France Dimanche > Actualités > Brigitte Macron : Enquête sur une odieuse rumeur

Actualités

Brigitte Macron : Enquête sur une odieuse rumeur

Publié le 18 février 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Une théorie complotiste selon laquelle la “première dame” serait un homme devenu transgenre a envahi le Web ! Afin de comprendre comment cette thèse abracadabrante convainc de nombreux internautes, nous nous sommes rendus à Amiens, sa ville natale.

Depuis plusieurs mois, une rumeur totalement folle s'est répandue sur les réseaux sociaux, circulant ces derniers temps de façon virale : Brigitte Macron serait en réalité une femme transgenre, née Jean-Michel Trogneux ! Sur Internet, il y a ceux qui y croient dur comme fer et qui alimentent en permanence cette théorie obscure et particulièrement cruelle pour la femme du chef de l'État à coup de photos, de documents administratifs et de déductions fumeuses. Et puis, les autres, les indécis qui ne demandent qu'à être convaincus et finissent par se laisser happer par ce grand bazar de l'intox où les extrapolations les plus farfelues se télescopent jusqu'au vertige.


Loin de s'être éteint depuis que l'épouse d'Emmanuel Macron s'est exprimée sur la question, ce phénomène qui a tout l'air d'un complot destiné à discréditer le président sortant ne cesse de prendre de l'ampleur sur la Toile.

Comme dans l'affaire Dupont de Ligonnès, les internautes qui jouent les détectives traquent le moindre indice et se lancent dans des enquêtes et contre-enquêtes, accumulant les « preuves » susceptibles de faire éclater la vérité au grand jour. Sauf que cette fois-ci, il ne s'agit pas de retrouver un tueur qui s'est volatilisé dans la nature mais un certain Jean-Michel Trogneux, né à Amiens, et qui ne serait autre que la première dame après qu'elle eut changé de sexe !

Pire encore, Brigitte qui, selon la rumeur, serait son frère, ne pourrait être la maman de Tiphaine, Laurence et Sébastien. Puisque née homme, elle serait dans l'impossibilité de donner la vie. Vous suivez ? Sur le papier, il faut bien avouer que c'est tout de même un peu gros. Mais ceux qui s'agitent dans l'ombre pour distiller le doute ne sont jamais à cours d'idées pour relancer la machine…

« Bien évidemment, c'est un mensonge », s'est indignée Brigitte Macron lors du journal télévisé de 13 heures le 12 janvier dernier avant de s'exprimer plus amplement sur RTL deux jours plus tard : « Au début, j'ai regardé ça d'un petit peu loin. J'en entendais parler mais bon, a-t-elle expliqué. Puis à un moment donné, je me suis rendu compte qu'ils étaient en train de bouleverser ma généalogie. Ils avaient changé mon arbre généalogique. Les trois quarts de la famille, c'était bien. Et puis on arrive à mon frère et je suis mon frère. Là, on touche à la généalogie de mes parents, c'est impossible. »

Face à ces terrifiants ragots, Brigitte a décidé d'engager des poursuites. « Il faut les captures d'écran, l'intégralité des propos rapportés, c'est un peu long. Il y a ceux qui émettent, ceux qui relaient, ceux qui hébergent, il faut ratisser large. J'ai mis cinq jours et demi avec des avocats rompus à l'exercice », affirme-t-elle.

Nous avons décidé d'enquêter à Amiens, en Picardie, là où Bibi, comme on la surnomme, a vu le jour en 1953, tout comme Emmanuel vingt-quatre ans plus tard. C'est aussi dans cette ville que leur histoire d'amour a commencé en 1993. Dès la sortie de la gare, nous demandons à des commerçants ce qu'ils pensent de LA rumeur.

Ces Amiénois, tous d'un abord sympathique, nous répondent qu'ici, personne n'en parle ! D'ailleurs ils n'étaient même pas au courant. « C'est n'importe quoi ! Mais d'où ils sortent ça ? Brigitte, on ne l'a pas vue depuis deux ans. La dernière fois, c'était après la disparition de son frère Jean-Claude, qui a été enterré dans le caveau familial en 2018, au cimetière Saint-Acheul. J'ai l'impression qu'elle nous snobe, mais ce n'est pas une raison pour colporter des horreurs pareilles », s'indigne un boulanger. « Ils préfèrent Le Touquet apparemment. On va finir par se vexer ! » plaisante un client.

