France Dimanche > Actualités > Caroline et Sabrina de Pékin express : “Notre victoire : être à nouveau réunies !”

Actualités

Caroline et Sabrina de Pékin express : “Notre victoire : être à nouveau réunies !”

Publié le 19 juin 2014

CS Pekin express logo
Mieux que d’avoir gagné la finale de cette 10e et ultime édition, les deux amies d’enfance sont heureuses de s’être réconciliées après cinq années de brouille.

Elles ne s’étaient quasiment plus adressé la parole depuis cinq ans… Lorsque, en 2009, Caroline a décidé de participer à Pékin express sans Sabrina, non retenue par M6, celle-ci a tourné le dos à son amie d’enfance. Une situation dont elles ont terriblement souffert.

Mais, en repartant main dans la main pour participer à la 10e édition de cette émission qui quitte définitivement l’antenne, les deux Catalanes de 31 et 32 ans, sont enfin parvenues à enterrer la hache de guerre. Leur complicité retrouvée, elles ont même réussi le parcours parfait… jusqu’à remporter brillamment la victoire finale !

CS 1 Pékin expressFrance Dimanche (F.D.) : Quel a été votre principal atout ?

Sabrina : L’amour que l’on se porte, tout simplement. Daisy et Natascha forment un véritable couple, certes… mais je pense que les liens qui nous unissent, Caroline et moi, sont encore plus forts ! Si elles s’aiment depuis trois ans, nous, on se connaît depuis l’âge de 3 ans. Et ça fait toute la différence.
Caroline : C’est vrai ! Nous sommes si complices et complémentaires que l’on ne pouvait pas perdre ! On a eu un peu de chance aussi, à ce niveau il en faut toujours, mais à l’arrivée, nous terminons Pékin express avec 40 minutes d’avance sur nos concurrentes !

F.D. : Malgré la pression et l’enjeu, vous sembliez toujours zen…

Sabrina : Je pense que nous avons mieux su gérer le stress de la compétition que Daisy et Natascha. Dès que l’une sentait que l’autre devenait trop tendue, elle savait trouver les mots ou la bonne attitude pour que la situation s’apaise. Ça nous a permis de ne jamais céder à la panique.
Caroline : Et, surtout, contrairement aux autres participants, nous ne nous sommes jamais mis la pression. Ils étaient tous là à proclamer leur envie d’aller en finale, nous… jamais ! Nous prenions l’aventure étape par étape. D’autant plus que, comme on vous l’expliquait lors de notre premier entretien (France Dimanche n° 3532), notre vraie victoire était d’être de nouveau réunies après notre brouille. Le reste, c’était du bonus !

F.D. : Quel est le plus beau souvenir de cette aventure ?

Caroline : Juste après la victoire, quand Sabrina s’est agenouillée pour me faire une magnifique déclaration d’amitié. C’est un moment qui restera gravé en moi toute ma vie. Qu’elle me dise que je suis la meilleure amie au monde et que tous nos différends étaient effacés, il ne pouvait rien y avoir de plus fort pour moi. Sachant à quel point Sabrina est quelqu’un de fier, qui ne montre pas facilement ses sentiments, ça a encore plus de valeur à mes yeux.
Sabrina : Je lui avais promis de le faire devant la France entière si on gagnait, et j’ai tenu parole. Pour moi aussi, c’était un beau moment. Notre arrivée sur le plateau final dans son ensemble, d’ailleurs. À cet instant, je me suis dit : « Punaise… Mais elles sont là, les Catalanes ! » (Rires.)

CS 2 Pékin expressF.D. : Savez-vous ce que vous allez faire de vos gains (plus de 47 000 euros, ndlr) ?

Caroline : Je n’ai rien prévu de particulier, mais on va en profiter pour gâter notre famille, tout simplement.
Sabrina : On s’est promis de s’offrir une thalasso toutes les deux. Peut-être aussi un beau voyage. Pour ma part, j’ai tout gagné, puisque ma mère m’avait promis un terrain (Sabrina est agricultrice, ndlr) si je l’emportais. Ça va me permettre de m’agrandir. Mais, au-delà de l’aspect financier de la victoire, je tiens surtout à rendre hommage à tous ceux qui m’ont soutenue, même ceux qui ne sont plus là. (Très émue.) À mes grands-parents, qui ont énormément marqué mon enfance et ma vie, j’ai envie de dire : « D’où vous êtes, là-haut, regardez ce que nous avons fait. Vous pouvez être fiers de votre petite-fille. C’est aussi grâce à vous, car je sais que vous étiez derrière moi… » Car même quand nous étions toutes les deux, perdues au fin fond du Sri Lanka, nous n’étions jamais seules…

F.D. : Lors de notre dernier entretien, Caroline, vous étiez toujours célibataire, et vous, Sabrina, vous tentiez d’avoir votre premier enfant. Où en êtes-vous toutes les deux ?

Caroline : Moi, j’ai rencontré quelqu’un… Mais c’est encore très frais, donc je préfère ne pas en dire davantage. J’ai surtout hâte que Sabrina soit maman pour devenir marraine !
Sabrina : Eh bien, moi je peux vous le dire : 2014 était l’année de Pékin express… et 2015 sera l’année du bébé !

Florian Anselme

À découvrir