France Dimanche > Actualités > C. Jérôme : 20 ans qu'il nous manque !

Actualités

C. Jérôme : 20 ans qu'il nous manque !

Publié le 11 mai 2020

.photos:bestimage

Vingt ans déjà que le chanteur C. Jérôme est parti. Mais il reste toujours dans nos coeurs...

LE SAVIEZ-VOUS ?

Pour ne pas être confondu avec Claude François, Claude Dhôtel avait choisi C. Jérôme comme nom de scène, en abrégeant son prénom en une initiale suivie d'un point. Néanmoins, cela n'a pas empêché qu'il soit souvent arrêté dans la rue par des personnes le prenant pour l'interprète de Belles, belles, belles, ou pour son frère. Une situation qu'il prit d'abord avec humour avant de s'en lasser.

EMPORTÉ PAR LA MALADIE EN 2000, L E CHANTEUR TOUJOURS DE BONNE HUMEUR ET AUX 26 MILLIONS DE DISQUES VENDUS SURVIT DANS NOS CŒU RS.R

Il suffit que l'une de ses chansons passe à la radio pour que, naturellement, les paroles remontent à la surface. Vingt ans après sa disparition, les refrains de ses tubes ont pris leur place dans notre mémoire collective. Une victoire pour l'interprète de C'est moi qui a toujours mené sa carrière avec sincérité et passion. Pourtant, tout n'était pas joué d'avance, il lui a fallu de la persévérance pour atteindre les sommets.

UNE ENFANCE DIFFICILE

Claude Dhôtel naît à Paris le 21 décembre 1946, mais c'est auprès de ses grands-parents à Champenoux, en Meurthe-et-Moselle, qu'il grandit après le décès de son père alors qu'il n'avait que 5 ans. Lorsque sa mère, remariée, les rejoint six ans plus tard, Claude et sa sœur Nicole font la connaissance d'un beau-père dont les accès de colère ne leur laisseront pas de bons souvenirs. Heureusement, la musique et la guitare s'immiscent peu à peu dans ce quotidien peu joyeux.

, t, Comme tous les jeunes de son époque, à 16 ans, Claude se passionne pour le rock and roll et fait d'Elvis Presley son idole. Avec une bande de copains, il monte un premier groupe, Les Storms et adopte un premier nom de scène : Tony Parker ! Vendeur de chaussures la journée, il passe ses soirées à répéter et à se produire dans les salles, comme chanteur de bal.

Très vite, il sent qu'il doit monter à la capitale s'il veut percer dans le milieu. La chance lui sourit quand Eddie Barclay en personne accepte de rencontrer Les Storms.

LES DÉBUTS À PARIS

Claude tape dans l'œil du célèbre producteur qui lui promet monts et merveilles. Mais la suite se fait attendre et les fins de mois sont difficiles. Il survit grâce à ses amis et au groupe Les Alizés qu'il a rejoint.

Son avenir bascule enfin en 1967 lorsque sa route croise celle du producteur et parolier Jean-François Maurice, connu sous le nom de Jean Albertini. Grâce à lui, il enregistre son premier 45 tours : Les Fiancés alors qu'il fait son service militaire à Provins, en Seine-et-Marne. Il demande même une autorisation spéciale auprès du colonel du régiment pour pouvoir garder ses cheveux plus longs que ne le permet le règlement, afin que la photo de la pochette soit réussie ! C'est aussi à ce moment-là qu'il choisit C. Jérôme pour pseudonyme. Mais malgré tous ses efforts, seulement 400 exemplaires seront vendus et Claude avouera par la suite que sa maman en aurait elle-même acheté une centaine.

DES SEVENTIES DE FOLIE

Son titre Le Petit Chaperon rouge est mort, qui bénéficie du soutien de l'émission Salut les copains d'Europe 1, connaît un premier succès. La station l'invite régulièrement. Aussi lorsqu'il enregistre en 1969 Quand la mer se retire, écrite par Jean Albertini, les ventes sont au rendez-vous !

