France Dimanche > Actualités > Cécile Bois : Agressée par quatre hommes armés !

Actualités

Cécile Bois : Agressée par quatre hommes armés !

Publié le 5 juin 2015

Face à des malfrats déterminés et équipés de fusils à pompe, la Candice Renoir de la télévision a vu la � mort � en face. Heureusement, le chien de Cécile Bois était là…

Candice Renoir, tout le monde l’aime. Enfin, peut-être pas tout le monde, mais un nombre considérable d’entre vous, et qui va en augmentant à mesure que France 2 fait défiler les saisons de la série qui porte le nom de son héroïne, incarnée par la pulpeuse Cécile Bois. Et l’on peut déjà être certain que les épisodes 7 et 8 de la troisième saison, diffusés ce vendredi 5 juin en prime time, vont encore battre des records d’audience.

Il faut dire qu’il est vraiment attachant, ce commandant de police : la belle Candice jongle de façon souvent cocasse entre sa vie de mère de famille, dans laquelle elle est parfois un peu dépassée, et la poursuite des bandits qu’elle finit toujours par arrêter sans trembler. Car, dans l’exercice de son métier, elle n’a peur de rien !

Malheureusement, il n’en va pas de même pour son interprète. Qui pourrait croire, en voyant Cécile Bois aussi détendue, affichant son lumineux sourire, qu’elle a souffert et souffre encore de maux terribles ? C’est pourtant le cas. Il faut dire que l’épreuve qu’il lui a été donné de traverser, on ne la souhaiterait à personne ; d’autant moins qu’elle aurait pu se terminer tragiquement. Et si Cécile a pu finalement éviter le pire, elle le doit à son fidèle compagnon !

Le drame qu’a dû affronter la comédienne est tristement banal, ainsi qu’elle vient d’en faire la confession dans Télé Poche : une nuit, elle est tirée de son sommeil par des bruits ­suspects qui semblent bien provenir de l’intérieur de sa maison. S’agit-il d’un cambrioleur ? Déjà la peur a fait son apparition et étreint la jeune femme, enserrant sa poitrine comme dans un étau…

Tout bascule lorsque la malheureuse Cécile Bois se retrouve en face, non pas d’un, mais de quatre hommes ! Et armés de fusils à pompe ! Cette fois, c’est une véritable terreur qui s’empare de l’actrice. L’espace d’un instant interminable, elle se voit fauchée par les balles, gisant à terre, baignant dans son propre sang, agonisant peut-être, sans personne pour lui porter secours. Bref, c’est le spectre de sa propre mort qu’elle contemple, épouvantée.

Heureusement, il y a un autre être vivant dans la maison. Et, lui, il n’a peur de rien. C’est son chien ! Comprenant que sa maîtresse est en danger, il fonce en direction des agresseurs, se plante devant eux et se met à aboyer de toute la puissance dont la nature l’a doté !

Il ne s’agit nullement d’une bête entraînée au combat, et il ne ferait certainement pas le poids face à ces hommes armés. Seulement eux n’en savent rien ! Et puis, ses aboiements produisent un tel vacarme qu’ils réalisent que tout le quartier sera bientôt en alerte. Du coup, prenant peur à leur tour, les quatre canailles préfèrent évacuer les lieux et se fondent dans la nuit, laissant Cécile seule avec son courageux toutou… et son cœur battant follement la chamade !

Fin de l’histoire, alors ? Hélas, non ! Car si la comédienne est désormais hors de danger, elle va se rendre compte très vite que ce choc violent l’a marquée profondément et durablement. « Le lendemain, révèle-t-elle toujours dans Télé Poche, quand je suis allée me promener, j’ai dû rentrer immédiatement car j’avais des vertiges. »

Cécile Bois imterprétant Candice Renoir
Cécile Bois imterprétant Candice Renoir

Est-ce le contrecoup du traumatisme vécu dans la nuit ? C’est évidemment ce que Cécile Bois a pensé, et elle avait bien entendu raison. Là où elle a eu tort, sur le moment, c’est de croire que cette crise serait sans lendemain, ainsi qu’elle le reconnaît aujourd’hui : « Pendant une bonne année, je ne pouvais plus sortir de chez moi. Heureusement, aujourd’hui, c’est fini. »

Ne plus pouvoir mettre le nez dehors, surtout quand on est actrice, c’est pour le moins handicapant ! Au bout de six, huit, dix mois, on doit commencer à se dire qu’on ne s’en sortira jamais ; que l’on va demeurer ainsi pour le restant de ses jours, à trembler et avoir des sueurs froides dès qu’il s’agit d’affronter le monde extérieur. Terrible…

Petit à petit, Cécile a surmonté sa peur et a pu reprendre une vie normale. Mais les choses sont-elles vraiment « finies » comme elle le prétend ? Lorsque son interlocuteur lui demande ce qu’elle pense du Festival de Cannes, voici ce que Cécile répond : « Cela me faisait rêver quand j’avais 20 ans. Mais plus maintenant. Je ne supporte pas le monde. Quand je vois les acteurs et que je m’imagine à leur place, j’étouffe. »

D’où vient cette crainte ? Même si elle existait déjà avant la terrible nuit dont nous venons de parler, il est bien certain que son agression n’a pu que la renforcer ! Et Cécile de préciser : « Sur le plateau, quand je tourne, j’ai de l’espace. J’ai peur de la foule qui m’entoure et me compresse. Si je ne suis pas à l’aise au début, au bout de quelques jours, le fait de connaître les gens fait peu à peu disparaître la phobie. »

Il faut donc souhaiter deux choses à Cécile Bois. La première, c’est de réussir à se débarrasser de ces phobies qui continuent de lui compliquer l’existence. Et la seconde, ce sera d’obtenir un jour une récompense au Festival de Cannes, dont elle pourra affronter le public avec le sourire qu’on lui connaît !

Pierre-Marie Elstir

À découvrir