France Dimanche > Actualités > Capucine Anav : “Je rêve d’un mariage à la Kate Middleton”

Actualités

Capucine Anav : “Je rêve d’un mariage à la Kate Middleton”

Publié le 23 février 2018

Capucine Anav, ex-chroniqueuse de Cyril Hanouna, fait ses premiers pas de comédienne.

Découverte dans Secret Story, elle a ensuite intégré la joyeuse bande de Touche pas à mon poste !, avant de débarquer sur les planches de l’Apollo théâtre dans une comédie d’Éric Delcourt, La fève du samedi soir.

L’occasion pour la pétillante jeune femme de 26 ans de se confier sur ses débuts de comédienne.

France Dimanche : Comment êtes-vous arrivée dans cette aventure théâtrale ?

Capucine Anav : Par hasard. Disons que lorsque j’ai envie de quelque chose, je le crie haut et fort, et ça paye. Un ami qui savait que je rêvais de jouer la comédie m’a conseillée d’aller me présenter aux auditions de cette pièce, et contre toute attente, j’ai été choisie ! Je suis d’autant plus fière que c’était mon tout premier casting et qu’il y avait plein d’autres candidates super. Mais je crois beaucoup au destin !

F.D. : Aviez-vous toujours souhaité être actrice ?

C.A. : Je crois que oui. Néanmoins, ce milieu me semblait tellement inaccessible que je n’osais pas l’imaginer, même dans mes rêves les plus fous ! Puis, l’occasion s’est présentée, et le bonheur en est d’autant plus grand.


F.D. : Guy Carlier vous a fait pleurer.

C.A. : Oui, mais ça s’est arrangé. J’étais d’ailleurs très gênée de venir au micro d’Europe 1 lire le texto que je lui avais envoyé en privé. Si j’avais voulu que ce soit public, je lui aurais adressé un tweet. Là, je voulais que ça reste entre nous. J’étais cependant très touchée qu’il s’excuse, qui plus est publiquement. Et comme c’est quelqu’un que j’admire beaucoup, j’étais très heureuse qu’il parle de moi.

F.D. : Les critiques vous blessent-elles ?

C.A. : Je m’y attends. C’est tellement facile de faire le raccourci entre Capucine Anav hier dans Secret Story et aujourd’hui surx les planches ! Donc oui, ça me touche, mais surtout, ça m’attriste pour mon public que l’on dénigre.

F.D. : Quelle petite fille étiez-vous ?

C.A. : Assez espiègle. Tous les dimanches, je faisais des spectacles, il fallait qu’on m’applaudisse. À Noël, je mettais les L5, et tout le monde devait me regarder danser. Je pense avoir un gros besoin d’attention.

F.D. : Vous étiez du genre complexée ?

C.A. : Oh oui, par ma petite taille et mes taches de rousseur sur le nez et les joues. Au collège, on m’appelait « la naine » ou « la crêpe » ! J’ai tellement entendu ces insultes qu’elles sont restées gravées en moi. Aujourd’hui encore, je continue de camoufler mes taches avec du maquillage et mets des talons le plus souvent possible. C’est pour ça que j’aimerais qu’on dise : « Ah, ce petit bout de bonne femme a réussi à faire quelque chose de bien ! » Ce n’est pas parce qu’on est petit à l’extérieur qu’on n’est pas grand à l’intérieur ! Comme mon papa ou Nicolas Sarkozy, des personnes de petite taille qui, au final, ont plus de pouvoir que quelqu’un de 1,90 m. Je trouve ça beau, car c’est un peu une revanche sur la vie !

F.D. : Avez-vous regretté d’avoir fait de la télé-réalité ?

C.A. : Non, je ne regrette jamais rien ! Et puis, sans la télé-réalité, je ne serais certainement pas là en train de vous parler et de m’éclater chaque soir au théâtre. Donc si c’était à refaire, je recommencerais.

F.D. : Qu’est-ce qui vous a poussée à arrêter Touche pas à mon poste ?

C.A. : L’idée trottait dans un coin de ma tête, mais comme j’aime aller au bout des choses, j’ai terminé la saison. Cependant je ne souhaitais pas jouer ce rôle plus longtemps. J’avais envie de nouveautés !

F.D. : Cyril Hanouna a semblé un temps vous en vouloir d’avoir triché.

C.A. : Mon plus mauvais souvenir dans Touche pas à mon poste ! serait, effectivement, qu’il ait pu penser ça. J’ai réussi à lui prouver que ce n’était pas une triche volontaire, ce qu’il a compris. À mon âge, il aurait peut-être fait la même chose. Je suis une gamine qui avait envie de réaliser son rêve : présenter une émission en prime et, comme j’ai entendu la réponse par hasard, j’ai sauté sur l’occasion. Mais sans ce concours de circonstances, il ne me serait jamais venu à l’esprit de tricher. Sur le coup, ça m’avait attristée qu’il pense ça, car j’adore Cyril et je lui dois beaucoup. Aujourd’hui, tout va bien entre nous.

F.D. : Votre amoureux [Alain-Fabien Delon, ndlr] se serait fait tatouer « Capu »… En voilà une belle preuve d’amour ?

C.A. : Mon amoureux, mon amoureux… Je n’ai jamais rien dit à ce sujet, c’est mon jardin secret. J’estime assez jouer le jeu et dévoiler beaucoup de choses sur moi… Étant déjà très exposée, je trouve ça important de garder un peu de mystère.

F.D. : Quel serait votre plus grand rêve ?

C.A. : Me marier et avoir des enfants ! Si je ne connaissais pas ça, j’aurais l’impression d’avoir raté ma vie. Passé 30 ans, jamais je ne sacrifierais ma vie privée à ma carrière. Je rêve d’un mariage de princesse à la Kate Middleton !

Caroline BERGER

À découvrir