France Dimanche > Actualités > Carole Bouquet : Menacée de mort par des pédophiles !

Actualités

Carole Bouquet : Menacée de mort par des pédophiles !

Publié le 18 mars 2018

Engagée dans la lutte contre la maltraitance des enfants, Carole Bouquet a été harcelée par cette mafia sordide, mais n’a jamais lâché !

Il est des combats qui semblent aller de soi. Pour défendre les plus faibles, tous ceux qui ne peuvent pas lutter seuls contre leurs tortionnaires. On pense dans ces cas-là en priorité aux enfants.

C’est justement pour eux, afin qu’ils soient protégés le mieux possible contre tous types d’agressions, que Carole Bouquet se bat, depuis plus de trente ans maintenant.

Depuis 1985, elle est en effet la porte-parole de la fédération La voix de l’enfant, qui regroupe une centaine d’associations dans le monde entier.


Son but ? Comme il est précisé sur son site internet, « défendre la dignité et l’intégrité de l’enfant » par tous les moyens, « accueillir et conseiller les victimes de toutes formes de maltraitance et d’exploitation, se constituer partie civile »…

Bref, être là pour ces très jeunes filles et garçons, qui continuent, en ce XXIe siècle, d’être abusés, sexuellement, psychiquement, démolis pour toujours après être passés entre les mains des pédophiles.

Car oui, le mot est lâché. On ne l’aime pas, car il désigne des individus commettant les crimes les plus insupportables qui soient.

Abuser des enfants. S’en servir pour assouvir leurs pulsions sexuelles… Une horreur !

Photos immondes

Cette horreur, Carole Bouquet a décidé de la combattre. Mais si, aujourd’hui, à 60 ans, son engagement semble, enfin, correspondre aux préoccupations de la société et de ceux qui nous gouvernent, il n’en allait pas de même dans les années 80.

C’est ce que l’actrice a expliqué dans Clique Dimanche, diffusé le 18 février sur Canal +. Face à un Mouloud Achour médusé par ses atroces révélations, la comédienne, avec un regard plus solennel et acéré que jamais, a confié l’impensable : « Au début, j’avais des courriers, me disant “Mêle-toi de ce qui te regarde”, avec les photos les plus immondes ! […] J’avais tous les jours […] des pédophiles qui m’envoyaient des photos de ce qu’ils étaient en train de faire en disant : “Tais-toi” »…

Invitée sur le même plateau, Josiane Balasko, semblant très au courant de la situation, est intervenue, ajoutant : « C’est la mafia pédophile qui te menaçait »… Carole Bouquet n’a pu qu’acquiescer.

Manque de soutien

Sans doute a-t-on du mal à imaginer aujourd’hui que sa lutte n’était pas – c’est le moins qu’on puisse dire – « populaire ».

Mais c’est pourtant la vérité. La comédienne a expliqué, tout simplement, qu’on ne la croyait pas !

« Même les journalistes me disaient “oh, Carole…” », comme s’ils avaient douté du bien-fondé de son combat. « Ils pensaient que c’étaient des photomontages que j’avais faits. »

Si l’on peut imaginer à quel point l’actrice a dû être désarçonnée et déçue par ce manque de soutien, elle comprend cependant parfaitement pourquoi l’on se refuse à accepter l’inacceptable.

« Vous dénoncez une chose d’une telle violence, il est normal que ce soit difficile, a-t-elle encore dit… On a du mal à l’entendre. Les magistrats, les policiers, tout le monde est figé […] Si on ne vous donne pas les outils pour combattre, pour vous aider à comprendre… Ce n’est pas que vous ne voulez pas vous y intéresser, c’est que comme vous n’avez pas la réponse, eh bien quelquefois, vous préférez ne pas entendre. »

Malgré les attaques répétées, Carole a tenu bon. Elle a mis ses contacts, sa notoriété, au service de l’enfance maltraitée. Comme cette cause ne semblait pas, à ses débuts, essentielle aux yeux de l’opinion publique, elle a participé à sa médiatisation. Puis, réfléchissant avec les autres associations regroupées dans La voix de l’enfant, elle a mené une grande campagne de communication auprès des politiques, ne se contentant pas de s’indigner ou de dénoncer, mais en faisant de vraies propositions.

C’est ainsi, peu à peu, qu’elle et tous ceux qui se battent à ses côtés, ont eu de plus en plus droit de cité. Quant à cette « mafia pédophile », qui a tenté de l’intimider, et essaie sans doute encore de faire taire ses ennemis, il faut qu’elle sache que Carole ne lâchera jamais.

Tous les messages de menace qu’elle a reçus n’ont fait que l’inciter davantage à poursuivre son combat, comme elle l’a encore expliqué, toujours sur Canal + : « Si jamais vous avez un doute […] sur la véracité de ce que vous êtes en train de faire, là, ça vous donne des forces pour les années à venir. »

Des forces, de la force, pour aujourd’hui et pour le futur, Carole en a à revendre. Et nombreux sont ceux qui partagent sa cause. Avis aux amateurs d’horreur.

Laurence PARIS

À découvrir