France Dimanche > Actualités > Brigitte Macron : Prise à partie par un homme !

Actualités

Brigitte Macron : Prise à partie par un homme !

Publié le 27 juillet 2018

“Attention Brigitte, je ne vais pas te lâcher”, a-t-il menacé, avec une détermination totale.

Être femme du président de la République n’est pas un métier facile.

Ca l’est encore moins quand on n’hésite pas à s’exposer en pleine lumière, comme le fait Brigitte Macron et, par là même, à recevoir les critiques les plus violentes.

En conséquence, celle qui refuse de jouer l’épouse effacée auprès de son mari est loin d’être à l’abri des attaques et des invectives.


Et aujourd’hui, c’est un homme qui l’a prise pour cible.

Un homme qui ne manque pas de ressources ni de pouvoir.

Un personnage fort, qui ne mâche pas ses mots, et qui a décidé de sortir de sa réserve pour venir l’apostropher, sans prendre de gant !

C’est par un message diffusé le 29 juin dernier sur son compte Facebook qu’il a choisi de s’adresser à Brigitte Macron.

Message bientôt relayé par tous les réseaux sociaux, puis par de nombreux médias.

Avant même que l’on puisse appuyer sur la petite flèche qui permet de regarder la vidéo enregistrée, on lit déjà ces mots qui enlèvent tout doute sur la nature préoccupante de cet appel.

L’homme a en effet écrit « Attention Brigitte », avant d’ajouter qu’il n’allait « pas la lâcher ».

« J’entends la mauvaise nouvelle qu’on va peut-être fermer la maternité de Guingamp… Mais ce n’est pas possible ! C’est hors de question ! » dit l’homme, bouleversé.

C’est la raison pour laquelle il en appelle à la première dame : « Brigitte, si vous m’écoutez, j’essaie de toucher votre cœur de femme… », lui lance-t-il.

Avant de passer au tutoiement, et d’expliquer ce qu’il attend d’elle : « Brigitte, tu sais ce que j’ai fait, moi, avec mon argent de ma poche ? J’ai ouvert et j’ai fabriqué une maternité au Burkina Faso. » 

Et d’expliquer qu’il avait un ami, pédiatre à la retraite, qui lui avait confié que dans certains villages burkinabés, les femmes accouchaient directement sur la terre battue.

Parce que cette image lui a été insupportable, il a décidé de passer à l’action, de « payer de sa personne », estimant qu’il s’agissait là d’un devoir moral.

Cible

Ce message est d’autant plus saisissant que l’homme qui l’a formulé nous fait habituellement hurler de rire : Jean-Marie Bigard.

On est très loin du Lâcher de salopes et de La chauve-souris enragée

Et l’humoriste de poursuivre : « Et on fermerait dans mon pays, à Guingamp, la maternité, faute de moyens ! »

Indigné, le comique affirme qu’il jouera son spectacle « autant de fois qu’il le faudra » dans sa ville et qu’il donnera la recette pour montrer l’exemple.

Avant de demander à Brigitte et à son mari de faire quelque chose…

Bigard achève son discours, insistant une nouvelle fois pour que cette maternité ne soit pas fermée.

Avec de la tendresse dans les yeux, il s’adresse aux époux Macron en leur disant qu’il les embrasse.

Puis ajoute, toujours sur sa page Facebook : « Rendez-vous tous devant la mairie, ce samedi 30 juin 2018 à 11 heures, pour sauver la maternité !!! »

Et ce jour-là, ils étaient quelque 3 000 personnes rassemblées devant l’hôtel de ville de la commune bretonne, à réclamer l’abandon du funeste projet.

Mais à l’heure où nous écrivons, ni Brigitte Macron ni le chef de l’État n’ont répondu à l’appel de Jean-Marie Bigard.

Il n’est cependant pas impossible que l’élan de l’humoriste puisse avoir des effets.

On sait que l’épouse du chef de l’état est sensible au destin de ceux qui rencontrent des difficultés.

« Trop de personnes, en raison de leur situation, de leur handicap, de leur maladie ou de la singularité de leur parcours de vie se heurtent à des portes closes, luttent pour accéder à des droits fondamentaux », avait-elle expliqué à notre confrère Le Point, fin 2017.

Régulièrement, elle va à la rencontre de celles et ceux qui souffrent, comme en février dernier où elle était allée écouter des femmes, agricultrices ou épouses d’agriculteur, qui lui avaient écrit leur désarroi.

Qui sait si le message de Jean-Marie Bigard n’atteindra pas sa cible ?

D’autant que ce saltimbanque n’est pas le seul à compter sur le grand cœur de Brigitte.

Le 3 juillet, une autre personnalité très appréciée des Français s’est adressée à elle, toujours par vidéo : « Bonjour Madame, je m’appelle Bernard Le Coq. Je suis comédien et je suis né au Blanc [dans l’Indre, ndlr] en 1950, dans cette maternité qui vient d’être brutalement fermée (pour l’été), et des femmes inquiètes, blessées par cette décision, vous ont écrit une lettre et m’ont demandé de vous la lire. […] »

Lui aussi espère que la première dame sera « sensible à leur démarche ».

Personne ne peut prévoir ce qui va se passer.

Mais il est impossible de gagner un combat sans se battre.

Aujourd’hui, ces deux artistes sont montés sur le ring médiatique, au risque d’échouer, mais avec la ferme intention de vaincre.

Laurence PARIS

À découvrir

Sur le même thème