France Dimanche > Actualités > Céline Dion : "Debout sur scène, malgré la tuerie
 de Las Vegas !"

Actualités

Céline Dion : "Debout sur scène, malgré la tuerie
 de Las Vegas !"

Publié le 14 octobre 2017

Le lendemain du  massacre  qui a fait 59 morts 
et 527 blessés, tout près du Caesars Palace où Céline Dion 
se produit, la star a décidé de braver la barbarie.

Elle se faisait une joie, une joie immense de retrouver Las Vegas, cette ville devenue sienne depuis quatorze ans. Oui, Céline Dion se réjouissait, après un été passé à chanter en Europe, de revenir fouler la majestueuse salle du Colosseum, au Caesars Palace, où elle était tellement attendue.

Là où, chaque soir, plus de 4.000 personnes viennent l’applaudir à tout rompre et chanter avec elle ses succès planétaires, de Pour que tu m’aimes encore à All By Myself. Le 19 septembre, on pouvait d’ailleurs lire sur son compte Instagram : « C’est ce soir le grand soir ! De retour sur la scène du Caesars Palace de Las Vegas. »

->Voir aussi - Céline Dion : Olivier ne la quitte plus !

Mais le bonheur de la star a volé en éclats. Comme ont été brisées les vies des malheureux qui se trouvaient dans la foule réunie pour assister à un concert de musique country, sur une des principales artères de la cité du jeu. Dans la nuit du dimanche au lundi 2 octobre, à quelques centaines de mètres de l’endroit où Céline chante chaque soir, a en effet eu lieu la plus grande tuerie que l’Amérique ait connue ces dernières années. Une fusillade qui a fait au moins 59 morts et 527 blessés !

Aux alentours de 22 heures, ce funeste dimanche, de nombreux promeneurs déambulaient sur cette avenue très fréquentée, longeant d’imposants hôtels et casinos. Ici, tout le monde vit la nuit. Surtout ce soir-là, où 22.000 personnes étaient venues assister au concert en plein air de Jason Aldean. Et soudain, alors que la musique enchante les spectateurs, une première rafale de balles a déchiré le ciel !

->Voir aussi - Céline Dion : Dévastée par la mort d'enfants innocents !

« Ça a commencé comme un bruit de verre brisé. On a regardé autour de nous pour savoir ce qui se passait… On a pensé que c’étaient des feux d’artifice ou des pétards. Et l’on a réalisé que ce n’était pas le cas, que c’étaient des coups de feu », a raconté Monique, sur CNN. Beaucoup de gens n’ont pas tout de suite saisi ce qui arrivait.

Ce n’est que lorsque les musiciens ont quitté la scène en courant que tout le monde a compris que ce qu’on entendait étaient des coups de feu ! « Soudain, la foule s’est couchée au sol d’un seul coup, c’était surréaliste », a raconté un témoin. Une plage de silence succédait à chaque salve, puis la tuerie reprenait. Mais à un moment donné, on n’a plus entendu que les cris et les larmes…

Dans l’avenue, tout n’était qu’horreur : des cadavres à terre, des hommes et des femmes sans vie dans les bras de ceux qui les aimaient. La police est intervenue rapidement, et les blessés ont pu être évacués vers les hôpitaux de Las Vegas.

Mais pourquoi commettre un tel carnage ? Et qui en était l’auteur ? Les policiers ont rapidement localisé le tireur. Car il était seul. Seul pour tuer 59 innocents. Il avait choisi de s’installer au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, qui surplombe l’avenue. Quand les policiers sont arrivés dans sa chambre, il était déjà mort. Suicidé. Mais son identité a été vite découverte.

Il s’agit de Stephen Paddock, un Américain de 64 ans, un simple retraité, ex-comptable, originaire du Nevada. Il était inconnu des services de police. Le shérif de Las Vegas, Joe Lombardo, l’a qualifié de « loup solitaire ».

Soutien

Mais sa solitude était relative. Car le tueur vivait en compagnie d’une quantité incroyable d’armes ! Dans sa chambre d’hôtel, 23 d’entre elles ont été trouvées, dont une majorité de fusils d’assaut ! Et dans son domicile, à Mesquite, à 120 km de Las Vegas, 18 armes à feu ont été découvertes, ainsi que « des explosifs, plusieurs milliers de munitions et des appareils électroniques », a expliqué le shérif adjoint Todd Fasulo.

Contacté par des journalistes, le frère du meurtrier semblait abasourdi. « Nous sommes stupéfaits, sidérés ! a-t-il expliqué à CNN. Il n’avait aucun lien avec aucune organisation politique ou religieuse. Autant que je sache, il n’était pas un suprémaciste blanc et je le connais depuis cinquante-sept ans ! » Le mobile de son crime reste pour l’heure un mystère.

Quand Céline a appris la terrible nouvelle, elle a immédiatement posté un message sur les réseaux sociaux : « Je prie pour toutes les victimes innocentes et leurs familles à Las Vegas. » Parce que rien ni personne ne la fera plier devant l’adversité, et en signe de soutien aux victimes, elle a tenu à maintenir ses concerts. Être là, chanter pour et avec les autres, c’est la passion que Céline a chevillée au corps.

En se tenant debout, en trouvant la force d’être sur scène, Céline Dion s’élève à sa façon contre la folie des hommes, elle qui a toujours pris le parti de l’amour.

Laurence Paris

À découvrir