France Dimanche > Actualités > Carla Bruni : Victime d’une odieuse attaque !

Actualités

Carla Bruni : Victime d’une odieuse attaque !

Publié le 12 juin 2015

Le comédien François Berléand a porté contre l’ex-première dame Carla Bruni de graves accusations.

C’est un coup de poignard dans le dos que vient de recevoir l’ex-première dame ! Et l’auteur de cette brutale agression contre Carla Bruni-Sarkozy n’a rien d’un inconnu, puisqu’il s’agit du comédien François Berléand.

Au détour d’une interview accordée à notre confrère Public, il a lâché une phrase « vipérine » contre la belle Franco-Italienne. Alors qu’on lui demandait s’il aurait pu tourner avec deux des plus célèbres réalisateurs américains, l’acteur a commencé par dire que l’occasion s’est en effet présentée.

Mais qu’il ne se voyait guère jouer les utilités et se contenter d’un petit rôle, même dans un film dirigé par un cinéaste star : « Woody Allen et Spielberg m’ont proposé des rôles, mais j’ai refusé », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter : « C’était une journée de travail, je m’en fous ! Ce n’est pas intéressant. Si c’est pour écrire sur mon CV que j’ai tourné avec Woody Allen alors que je n’ai qu’une réplique, ça ne sert à rien. J’imagine déjà mes copains me dire : “Whaouh, t’as tourné avec Woody Allen ? Mais t’as été coupé au montage ?” »

François BerléandJusque-là, les propos de Berléand sont ceux d’un acteur un tantinet blasé avec une bonne dose d’autodérision. Mais, soudain, celui qui a été révélé au grand public par ses rôles dans la trilogie franco-américaine Le transporteur, conçue par Luc Besson, va déraper en s’en prenant à une consœur éphémère.

Interrogé sur les débuts à l’écran de Carla Bruni-Sarkozy dans le long-métrage Minuit à Paris, œuvre de Woody Allen, et sur les raisons qui ont poussé le maître à la choisir, il se lâche : « Parce que c’était la femme du président de la République et qu’il fallait avoir les autorisations de tournage ! »

Figuration

Le coup est d’autant plus rude pour l’ex-top model devenu chanteuse que cette dernière, à l’époque, n’avait pas caché sa fierté d’avoir été jugée digne de figurer à l’affiche d’un film du réalisateur new-yorkais. Certes, pour ses débuts à l’écran, son rôle relevait de la figuration. Elle jouait le rôle d’une guide touristique, assise sur un banc, qui attirait l’attention du héros interprété par Owen Wilson.

La scène ne durait que quelques secondes et la belle ne prononçait que deux répliques, mais l’expérience l’avait enchantée, et elle affirmait à qui voulait l’entendre que c’était sa voix qui avait charmé le cinéaste. On se souvient même que Nicolas Sarkozy en personne était venu embrasser sa chère et tendre sur le tournage. Cette simple « panouille » était presque devenue une affaire d’État !

De là à dire que Woody n’avait embauché Carla que pour décrocher sans soucis des autorisations qui sont, il est vrai, très difficiles à obtenir, il n’y a qu’un pas que François Berléand a franchi allégrement.

Mais il aurait sans doute pu se dispenser de faire cette remarque blessante, car avouez que l’ancien mannequin Carla Bruni a bien d’autres atouts que son mari pour convaincre les hommes!

Claude Leblanc

À découvrir