France Dimanche > Actualités > Carla Bruni-Sarkozy : Sa conversation secrète avec Brigitte Macron

Actualités

Carla Bruni-Sarkozy : Sa conversation secrète avec Brigitte Macron

Publié le 28 avril 2017

Anxieuse à l’idée de devenir première dame, Brigitte Macron, l’épouse du leader d’En marche !, 
a trouvé une précieuse alliée 
en Carla Bruni, la femme de Nicolas Sarkozy.

Artiste dans l’âme, elle n’avait malgré tout pas hésité à se tenir éloignée de la scène pour rester auprès de son « Raymond », tout au long de son quinquennat… Si Carla Bruni-Sarkozy n’a jamais accepté de s’installer à l’Élysée, elle en connaît néanmoins tous les recoins, tous les rouages.

L’ex-mannequin en a même souvent côtoyé le personnel qui se déplaçait à la Lanterne, la résidence secondaire du chef de l’état, pour servir le président et sa famille… Cette première dame a su être présente au côté de son homme, sans pour autant outrepasser son rôle, ayant compris mieux que personne comment rester à sa place, et l’occuper avec brio…

->Voir aussi - Carla Bruni : Le bébé qui change tout !

Redevenue une femme presque comme les autres depuis 2012 avec la défaite de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles, la maman d’Aurélien (15 ans) et de Giulia (5 ans) n’est, sans nul doute, pas ressortie indemne de cette expérience éprouvante. De là à en faire profiter celle qui devrait endosser cette fonction dans plusieurs semaines, il n’y avait qu’un pas !

Si, bien sûr, rien n’est écrit à l’avance, il y a de fortes chances en effet que l’ex-banquier d’affaires de la banque Rothschild devienne, face à Marine Le Pen, le prochain président de la République, propulsant du même coup sa femme à la difficile fonction de première dame.

->Voir aussi - Brigitte Macron : Une vraie première dame !

D’ailleurs, au lendemain du premier tour de scrutin, le 23 avril dernier, dans le camp du candidat d’En marche !, on exultait, les militants ainsi que leur chef de file se projetant déjà dans l’après-deuxième tour… Mais que dire de l’ex-enseignante qui, en coulisse, n’a cessé de soutenir son mari ? Présente à tous ses meetings, la svelte épouse d’Emmanuel Macron s’est énormément investie dans sa campagne. Mais a-t-elle vraiment pris la mesure de son propre rôle s’il était élu ?

Il semble bien que la réponse soit oui, et qu’elle ait même pensé que Carla Bruni pourrait lui servir de guide ! Selon Caroline Derrien et Candice Nedelec, qui ont publié récemment chez Fayard Les Macron, Brigitte, très anxieuse à l’idée de devenir première dame, a commencé, dès l’été dernier, à se préparer. S’étant procuré le numéro de téléphone de l’épouse de Sarkozy par des amis communs, elle a tenté de la contacter pour lui demander conseil !

Elle se dit en effet très admirative de la façon dont Carla a géré cette inconfortable position : « Elle a bien fait le job, a confié Brigitte Macron. On l’a beaucoup critiquée, et elle est passée au milieu de tout cela avec beaucoup de classe. » Il est vrai que pour supporter les attaques parfois faciles des divers humoristes, tels Les Guignols sur Canal +, la chanteuse a dû s’endurcir. « Avec du recul, j’assume qu’on se moque de moi, car cela […] prouve que je suis en vie et laisse une petite trace », confiait-elle en 2013 à Libération.

Courageuse

Une attitude courageuse que Brigitte Macron aimerait sans doute adopter, elle qui depuis plusieurs mois est la cible des comiques et en souffre terriblement. Il faut bien avouer que, sous prétexte qu’elle a vingt-cinq ans de plus que son mari, caricaturistes et imitateurs se sont acharnés sur elle. Laurent Gerra, sur RTL, l’a notamment affublée du surnom : « Grand-mère sait faire un bon café. »

Une raillerie qui, si elle amuse le public, est terriblement blessante pour cette mère de deux filles et un garçon qui lui ont donné sept petits-enfants… Consciente qu’en cas de victoire de son mari le 7 mai, la pluie de moqueries risque de se transformer en tempête, celle que son entourage surnomme « Bibi » redoute sans doute encore plus d’être propulsée en première ligne…

À 64 ans, comme à 49, il est douloureux de subir les critiques, plus encore lorsqu’elles portent plus sur le physique ou l’âge que sur les actes. Un an après avoir passé la main à la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, Carla Bruni avait fini par faire preuve de prudence dès qu’elle apparaissait dans les médias. Ainsi, toujours dans Libération, il y a quatre ans, la chanteuse en pleine promotion de son album, Little French Songs, affirmait : « Je prends plus de précautions, j’essaie d’éviter le terrain de l’actualité politique, qui est aussi celui de la guerre, des mots, des places à occuper… »

L’ex-première dame aurait-elle donné de judicieux conseils à celle qui occupera bientôt sa place d’antan ? Nul ne le sait, à part ces deux femmes d’exception. Mais au matin du premier tour du scrutin, le 23 avril dernier, dans Le Journal du dimanche, la star, comme d’autres personnalités, tels Nicolas Hulot ou Jean d’Ormesson, a signé un vibrant plaidoyer contre l’abstention, enjoignant les électeurs à voter.

Et il est probable qu’au plus profond de son âme, Carla Bruni allait plus loin, encourageant secrètement ses concitoyens à élire le plus jeune des candidats en lice…

Clara Margaux

À découvrir