que le nouveau gouvernement, mené par Jean Castex ne fasse changer d’avis notre BB nationale. C’est à n’en pas douter ce que souhaitent tous ceux qui l’aiment…

Lili CHABLIS

À découvrir