France Dimanche > Actualités > Brigitte Macron : "Je pleure tous les jours !"

Actualités

Brigitte Macron : "Je pleure tous les jours !"

Publié le 29 novembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

En plus de la pandémie de Covid-19, Brigitte Macron est confrontée à un autre drame personnel…

Depuis le 30 octobre, les Français sont de nouveau reclus chez eux. L'objectif de ce deuxième confinement, annoncé devoir durer au moins jusqu'au 1er décembre, vise à faire baisser le nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 qui n'a cessé d'augmenter depuis la rentrée. Cet automne de souffrance qui affecte tout le pays n'a pas épargné Brigitte Macron. En effet, depuis presque un mois, l'épouse d'Emmanuel Macron fait face à la maladie avec beaucoup de courage.


C'est le 19 octobre que tout a basculé pour la « première dame ». Ce jour-là, Brigitte apprenait qu'elle allait sûrement devoir affronter le mal tant redouté. Déclarée « cas contact » au Covid-19, elle avait été aussitôt placée à l'isolement. Même si l'épouse du président de la République ne présentait pas de symptômes, elle avait dû se cloîtrer pendant une semaine, conformément aux recommandations des autorités sanitaires. Après ce repli nécessaire, il lui avait fallu se soumettre à un test. Fort heureusement, celui-ci s'était révélé négatif. Un véritable soulagement pour Brigitte et tous ses proches, à commencer par son mari.

Hélas, après cette bonne nouvelle, la maman de Tiphaine Auzière n'était pas tranquille pour autant. Loin de là… Depuis le début de son mandat, son époux s'applique à être sur tous les fronts. Entre la crise des « gilets jaunes » et les différentes attaques terroristes qui sévissent en France, le jeune président a eu du pain sur la planche… sans oublier ce virus, inédit dans l'histoire de l'humanité. Tous ces événements l'ont conduit à prendre des décisions fortes, dont ce nouveau confinement annoncé le 28 octobre lors d'une intervention télévisée qui a surpris tout le monde. Mais depuis qu'il a défendu la liberté d'expression et le droit à la caricature, lors de son discours en hommage à Samuel Paty, il est désormais la cible de nombreuses menaces de mort. Le gouvernement recevrait des montages montrant le chef de l'État brûlé ou décapité Le groupe djihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique a même menacé de se venger du dirigeant français après sa prise de position.

Face à cette menace bien réelle, on imagine sans peine l'état d'inquiétude dans lequel doit se trouver Brigitte Macron. Très certainement affolée à l'idée qu'il puisse arriver malheur à Emmanuel, elle craindrait aussi, comme le rapportait Le Parisien le 1er novembre dernier, pour sa sécurité personnelle, au point qu'elle redouterait de sortir une fois le confinement levé.

C'est dans ce contexte des plus angoissants qu'elle a décidé de prendre la parole dans une vidéo poignante publiée sur le compte Instagram d'Emmanuel Macron le 5 novembre. « Je suis rongée par la tristesse », débute-t-elle face à la caméra, la mine grave. Visiblement très affectée, elle poursuit : « Une certaine neurasthénie s'est emparée de moi, et tous les jours je pleure. Je pleure parce que je suis seule, triste, accablée. Parfois même je me demande : Qu'en serait-il si je disparaissais ? Manquerais-je réellement à qui que ce soit ? ». Des mots très forts qui disent à quel point elle peine à supporter la dernière épreuve que cette année 2020, décidément effroyable, lui a infligée. Et elle ne s'arrête pas là : « Je ne me supporte plus, je sens mon corps et mon esprit se recroqueviller sur eux-mêmes et la seule chose dont j'ai envie, c'est de partir, de m'enfuir loin, dans un endroit où Internet n'existe pas… ». Mais après ces quelques phrases tout bonnement affolantes, elle explique, ensuite qu'il ne s'agit pas là de ses propres mots, mais de ceux d'une adolescente de 16 ans harcelée à l'école et sur les réseaux sociaux qui lui a envoyé cette lettre déchirante.

Bouleversée par la situation difficile de cette jeune fille qui en appelle à son aide, elle a aussitôt réagi en rendant publique cette missive sidérante afin d'alerter sur ce phénomène qui ne cesse de faire des victimes. « C'est le quotidien de trop de jeunes, harcelés, a précisé Brigitte. Oui, le harcèlement fait beaucoup de mal. Il détruit. Nous ne devons jamais laisser faire. » Une prise de parole aussi rare que touchante qui dit combien cette femme généreuse et concernée est tournée vers les autres. Loin de s'apitoyer sur son sort, elle reste fidèle à ses engagements. En 2018, elle avait promis de tout faire pour combattre ce fléau redoutable du harcèlement scolaire qui toucherait un élève sur dix.

Deux ans plus tard, l'ancienne enseignante qui a été confrontée de nombreuses fois à ce douloureux problème durant sa carrière n'a pas renoncé à se battre. Au cours de sa prise de parole, l'épouse d'Emmanuel Macron s'est souvenue qu'elle avait lu d'autres témoignages de jeunes victimes « en juillet 2019, devant les ministres de l'Éducation des pays du G7. »

Puis elle a tenu à rappeler les actions déjà engagées, citant ainsi « les élèves ambassadeurs volontaires, des professeurs qui ont reçu une formation spécifique ou encore les référents harcèlement mobilisés dans chaque académie ». « Vous pouvez compter sur ma détermination à poursuivre ce combat et sur l'engagement plein et entier du président de la République française, conclut-elle. Les enfants et les adolescents doivent savoir qu'ils peuvent compter sur nous. Et nous serons là pour eux. » Un plaidoyer sincère et émouvant qui prouve, une nouvelle fois, que Brigitte Macron ne manque ni de cœur ni de courage.

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème