France Dimanche > Actualités > Cécilia Attias : “Louis a toutes les qualités pour faire de la politique”

Actualités

Cécilia Attias : “Louis a toutes les qualités pour faire de la politique”

Publié le 29 décembre 2019

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Cécilia Attias

Selon Cécilia Attias, son fils, né de ses amours avec Nicolas Sarkozy, serait parfait sous les ors de la République.

«Je ne me vois pas revenir et me lancer dans une campagne. Je ne suis pas sûre que les Français comprendraient… » Ces mots pleins de lucidité n’ont pas été prononcés par un candidat à la présidentielle déçu ni par un ministre démissionnaire qui se verrait bien faire son grand retour. Cette personne n’a, en réalité, jamais exercé une fonction officielle au sein de l’État et a quitté la France il y a treize ans pour vivre auprès d’un riche entrepreneur un nouvel amour… 

Vous ne voyez toujours pas ? Et si on vous dit que cette femme au regard de chat fut l’épouse d’un chef d’État français désormais amoureux d’un mannequin, c’est plus clair ? Oui, c’est bien de Cécilia Attias, l’ex-épouse de Nicolas Sarkozy, qu’il s’agit. Alors qu’elle sort un livre cosigné avec Louis, 22 ans, le fils qu’elle a eu avec l’ancien président, Une envie de désaccord(s), publié chez Plon, elle dévoile combien ce dernier nourrissait pour elle de grandes ambitions dans la politique. Une voie que Cécilia aurait volontiers empruntée. Tout le monde sait combien elle s’était impliquée dans la libération des infirmières bulgares détenues en Libye, se rendant par deux fois à Tripoli pour évoquer le sujet avec le colonel Kadhafi. Mais ce que l’on ne sait pas, c’est que son époux d’alors l’aurait bien vue prendre ensuite des responsabilités pour – pourquoi pas – un jour suivre ses traces.


« Le père de Louis aurait souhaité que je sois élue, d’abord à la mairie de Neuilly », raconte Cécilia dans le magazine Elle, avant de préciser que Nicolas l’aurait bien vue aussi au Parlement européen. Mais à l’époque, c’est lui qui est au centre de toutes les attentions, et Cécilia, aussi douée soit-elle en la matière, est reléguée au second plan. « Nous vivons dans un monde où on vous met dans des cases et être une “femme de” vous bloque », confesse-t-elle. Et quand, après des années de mariage, son couple explose, Cécilia, lassée d’être devenue un objet de curiosité, choisira l’exil du côté de Manhattan en compagnie de son nouveau compagnon, l’homme d’affaires Richard Attias. Nicolas accède enfin à la fonction suprême et elle va devoir apprendre à réécrire sa vie à 50 ans… Les années ont passé et aujourd’hui, si elle estime que pour elle, à 61 ans, « c’est trop tard », elle verrait bien son fils réussir là où elle a échoué. Selon elle, Louis serait parfait. Le jeune homme, diplômé en philosophie et histoire de l’art à l’université de New York, formé à la dure dans une école militaire américaine, posséderait toutes les qualités pour devenir un homme politique. 

Mais qu’en pense l’intéressé ? Même si, grâce à son illustre papa, Sarko junior peut se targuer d’avoir de sacrés gènes, il a préféré mettre les choses au clair au micro de France Inter : « Je n’ai aucune volonté politique, mais on en reparle en 2035 », a-t-il plaisanté. Pour l’heure, Louis s’est lancé dans le business du mocassin de luxe pour le compte de la marque espagnole Boonper. On est donc bien loin de ce fabuleux destin que lui prédit sa maman !

Valérie EDMOND

À découvrir