France Dimanche > Actualités > Caroline de Monaco : Devant la justice

Actualités

Caroline de Monaco : Devant la justice

Publié le 22 février 2016

Depuis quelque temps, la princesse Caroline de Monaco semblait avoir renoué avec le bonheur, comblée par son rôle d'épouse, de mère et de présidente de l'Amade, une association caritative en faveur de l'enfance défavorisée.

Mais comme si le destin ne s'était pas encore assez acharné sur elle, le nouveau rôle que Caroline de Monaco va devoir tenir dans quelques jours pourrait briser sa vie et celle de sa famille.

Et c'est au tribunal de Hildesheim, une petite ville d'Allemagne, que tout va se jouer, le 19 mai prochain. Ce jour-là, la princesse de Hanovre va en effet se retrouver face à la justice pour témoigner lors d'un procès capital pour son mari. C'est ce que révèle Bunte, un magazine allemand.

L'affaire oppose en fait le prince Ernst August de Hanovre, mari de Caroline, et Josef Bruhnlehner, un propriétaire de boîte de nuit, que le prince avait roué de coups, en l'an 2000...

->Voir aussi - Caroline de Monaco : Escroquée !

Petit rappel des faits : en janvier de cette année-là, Ernst August séjourne avec Caroline à Beach House, magnifique villa qu'il possède sur l'île paradisiaque de Lamu, au Kenya. Comme tous les ans, le prince et son épouse souhaitent s'y abandonner à la quiétude et à la douceur de vivre ambiante.

Cette année-là, le calme habituel de l'île est hélas troublé par la très forte musique en provenance d'une discothèque voisine. Au bout de quelques nuits, Ernst August n'en peut plus. Et un soir, c'est le drame... Hors de lui, le prince de Hanovre se précipite vers la boîte de nuit, et a une violente altercation avec le propriétaire de celle-ci, Josef Bruhnlehner.

Incapable de se contrôler, Ernst August aurait perdu les pédales et tabassé le tenancier de l'établissement. À tel point que le malheureux a dû être hospitalisé d'urgence sur le continent, souffrant de multiples blessures au visage et à la poitrine.

« Il était comme fou », dira plus tard Josef Bruhnlehner à l'hebdomadaire allemand Spiegel, auquel il déclare avoir été « frappé dix à quinze fois, dont plusieurs fois à l'aide d'un objet ressemblant à un poing américain ». Ernst August a toujours démenti cette accusation, affirmant qu'il n'a utilisé aucun objet, et surtout pas cette pièce de métal au travers de laquelle on passe les doigts pour décupler la violence d'un simple coup de poing.

Certes, il faut bien avouer que le prince de Hanovre a un tempérament sanguin. Rappelons qu'il a déjà eu plusieurs fois affaire à la justice... En décembre 2001, un tribunal allemand l'a ainsi condamné à huit mois de prison avec sursis, assortis d'une amende de 255000 euros, pour trois agressions physiques et verbales ( dont l'affaire de la boîte de nuit ). Mais Ernst August avait décidé de faire appel de cette décision...

En novembre 2004, il a donc été rejugé devant le tribunal de grande instance de Hanovre. Lors de ce procès, une question était sur toutes les lèvres : Ernst August a-t-il bien utilisé un poing américain pour frapper sa victime ?

Selon le spécialiste de médecine légale qui s'exprime à la barre, cela ne fait aucun doute : non seulement le prince a utilisé un objet contondant, mais ces coups « auraient pu menacer la vie » du patron de la boîte de nuit...

Le verdict ne sera pas clément : Ernst August est condamné en appel à 445.000 euros d'amende pour blessures graves. Désormais, il a un casier judiciaire, ce qui veut dire qu'à la prochaine agression, il ne pourra pas échapper à la prison.

Pour se soustraire à cette sanction, Ernst August remue ciel et terre depuis quatre ans. Il est essentiel pour lui d'obtenir une condamnation pour blessures simples ( à main nue ) qui lui éviterait d'avoir ce maudit casier judiciaire.

Il a donc réussi à obtenir une audience pour que sa femme lui vienne en aide. Car la seule personne qui peut le sauver et lui éviter l'enfer des geôles, c'est bien Caroline ! Elle qui n'avait encore jamais parlé de cette soirée, a pourtant bien assisté à la scène. Avec courage, elle a accepté de venir raconter sa version des faits.

Crucial

« La princesse Caroline va témoigner sous serment, a expliqué le porte-parole du tribunal. Elle devra dire si et comment le prince Ernst August a frappé sa victime. »

Naturellement, ce témoignage est crucial pour Ernst August. Si Caroline affirme que son époux a frappé à main nue, le prince pourra être rejugé et, peut-être, obtenir une condamnation pour blessures légères.

Si elle affirme le contraire, elle le condamne à la prison à sa prochaine altercation. Aujourd'hui, c'est donc la princesse qui tient entre ses mains le sort de l'homme qu'elle aime et le bonheur de leur famille...

Le 19 mai prochain, elle se retrouvera face au tribunal de Hildesheim, en Allemagne Ce que Caroline de Monaco dira est capital pour Ernst August. Son mari ira-t-il en prison ? Tout dépend d'elle.

Catherine Venot

À découvrir