Les seventies seront les années de ses plus grands tubes : Kiss Me se hisse en tête des hit-parades en France, mais aussi en Allemagne, au Canada, aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Italie, en Belgique, en Suisse et en Autriche. Il existerait vingt-deux versions de cette chanson ! Cette année 1972, il rencontre aussi Annette, une jeune hôtesse publicitaire qui devient son épouse et avec qui il aura une fille, Caroline, qui deviendra coach vocal et qui lui donnera à son tour deux petits-enfants.

Les succès s'enchaînent : Himalaya (1972), Manhattan (1973), La Petite Fille 73 (1973) et C'est moi (1974), peut être son refrain le plus chanté encore aujourd'hui.

Avec ses cheveux mi-longs, ses pantalons pattes d'eph, ses vestes cintrées et ses chemises satinées, il préfigure déjà la génération disco qui va suivre. Les jeunes filles épinglent les posters dans leur chambre, ses cheveux clairs, son sourire et ses fossettes font rêver les Françaises, mais aussi les Allemandes qui le connaissent sous le nom de Charles Jérôme, tandis qu'en Italie, il se fait appeler Geronimo !

Pourtant, les années 80 débutent par un passage à vide, son style n'est plus autant apprécié.

NOUVEAU REBOND

Mais sa carrière repart grâce à un heureux hasard. En 1979, Didier Barbelivien lui avait écrit une chanson qu'il avait d'abord refusée. Retombant sur la cassette quelques années plus tard, il décide de l'enregistrer. Une intuition géniale puisque les paroles de Barbelivien sur la musique de Jean Albertini avec la voix de C. Jérôme produiront le slow de l'hiver 1985 : Et tu danses avec lui. Les ventes s'envolent et le titre se classera deuxième du Top 50 pendant plus de six mois, derrière le duo formé par Jean-Jacques Goldman et Michael Jones pour Je te donne. L'année d'après, il poursuit sa lancée avec Derniers baisers. Élevé au rang de chevalier de l'ordre du Mérite, puis des Arts et des Lettres, le chanteur se produit toujours dans les années 90, mais il devient aussi animateur sur Radio Monte-Carlo en 1995, grâce à une recommandation de Jean-Pierre Foucault. Il présente Les Années twist, qui deviendra Les Années tubes, avec Claire Cardell.

LA MALADIE LE STOPPE À 53 ANS !

L'année suivante, les téléspectateurs le retrouvent le temps d'un été pour l'émission quotidienne La Chanson trésor. Mais en août 1997, une tumeur à l'abdomen freine ses envies. Celle-ci s'avérera cancéreuse et le chanteur prendra le temps de se remettre.

Remis sur pied, il apparaît sur France 2 dans Vivement Dimanche au côté de Michel Drucker. Il prendra plaisir à tenir une chronique Souvenirs. Mais la maladie reprend le dessus à la fin 1999 et se généralise. Elle l'emporte le 14 mars 2000 à 53 ans. L'absence de cet homme souriant et gentil nous pèse toujours.

Un anniversaire sans hommage

Aux côtés de Michel Drucker pour qui il animera la séquence Souvenirs de Vivement Dimanche. Ci-contre, avec sa femme, Annette, qui l'a soutenu jusqu'aux derniers instants. Ci-dessous, moment de bonheur en famille avec son épouse et leur fille, Caroline.

Qui aurait pu prédire que vingt ans après sa disparition, trouver un CD du chanteur de Kiss Me se révélerait aussi difficile ? Aucun best of ne semble au programme et les stocks sont proches de l'épuisement. Nulle part on évoque d'hommage officiel, ni chez Universal ni chez Charles Talar-Pomme Music, les deux maisons de disques qui ont suivi l'artiste. S'il est bien référencé sur les deux sites, le premier n'a rempli aucune des rubriques news, biographie discographie et photo, et le deuxième ne mentionne que la liste de ses titres. Même le livre C. Jérome, c'est lui d'Annette Dhôtel, sorti en 2003 chez Michel Lafon, ne figure plus à l'achat sur le site internet de la maison d'édition. Un bien triste dénouement pour C. Jérôme qui a compté parmi les chanteurs français les plus populaires.

Julie BOUCHER

À découvrir

Sur le même thème