France Dimanche > Actualités > Carla Bruni : Dévastée par la douleur !

Actualités

Carla Bruni : Dévastée par la douleur !

Publié le 27 décembre 2013

Discrète et rongée par la � peine�, elle a assisté, cachée derrière des lunettes noires, aux funérailles de son amie d’enfance à l’église Saint-Roch.

On a souvent l’impression, lors des funérailles de célébrités, que certains de ceux qui viennent pour leur dire un dernier adieu ne sont pas vraiment affectés. Ou en tout cas, on peut avoir la sensation qu’ils retourneront rapidement à leurs occupations habituelles, sans être trop marqués par ce deuil. Pour Carla Bruni, qui vient de perdre un être à qui elle était très attachée depuis longtemps, c’est tout le contraire. Jeudi 19 décembre dernier, c’est une femme dévastée par le chagrin qui a rejoint l’église Saint-Roch, à Paris, pour accompagner, une dernière fois, son amie Kate Barry.

Proximité

Car leur rencontre était loin d’être récente. Ces artistes ne s’étaient pas croisées par hasard dans le cercle très fermé de la jet-set parisienne. Non, elles s’étaient connues quand elles avaient 12 ans… Inutile de dire qu’elles avaient partagé beaucoup depuis ! Leur proximité était telle que, quand Carla avait décidé de faire le grand saut, d’abandonner le mannequinat pour la musique, c’est à son amie Kate qu’elle avait fait appel, pour réaliser la pochette de son tout premier album, Quelqu’un m’a dit. On y voit la chanteuse allongée sur le sol, le visage et le corps comme barrés par une guitare, offrant au regard une sorte de monstre magnifique, mi-femme, mi-instrument…

Et c’est aussi sous le regard aimant et doux de sa complice de toujours que Carla avait accepté de poser pour notre confrère Elle, au début de cette année… Elle vient d’ailleurs de confier, dans ce même magazine, quelques mots sur son amie trop tôt disparue : « J’aimerais simplement dire, après le choc de la nouvelle, combien Kate était lumineuse. Et cette lumière se glissait dans ses photos comme une caresse sur la peau. » Pour toutes ces raisons, il n’était pas question pour l’ex-première dame de ne pas assister aux obsèques de la photographe.

Aussi a-t-elle joint son chagrin à ceux de Jane Birkin, Lou et Charlotte. Durant toute la cérémonie, les deux demi-sœurs de la défunte sont restées soudées comme si elles étaient siamoises, entourées par des proches et des amis de toujours : Catherine Deneuve, Alain Souchon, Isabelle Huppert, Nathalie Baye, Lambert Wilson, Michel Piccoli… Le visage enfoui dans une grande écharpe, sans doute pour ne pas laisser voir ses larmes, Carla était bien à ce si triste rendez-vous. Mais, en arrivant sur le parvis de l’église, couvert de gerbes de fleurs, il s’est passé quelque chose que la jeune femme n’avait pas prévu.

Elle a aperçu des photographes qui se tenaient sur le côté gauche de l’entrée. Et alors que d’habitude elle retient ses émotions, préférant les garder pour ses proches, l’ex-top a craqué. « Vous n’avez pas honte de photographier la mort ? » a-t-elle jeté, comme une claque aux reporters qui se trouvaient là… Avant de replonger son beau visage meurtri dans sa grande écharpe, et de filer à l’intérieur de l’église suivre la cérémonie.

Larmes

Ensuite, comme tous les autres, elle a écouté, très recueillie, les différentes interventions qui se sont succédé, sous la houlette de la révérende Canon Alyson Lamb Chaplain, de l’église anglicane Saint-Michaël de Paris. Jane Birkin a lu un texte, Pourquoi la grâce de toi me frappe, ensommeillée ce soir ?, qu’elle avait elle-même écrit, il y a quelques années, sur Kate. Charlotte, la gorge serrée, a ensuite lu un très beau texte de son père, Serge Gainsbourg, Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve. Lou a enchaîné par un extrait de Cymbeline, de Shakespeare, suivi par Étienne Daho, qui a cité un passage de la Bible.

Recroquevillée sur son siège, comme si elle voulait prendre le moins de place possible, Carla n’a rien manqué de ces hommages. Longtemps, elle est restée dans l’église, à l’issue de la cérémonie, sortant parmi les derniers. C’est le visage noyé de larmes qu’elle a ensuite quitté les lieux, visiblement très marquée par ce deuil tragique. Espérons que les fêtes de fin d’année seront comme un baume sur son chagrin, et qu’on la reverra bientôt sourire.

Laurence Paris

À découvrir

Sur le même thème