France Dimanche > Actualités > Brigitte Macron : Sa correspondance privée divulguée !

Actualités

Brigitte Macron : Sa correspondance privée divulguée !

Publié le 15 novembre 2018

Obligée à dévoiler ses courriers intimes, Brigitte Macron s’est exécutée pour sauver son honneur.

Tout le monde, même la « première dame », a droit à sa part de secrets. Que serait-on en effet, si notre cerveau, comme dans certains films de science-­fiction, laissait voir tout ce qui s’y passe, toutes les pensées qui s’y déroulent, sans aucun filtre ?

Oui, Brigitte Macron devrait aussi pouvoir garder pour elle certains pans de son existence. Certes, bien des choses ont déjà été révélées à son sujet. Son histoire romanesque, celle d’une prof de lettres mariée et mère de trois enfants, qui déclenche chez l’un de ses élèves de 15 ans une passion qui ne se démentira jamais et à laquelle elle ne pourra que répondre. Son goût pour la liberté aussi, au mépris même de la sécurité qu’implique son statut d’épouse de président de la République. « Il n’est pas né celui qui m’enfermera ! […] Je sors tous les jours du palais. Je me promène sans soucis et je prends plaisir à dialoguer avec les personnes que je rencontre. […] J’ai pris le métro jusqu’à très récemment », expliquait l’intéressée dans Elle l’été dernier, avant d’évoquer, sans aucun tabou non plus, ses vingt-quatre années de différence d’âge avec son conjoint : « On petit-déjeune, moi avec mes rides, lui avec sa fraîcheur, mais c’est comme ça », lançait-elle comme un défi. On sait même à combien s’élève sa retraite ­d’enseignante : 2 150 euros mensuels.


Cette franchise, sa façon si directe de s’exprimer, donne l’impression que Brigitte Macron assume tout. Que, contrairement à d’autres, elle n’a rien à cacher. Or, aujourd’hui, on doit admettre que cette sensation était fausse. La première dame est un être humain comme les autres, avec ses secrets. Et contre toute attente, la voilà forcée de les livrer, sans recours possible.

C’est de sa correspondance intime qu’il s’agit, ses messages et les réponses de ses interlocuteurs, qu’elle a été contrainte de dévoiler. Pour cette femme libre, se voir imposer de rendre publics ses courriers doit être insupportable. C’est sans doute avec colère que Brigitte a réagi. Et qui ne la comprendrait pas ? Imaginez ce que vous ressentiriez si vos lettres étaient publiées dans les journaux, quand vous pensiez qu’elles étaient conservées bien à l’abri ou détruites !

Pourtant, cette correspondance a été dévoilée au grand jour. C’est par la voix de son directeur de cabinet, Pierre-Olivier Costa, par ailleurs conseiller spécial auprès du président de la République, que l’on a pu entendre celle de Brigitte.

Dans L’Express, il a communiqué différents extraits de ses courriers récents. Des lettres envoyées par ceux qui, usés par un combat qu’ils mènent depuis trop longtemps, espéraient d’une façon ou d’une autre que Brigitte les aiderait à sortir de leur détresse. Car il est de notoriété publique que Mme Macron est sensible aux malheurs du monde. C’est la raison pour laquelle elle reçoit jusqu’à 250 lettres par jour !

« C’est avec une immense gratitude que je vous remercie du courrier de soutien que vous avez eu l’extrême obligeance de m’envoyer », lui a écrit l’un de ses correspondants, le 12 juillet. Un autre, le 13, souhaite exprimer sa « très vive reconnaissance » à Brigitte, pour lui avoir répondu. « Plusieurs dizaines de missives sont ainsi reçues chaque jour », a tenu à préciser Pierre-Olivier Costa.

Si la femme du président a été obligée de dévoiler ces relations épistolaires, c’est que, quelques semaines plus tôt, toujours dans L’Express, un article l’accusait d’être à l’origine d’une très grande déception pour ceux qui s’étaient adressés à elle. 

Pourquoi étaient-ils dépités, selon le magazine ? Était citée, par exemple, la présidente de SOS Autisme, Olivia Cattan. Après avoir rencontré Brigitte, qui lui a donné son adresse e-mail, l’a écoutée et se serait « engagée à porter une attention particulière à la situation des enfants autistes », elle n’en aurait plus eu aucune nouvelle.

Même chose pour cette propriétaire d’un bien squatté, ce malade souffrant d’une pathologie rare, ces associations, ces personnes perdues dans leurs problèmes, qui ne voient pas d’issue à leur détresse et s’adressent à Brigitte en désespoir de cause. Il y a aussi Jennifer Dana, dont l’enfant a été enlevé par son père, décédé mystérieusement, et qui le cherche toujours. « C’est une femme, une mère qui pouvait s’identifier à moi », a expliqué la Toulousaine. Mais elle n’a reçu qu’une lettre signée de Pierre-Olivier Costa, qui lui écrit : « Comme vous le savez, Brigitte Macron ne peut intervenir dans le cours d’une affaire judiciaire. »

Des réponses qui tardent, des lettres types, contenant des formules telles que « L’agenda ne nous a pas permis d’être présents », ou pas de réponse tout court, voilà qui, selon L’Express, alimenterait l’amère déception de ces Français qui se sont adressés en vain à Brigitte Macron. 

Et c’est pourquoi son directeur de cabinet a tenu à exercer un droit de réponse dans L’Express. Selon lui, ils sont nombreux ceux à qui la première dame a répondu, bien plus que ce que le magazine pouvait laisser croire.

Il n’est pas question pour nous de dire qui a raison. Mais ce qui ressort de cet épisode de la vie de Brigitte, c’est qu’elle se sait maintenant condamnée à la transparence. À l’instar de son mari, son « statut » la contraint à vivre en pleine lumière, sans la moindre part d’ombre. Quand on occupe la première marche du pouvoir, la vie privée n’existe plus. Et si le président l’a appris à ses dépens avec l’affaire Benalla, Brigitte le sait aussi désormais.

Laurence PARIS

À découvrir