France Dimanche > Actualités > Brigitte Bardot : Une grand-mère folle de chagrin !

Actualités

Brigitte Bardot : Une grand-mère folle de chagrin !

Publié le 30 juin 2020

.photos:bestimage

Agée de 85 ans, Brigitte Bardot déplore que ses relations soient si compliquées avec son fils et ses petits-enfants…

Elle a passé son existence à répéter qu'elle préférait la compagnie des animaux à celle des hommes. Entourée de ses bêtes dans sa maison de Saint-Tropez, c'est donc sans réelles contraintes que BB a vécu cette période de confinement. Nourrissant et cajolant ses nombreux compagnons comme elle a pour habitude de le faire, sans oublier quand même quelques petits coups de gueule par-ci par-là. Surtout dans le but de dissuader les gens d'abandonner leur animal.


« Le seul ami qui est avec nous en ce moment et dans lequel on peut avoir la plus grande confiance, c'est notre chien ou notre chat », nous avait-elle confié en plein cœur de l'épidémie de coronavirus. L'ancienne actrice se réjouissait aussi de revoir plein d'oiseaux qu'elle ne voyait plus, des sangliers, des écureuils. « C'est extraordinaire ! Et puis on entend ce silence magnifique que j'adore. Alors, je dis à tous ceux qui nous lisent : profitez de ce moment pour élever votre âme et votre cœur… »

Le cœur justement, on apprend aujourd'hui que le sien est quelque peu meurtri. Il l'est depuis de nombreuses années, dirait-elle, à cause de ses combats pour la plupart inaboutis, des promesses de nos dirigeants jamais tenues, de son éternel désespoir face à la souffrance animale…

« Les années passent et rien ne se passe pour l'amélioration de la condition des animaux en France, enrage-t-elle dans les colonnes de Gala. C'est scandaleux. C'est de pire en pire. Depuis quarante-sept ans, je demande à tous les gouvernements, je les supplie, je les engueule, pour qu'ils m'accordent les quelques urgences prioritaires qui pourraient faire avancer la protection animale. Je n'obtiens rien. Au contraire, c'est pire ! Rien ne va changer, sinon en pire. Il n'y a qu'à voir ce que donne ce début de déconfinement. Les gens font n'importe quoi, se précipitent dans les boutiques pour acheter, acheter, acheter. Ils se regroupent collés les uns aux autres, sont impatients de partir en vacances à n'importe quel prix, n'importe où. C'est lamentable ! »

Mais si, aujourd'hui, Brigitte souffre plus encore, c'est parce qu'elle se désole de n'avoir pas ou si peu de nouvelles des siens. En effet, elle qui en général se fait surtout entendre dans le cadre de son combat en faveur de la cause animale et demeure plutôt discrète quant à sa vie de famille, vient pourtant de confier à Gala à quel point « les contacts sont difficiles » avec son fils unique, Nicolas, qui vit depuis de nombreuses années en Norvège, ainsi qu'avec ses deux petites-filles, Anna-Camilla et Thea-Josephine, et les deux arrière-petits-enfants qu'elle n'a jamais vus.

Cette situation qu'elle déplore semble aujourd'hui lui causer bien du chagrin. « Mes petites-filles ont 30 ans, explique-t-elle dans Gala. Elles ont deux enfants de 7 et 3 ans. Je suis une arrière-grand-mère d'une descendance qui a la nationalité norvégienne et ne parle pas le français. »

De par la distance qui les sépare et la barrière de la langue qui n'arrange rien, on conçoit donc que leurs relations soient quelque peu complexes, et même douloureuses. Et ce, depuis longtemps. Depuis ce jour où Nicolas a compris que sa mère ne l'avait pas désiré. Et surtout depuis ses mémoires dans lesquelles Brigitte expose le terrible récit de sa grossesse : « C'est un peu comme une tumeur qui s'était nourrie de moi, que j'avais portée dans ma chair tuméfiée, n'attendant que le moment béni où l'on m'en débarrasserait enfin. Le cauchemar arrivé à son paroxysme, il fallait que j'assume à vie l'objet de mon malheur. »

Le 11 janvier 1960 d'ailleurs, jour de l'accouchement, l'actrice refuse de voir son fils, fruit de ses amours avec l'acteur Jacques Charrier. « Je m'en fous », aurait-elle lancé en détournant le regard du bébé, avant d'avouer bien plus tard : « J'aurais préféré accoucher d'un chien ! » Des mots d'une violence inouïe pour Nicolas. Brisé, il n'hésitera d'ailleurs pas à intenter un procès à sa mère. Car si ce dernier, âgé aujourd'hui de 60 ans, a certes grandi avec l'amour d'un père, il lui aura cruellement manqué celui de sa mère. Une mère si connue si adulée et un fils qui voulait juste les bras d'une maman pour se réfugier. Une mère et un fils qui toute leur vie se sont loupés. Chose que Brigitte, âgée de 85 ans, semble aujourd'hui déplorer. Et peut-être même sûrement regretter.

Laura VALMONT

À découvrir