France Dimanche > Actualités > Brigitte et Emmanuel Macron : Ils échappent à un coup d'état !

Actualités

Brigitte et Emmanuel Macron : Ils échappent à un coup d'état !

Publié le 19 novembre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Un dangereux individu prévoyait de s'emparer de l'Élysée lors d'un putsch qui a heureusement été déjoué à temps…

Tout commence par un étrange message électronique signé Rémy Daillet-Wiedemann envoyé à quelques parlementaires le 12 avril dernier. Les termes employés dans ce qui semble être une attaque en bonne et due forme contre le président Macron se veulent percutants : « La République n'est plus dominante. » Puis le courrier se fait plus menaçant, prévoyant un « renversement populaire inéluctable » face à un gouvernement « génocidaire » coupable, selon le signataire, d'avoir proposé « un vaccin qui tue ».


Des élucubrations dignes d'un illuminé se disent sur le coup les députés visés qui s'empressent de mettre ce courriel à la poubelle. Seul l'un d'entre eux juge bon de le signaler à la justice.

Bien lui en a pris puisque la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) qui se saisit du dossier va découvrir que, derrière cet étrange mail, se cache un nébuleux réseau de l'ultradroite dirigé par un ancien cadre du MoDem de 55 ans, un certain Rémy Daillet, déjà incarcéré pour avoir fomenté le rapt de la petite Mia.

Comme le révèle Le Parisien du 28 octobre, ce que découvrent les agents de la DGSI au cours de leur enquête est tout bonnement terrifiant. Ce forcené comptait effectivement s'en prendre au couple présidentiel qu'il aurait décidé de déloger de l'Élysée avec l'aide « du peuple ». Profitant du chaos d'une manifestation, son but aurait été de s'introduire dans l'enceinte du palais présidentiel afin d'y renverser le pouvoir en place, comme cela s'est déjà produit dans certains pays d'Afrique ou, plus récemment, en Afghanistan.

Le plus affolant dans l'histoire, c'est que ce putsch manqué aurait remporté l'adhésion de nombreuses personnes très motivées, et surtout extrêmement dangereuses, qui avaient, semble-t-il, déjà rassemblé un véritable arsenal d'armes à feu. Ce coup d'État avorté, baptisé opération Azur, aurait donc très bien pu finir dans un bain de sang et Emmanuel Macron, ainsi que son épouse, mourir sous les balles…

Heureusement, ce projet terrifiant a été déjoué à temps. Mais le plan tout bonnement sidérant de Rémy Daillet, qui vient d'être mis en examen dans ce dossier pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », ne serait pas isolé. En 2018, un groupuscule lui aussi lié à l'ultradroite aurait envisagé d'attenter à la vie du président avec un couteau en céramique ! Une menace réelle, quand on sait que les alarmes des appareils de détection d'objets métalliques ne résonnent pas quand ce matériau passe dans leur portique.

Il serait donc aisé pour un faux livreur, armé de ce type de couteau indétectable, de pénétrer au 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré sous prétexte d'apporter, par exemple, un tableau ou de la vaisselle venant soi-disant des réserves du Mobilier national – des objets précieux dont raffole Brigitte… puis de passer à l'acte.

Comment dès lors ne pas trembler pour le couple présidentiel qui semble être plus que jamais dans le viseur d'individus déterminés ?

Ainsi, lorsque le 26 septembre dernier, les époux Macron se sont rendus rue de Richelieu à Paris, à la Bibliothèque nationale de France, pour visiter en avant-première ce site historique magnifiquement restauré, un terroriste aurait pu se mêler, sous une fausse identité à l'assistance, avec un couteau en céramique caché dans un sac, puis les agresser.

Autant de scénarios fous qui, au regard de cette période de précampagne électorale plus que troublée, font froid dans le dos…

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème