France Dimanche > Actualités > Chantal Goya et Jean-Jacques Debout : Brisés par la maladie de leur fille !

Actualités

Chantal Goya et Jean-Jacques Debout : Brisés par la maladie de leur fille !

Publié le 19 juillet 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Le terrible virus a encore des conséquences dévastatrices qui affectent Clarisse, 52 ans, la cadette de Chantal Goya et Jean-Jacques Debout…

Beaucoup pensent que Bles artistes font passer leur métier avant toute autre chose, et c’est en effet souvent le cas. Mais pour Chantal Goya et Jean-Jacques Debout, leur rôle de parent a toujours été primordial. La chanteuse, alors en pleine ascension, avait même refusé de jouer dans un film d’Alfred Hitchcock, L’Étau, à la fin des années 1960, invoquant que ce qui comptait le plus à ses yeux était le fait d’être mère ! « Je ne peux pas, je suis enceinte de mon deuxième enfant », avait-elle répondu au maître du suspense.


Et en effet, après avoir accueilli un garçon, Jean-Paul, né en 1966, deux ans après leur rencontre, la petite Clarisse voyait le jour en 1968, pour leur plus grand bonheur ! L’interprète de Bécassine avait alors mis sa carrière entre parenthèses, le temps que ses enfants grandissent.

Comme tous ceux qui donnent la vie, Jean-Jacques et Chantal ont toujours souhaité au plus profond de leur âme que leur progéniture connaisse des jours heureux et une existence riche à tous les égards. Bien sûr, ils savaient que même l’amour le plus fort ne peut éviter à ceux qui nous sont chers certaines souffrances. Mais le couple espérait que les malheurs les plus grands épargneraient leurs enfants si aimés…

Hélas, aujourd’hui, cette espérance si légitime a été cruellement déçue. En effet, leur fille chérie, la douce Clarisse, 52 ans, connaît une période très difficile. Et ses parents sont brisés à l’idée de la maladie qui la touche.

Une épreuve d’autant plus douloureuse, que leur fils, Jean-Paul, a lui aussi connu des moments difficiles. En juillet 2011, alors âgé de 45 ans, il avait été victime d’une crise cardiaque. Pendant plusieurs heures, comme l’avait rapporté notre confrère Ici Paris, il avait été entre la vie et la mort. S’il avait été rapidement transporté au CHU de Toulouse, une fois sur place, les médecins avaient dû le plonger dans un coma artificiel. On peut imaginer l’angoisse et la peine que Chantal et Jean-Jacques avaient alors connues… Heureusement, Jean-Paul s’était remis de cette attaque foudroyante, et ses proches – ses parents avant tout – avaient recommencé à vivre. Mais le destin n’en avait pas fini avec eux.

Comme nous l’avons dit, aujourd’hui, c’est Clarisse qui souffre, et pour qui Chantal et Jean-Jacques sont fous d’inquiétude. Jusque-là, ils ne pouvaient que se réjouir de la belle vie que semblait avoir leur fille : devenue photographe – artiste comme ses parents –, elle paraissait avoir trouvé sa voie. Mère d’un garçon, elle avait toutes les apparences d’une femme comblée. Mais son existence a soudain été stoppée net par ce virus qui ne cesse de faire des victimes dans le monde entier… Comme chacun en France, Clarisse a dû se résoudre au retrait lorsque le confinement a été rendu obligatoire.

Mais si, début mai, la fille de Chantal Goya donnait l’impression de réussir à affronter cette retraite forcée, on sentait chez cette femme de nature réservée une certaine fragilité. « Les deux premières semaines [du confinement, ndlr] ont été difficiles et très anxiogènes car, comme je somatise beaucoup, j’étais persuadée d’avoir été infectée par ce virus, avait-elle confié dans les colonnes du webzine Luxe Calme & Volupté. Ensuite, les repères se sont doucement mis en place, je dois l’avouer. Cela étant, j’ai tout de même hâte que tout ceci ne soit plus qu’un mauvais souvenir… »

Toutefois, si Clarisse pensait qu’elle sortirait indemne de cette période, il n’en serait rien. Comme nous l’ont dit certains de ses proches, ces jours derniers, elle serait vraiment à fleur de peau… Elle aurait commencé à se sentir si mal qu’elle ne pourrait plus empêcher ses larmes de couler ! Très angoissée, elle ne serait pas parvenue à se raisonner, malgré l’amour et les mots rassurants de sa mère, confinée loin d’elle, et elle aurait dû appeler un médecin à la rescousse, pour qu’il l’aide à se sortir de cet état terrible d’angoisse et d’anxiété.

Hélas, le docteur consulté aurait confirmé le mal qui l’atteint aujourd’hui. Il tient en quelques mots, quelques mots qui font peur : « traumatisme post-confinement » ! Les médecins sont d’accord pour dire que ce symptôme touche une partie de la population qui gère avec difficulté la proximité de la mort. La leur et celle de leurs proches. « Il ne serait donc pas étonnant que certaines personnes développent des symptômes de TSPT [trouble de stress post-traumatique, ndlr] en lien avec des moments de détresse intense vécus pendant le confinement », vient de déclarer le docteur Ernouf à nos confrères de Slate.

Personne ne peut dire si ces signes d’un mal-être profond disparaîtront d’euxmêmes, s’ils continueront à se manifester, ou si, espérons que ce ne sera pas le cas, ils pourraient déboucher sur des troubles plus graves. Ce qui est certain, c’est que Clarisse peut compter sur l’amour indéfectible de ses parents. Quant à Chantal, souhaitons qu’elle retrouvera, comme prévu, la scène du Palais des Congrès de Paris en octobre prochain, et que sa fille pourra venir l’applaudir, en pleine santé…

Laurence PARIS

À découvrir