France Dimanche > Actualités > Caroline Margeridon : Sa passion secrète pour un célèbre jockey !

Actualités

Caroline Margeridon : Sa passion secrète pour un célèbre jockey !

Publié le 11 octobre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Caroline Margeridon, la pétillante antiquaire d’“Affaire conclue”, sur France 2, évoque pour la première fois son grand amour, Gérald Mossé…

C’est une Caroline Margeridon très en verve qui s’est prêtée aux questions de Jordan de Luxe le 4 septembre dernier durant son émission L’instant De Luxe, sur Non Stop People. Au cours de cette interview, l’inimitable acheteuse d’Affaire conclue sur France 2 s’est confiée comme jamais, se laissant aller à des révélations fracassantes.


La pétillante antiquaire de 53 ans, qui possède un stand aux Puces de Saint-Ouen au cœur du marché Biron, n’a en effet pas eu honte d’avouer qu’elle venait de subir une opération de chirurgie esthétique cet été, afin de rester toujours au top malgré le temps qui passe. « J’ai attaqué le botox, j’avais 35 ans. […] Les gens se sont rendu compte que j’avais un décolleté plutôt chouette… Eh bien, j’ai refait mes seins ! » a-t-elle lâché en toute transparence. Puis, de confidence en confidence, c’est tout naturellement que la femme d’affaires avertie, à la tête de plusieurs sociétés, en est venue à parler du grand amour de sa vie.

Elle n’avait jusqu’à présent jamais révélé le nom du père de Victoire, 23 ans, et d’Alexandre, 22 ans, ses deux enfants dont elle est très proche et qui possèdent chacun leur propre boutique aux Puces, juste à côté de celle de leur maman. Tout au plus savait-on qu’il s’agissait d’un jockey qui était parti vivre à Hongkong quand les enfants étaient en bas âge. Et qu’après ce départ sans préambule, la courageuse Caroline n’avait pas ménagé sa peine pour qu’ils grandissent dans du « coton », comme elle l’avait révélé à Télé-Loisirs il y a quelques mois.

En effet, Caroline avait dû se retrousser les manches pour que ses petits ne manquent de rien et ne souffrent pas trop de l’absence de leur papa… Mais depuis, la hache de guerre est enterrée avec ce géniteur globe-trotteur qui a eu des envies d’ailleurs. Si bien que Caroline a renoué avec ce jockey qui n’est autre qu’un certain Gérald Mossé, immense star de l’hippisme, auquel la belle quinquagénaire ne tient aucunement rancune. Bien au contraire ! Car l’antiquaire, loin de se désespérer d’avoir eu à charge deux enfants, a su tirer partie de l’avantage d’une telle situation, alors que d’autres femmes n’y auraient vu que les lourdes difficultés à surmonter au quotidien. Pour cette mère poule, ce n’était que du bonheur puisque sa progéniture était toujours avec elle. Alors pourquoi en voudrait-elle aujourd’hui au jockey de son cœur qu’elle aime encore plus que tout ? « Il m’a fait deux merveilleux enfants. J’ai eu la chance de les élever toute seule, a-t-elle confié. C’est vrai que beaucoup de gens disent : “Mais avec qui elle a eu des enfants ?” Mais moi, j’adore le père de mes enfants ! On s’entend hyper bien. »

Cet ancien compagnon, pour qui Caroline est toujours pétrie d’admiration, continue à monter et à enchaîner les trophées. Considéré comme la « plus fine cravache mondiale » dans le milieu des courses, ce cavalier hors pair, qui a remporté sa première victoire en 1983 à l’âge de 16 ans au Croisé-Laroche sur l’hippodrome de Marcq-en-Barœul dans le nord de la France, exerce désormais ses talents en Italie. Parti en Asie pour mener sa vie en solo, alors que sa compagne Caroline Margeridon se débat entre biberons et couches-culottes, il y restera durant vingt-cinq ans.

Le palmarès de ce crack donne le tournis. Vainqueur du prix de l’Arc de Triomphe en 1990, le jockey de 53 ans est également détenteur de cinq prix de Diane et de trois prix du Jockey Club, pour ne citer que les plus prestigieuses épreuves de l’Hexagone. Mais après trente-sept ans de compétition, ce cavalier à l’incroyable longévité pourrait être tenté de raccrocher les bottes. Eh bien pas du tout ! « Je suis toujours aussi motivé. Je suis né pour la compétition. C’est d’ailleurs une passion plus qu’une profession », déclarait-il il y a peu au Parisien.

Ce fils d’entraîneur hippique de Marseille, qui montait en amateur sur des parcours d’obstacles, a de qui tenir. Il ne lâche jamais rien ! « C’est le jockey qui gagne encore le plus de courses au monde alors qu’il est vieux ! Il a mon âge ! » a déclaré son ex avec admiration.

Mais partager la vie d’un homme qui a le feu sacré n’a pas toujours été facile pour Caroline. Car pour le grand public, le monde des courses est souvent assimilé à l’argent, « le nerf de la guerre », comme le précise Caroline. L’ancienne compagne de Gérald Mossé a beaucoup souffert de l’image bling-bling véhiculée par des courses très connues comme le prix de Diane qui se tient tous les ans à Chantilly, ce rendez-vous d’une certaine élite où rivalisent d’élégance les femmes paradant chapeau sur la tête et les messieurs dans des costumes taillés sur mesure. « Ce qui a été dur est le nombre de gens qui m’appelaient pour me demander le Tiercé. Mais je n’y comprenais rien ! Ils voulaient que je donne des tuyaux », s’est rappelée l’antiquaire.

Un calvaire pour l’une des vedettes d’Affaire conclue dont elle garde un très mauvais souvenir. « C’était terrible ! Ils m’alpaguaient dans la rue pour dire : “Vous êtes la femme de Gérald Mossé ! On a besoin de sous !” » Ce harcèlement permanent se manifestait aussi par des lettres dans lesquelles des inconnus menaçaient de se suicider, si elle ne leur envoyait pas un chèque. Affolée par tant d’acharnement, elle n’a pas été loin de craquer…

Aujourd’hui, bien que son grand amour soit devenu riche grâce à ses exploits, il n’a jamais galopé après les gains mais plutôt après les sensations. Un engagement qui en fait un être à part aux yeux de son éternelle Caroline chérie…

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème