France Dimanche > Actualités > Camille Cerf : “Rien ne pourra effacer la souffrance d’avoir perdu papa !”

Actualités

Camille Cerf : “Rien ne pourra effacer la souffrance d’avoir perdu papa !”

Publié le 14 décembre 2014

La jeune femme de 20 ans,
première élue ch’ti
depuis la création de l’élection
Miss France, Camille Cerf
veut mettre sa notoriété�
au service des malades du cancer.

« Je ne comprends pas encore vraiment tout ce qui m’arrive ! » Couronnée Miss France 2015, samedi dernier au Zénith d’Orléans, Camille Cerf semble encore sous le choc. Depuis plusieurs semaines, cette passionnée d’équitation, de natation et de mode faisait pourtant l’unanimité dans tous les médias.

La rédaction de France Dimanche avait eu du flair, la citant parmi ses cinq préférées, derrière Miss Languedoc et devant Miss Tahiti (voir notre n° 3562). « Je savais effectivement que j’avais beaucoup de fans bien avant la finale, nous a-t-elle confié le lendemain de son sacre, mais les sondages peuvent toujours se tromper, donc je n’y prêtais guère attention… »

C’est donc avec surprise qu’elle a entendu Patrick Bruel prononcer son nom devant près de 10 millions de téléspectateurs (la plus forte audience depuis 2008 pour cette émission !) à l’issue d’une soirée féerique. « Sur le moment, j’ai ressenti un grand soulagement, poursuit-elle. Et je me suis vite demandé ce qui m’attendait pour la suite. Ai-je surtout les épaules assez larges pour faire honneur à ce titre ? » Nul doute que Sylvie Tellier saura apaiser ses craintes et la guider sur le bon chemin.

En attendant que sa protégée prenne ses marques, la directrice générale de la société Miss France se réjouit qu’une blonde succède à la ravissante Flora Coquerel. « On n’en avait plus vu depuis 2006 ! » a-t-elle fait remarquer.

C’est aussi la première fois qu’une Miss Nord-Pas-de-Calais a le privilège de porter l’écharpe si convoitée. Originaire de Coulogne, près de Calais, la jeune fille aux yeux verts, étudiante en deuxième année d’école de gestion et de commerce à Lille, rêve de devenir attachée de presse ou chargée de communication. Une chose est sûre, même si son sacre va lui ouvrir de nombreuses portes, Camille Cerf souhaite poursuivre son cursus, à l’instar de Marine Lorphelin, Miss France 2013, qui a récemment repris ses études de médecine.

Miss Nord-Pas-de-Calais est devenue miss France 2015  © monaco.mc
Miss Nord-Pas-de-Calais devenue miss France 2015 © monaco.mc

Pour l’heure, celle qui peut déjà se réjouir de recevoir une dotation d’une valeur d’environ 100 000 euros (voiture, tablette, écran plat, montre, voyages…) ne nie pas avoir été nettement avantagée pour gagner. Son passé de mannequin (à 15 ans, elle défilait déjà pour le concours international Elite Model Look) a en effet été un atout indéniable pour se différencier des autres candidates. « Cette expérience m’a évidemment aidée à être un peu plus à l’aise aujourd’hui sur un podium et devant des journalistes », reconnaît-elle.

Grande fille (1,80 m) à la tête bien faite (Bac S avec mention assez bien), Camille Cerf, qui a fêté ses 20 ans mardi dernier, semble donc capable de gérer une année qui s’annonce mouvementée. Entre le marathon médiatique qui l’attend dans les prochains jours et les polémiques concernant son élection, il va lui falloir beaucoup de courage.

Car son sacre n’a pas fait que des heureux, suscitant de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. C’est en effet la troisième année consécutive que la représentante de Tahiti termine première dauphine. Du coup, les fans de Hinarere Taputu n’ont pas hésité à crier au scandale. « Quatre millions d’habitants dans le Nord-Pas-de Calais contre 280 000 en Polynésie, comment tu veux qu’on gagne ? » s’interroge aujourd’hui l’un d’eux sur Facebook. « Ça coûterait trop cher à la production d’organiser l’élection à Tahiti si on gagnait, sans compter le décalage horaire », renchérit un autre internaute. « Miss Tahiti, la Poulidor des Miss France ! » conclut non sans humour un énième fan dépité. Habituée à répondre aux accusations de cette nature, Sylvie Tellier a tenté de calmer le jeu, précisant que Camille s’était surtout illustrée en prenant la parole au micro de Jean-Pierre Foucault.

Positive

Le public a certes dû être touché par le portrait de la jeune Miss qui a été proposé le soir de l’élection. Comme nous l’évoquions dans notre précédent numéro, Camille Cerf a perdu son père l’année dernière des suites d’un cancer du poumon, décelé sept mois à peine avant sa mort… Voilà pourquoi elle souhaiterait mettre à profit son mandat de reine de beauté pour aider les personnes souffrant de cette terrible maladie. « J’aimerais beaucoup m’investir, entre autres, dans une association pour améliorer le quotidien des patients atteints du cancer, nous a-t-elle confié. Je sais combien le moral est important pour la guérison. »

Elle ne se sépare jamais du précieux cadeau que lui avait offert le cher disparu : un couteau suisse… avec lime à ongles et pince à épiler ! « Rien ne pourra effacer la souffrance d’avoir perdu mon papa, affirme-t-elle, mais je suis sûre que ce qui vient de m’arriver aura au moins le mérite de redonner du bonheur à mes proches. Dans ce genre de situation, il est important de se concentrer sur des choses positives, d’aller de l’avant… Pour moi, mon père est toujours là, dans mon cœur.»

Nul doute que, là où il est, il doit être très fier de sa fille. Tout comme le sont sa maman, prothésiste dentaire, et Mathilde, sa sœur jumelle. Sans oublier son petit copain, qui travaille dans la mode et qui est, selon elle, « très content » de cette victoire. Espérons pour lui qu’il ne finisse pas, comme tant d’autres, aux oubliettes. En effet, Sylvie Tellier l’affirme, rares sont celles qui gardent leur amoureux durant l’année qui suit leur sacre. Néanmoins, comme elle l’a expliqué récemment sur Europe 1 : « Ça tient rarement, mais ça peut tenir. » Mais rien ne sert d’y penser maintenant ! Jeune fille dynamique et ambitieuse, Camille doit sans doute d’ores et déjà se préparer à relever le prochain défi qui l’attend puisque, en janvier, elle représentera la France au concours Miss Univers, à Miami, aux États-Unis.

Alfred de Musset disait : « Pour réussir retenez bien ces trois maximes : voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. » Cette devise, qui l’accompagne chaque jour, devrait lui permettre d’aller très loin. Jusqu’à présent, Camille Cerf a osé y croire.

Et elle a raison de vouloir voir plus loin. Toujours plus loin.

Philippe Callewaert

À découvrir