Brigitte Macron, née Trogneux, petite dernière d'une famille de six enfants, a grandi dans un milieu aisé. Son père, Jean, est à la tête d'une chocolaterie prospère implantée dans la cité picarde depuis plusieurs générations. À l'office de tourisme, où l'on nous renseigne sur les différents points de vente, la rumeur n'a pas l'air de susciter beaucoup d'interrogations vu l'énormité de ce qu'elle avance. Mais des fous rires, ça oui ! De mémoire de Picards, ils n'avaient jamais entendu quelque chose d'aussi drôle !

Élevée à Henriville, le quartier qui aligne les villas cossues des notables amiénois, Brigitte est chouchoutée par ses parents qui veulent le meilleur pour leur petite dernière. Elle est scolarisée dans une école catholique non loin de la cathédrale. Accueillant aujourd'hui des élèves à partir de la seconde, le lycée du Sacré-Cœur était auparavant un pensionnat pour filles, comme l'atteste la plaque près de l'austère porte d'entrée.

Ce jour-là, à la sortie de cet établissement très huppé, les élèves n'étaient pas nombreux à croire à cette rumeur rocambolesque. D'ailleurs, la plupart de ces jeunes qui grillaient leurs cigarettes sur le trottoir ne savaient même pas que la « première dame » avait fréquenté cette vénérable institution. « Elle n'était pas plutôt à la Providence ? » interroge l'un d'eux. « Ben non, là-bas, elle était prof, ballot ! » s'esclaffe son copain. Il est vrai que très peu d'images de Brigitte Macron petite fille circulent sur Internet. Une aubaine pour les complotistes. Normal, les années 50, ça fait un bail ! D'ailleurs, au Sacré-Cœur, ils se sont débarrassés de leurs archives, nous dit-on. Nous qui espérions retrouver des photos de classe, c'est raté !

Même à la section Patrimoine de la bibliothèque d'Amiens, il n'y a guère plus à se mettre sous la dent. Pourtant, une dame charmante farfouille dans les casiers pour sortir, triomphante, un livret de distribution des prix datant de… 1879 ! Pas gagné, tout ça ! « Ah non, au temps pour moi, il s'agit de l'école Saint-Joseph en fait. Bah, c'est tout ce que j'ai, désolée », bafouille la dame.

Nous filons à la chocolaterie familiale, rue Delambre. Bien que la boutique soit régulièrement visée par des manifestations antivax, les vendeuses de l'un des quatre magasins Trogneux à Amiens accueillent toujours les gourmands, le sourire aux lèvres. Mais le nouveau patron Jean-Baptiste Trogneux, fils d'un des neveux de Brigitte, ne rêverait plus aujourd'hui que d'anonymat. D'ailleurs à l'intérieur de la boutique, rien n'évoque le couple présidentiel. « Les Macron, c'est eux, les chocolats, c'est nous ! » déclare la vendeuse, un brin excédée, à un couple de touristes qui leur pose la sempiternelle question.

En revanche, pour conter l'histoire de la prestigieuse maison vieille de six générations, elle n'est pas la dernière à expliquer aux voyageurs de passage comment Jean Trogneux, le papa de Brigitte, a repris l'affaire après la guerre, alors que les bombardements avaient détruit le centre-ville d'Amiens. Certes de petits immeubles sans charme avaient remplacé les maisons à colombage, mais il n'était pas question pour Jean de baisser les bras. Épaulé par son épouse Simone, il a mis toute son âme dans sa chocolaterie. Parents de six enfants, ils appartiennent à cette bourgeoisie de province qui n'aime rien d'autre que la discrétion.

Alors imaginez le scandale si, comme le prétend la rumeur, leur fils Jean-Michel leur avait annoncé à la fin des années 80 qu'il souhaitait devenir une femme et adopter le prénom Brigitte ! Comment une telle transformation aurait-elle d'ailleurs pu passer inaperçue dans cette petite ville où tout le monde se connaît ? D'autant que Jean-Michel siège toujours au conseil d'administration des Spécialités picardes, la société qui regroupe les différentes confiseries et chocolateries Trogneux. Pour accréditer leur thèse, certains internautes prétendent que Jean-Michel Trogneux se serait volatilisé depuis des décennies puisqu'il serait devenu Brigitte. Et pourtant…

Suite de notre enquête dans le prochain numéro.

Madeleine FERRER

À découvrir

Sur le même thème