France Dimanche > Actualités > Charlène : Attaquée par François Fillon !

Actualités

Charlène : Attaquée par François Fillon !

Publié le 28 septembre 2007

Cela s'est passé au Stade de France le jour du match de rugby France-Argentine... Le Premier ministre lui reprochait de manifester bruyamment son soutien aux Pumas Mais la jolie blonde Charlène a su trouver les mots pour réduire au silence l'importun !

Le 14 septembre dernier , vous étiez des millions à avoir les yeux rivés sur votre téléviseur pour suivre le match d'ouverture de la Coupe du monde de rugby. Hélas, sur la pelouse du Stade de France, le spectacle n'était pas forcément celui qu'on attendait.

Les Pumas d'Argentine menaient, face à une équipe de France au jeu quelque peu désordonné... Sous l'œil des caméras de TF 1, les supporters présents dans les tribunes présidentielles ne cachent pas leur déception. Personne ne comprend ce face-à-face qui tourne à la déroute ( 17 à 12 ) alors que l'on avait prédit un succès facile au XV de France !

Peut-être est-ce ce revers sportif qui a agacé notre Premier ministre. Faisant fi des règles élémentaires qui régissent le sport, Monsieur Fillon se serait montré en tout cas assez mauvais joueur en attaquant verbalement la ravissante fiancée d'Albert de Monaco.

La raison ? Charlene Wittstock aurait manifesté, un peu trop bruyamment au goût de notre élu, son soutien aux Argentins. Un parti pris, il est vrai plutôt étrange de la part de la nageuse originaire d'Afrique du Sud et, incidemment, particulièrement attachée à un État proche de la France...

Lassé par l'attitude de sa voisine, le ministre lui aurait donc vertement demandé, sans se départir de son sourire, de bien vouloir se calmer. « J'arrêterai quand les Français commenceront à jouer », s'est-il alors entendu répondre, comme l'a révélé Le Point. Désarçonné par cette analyse pertinente du match, François Fillon lui aurait rétorqué, toujours selon l'hebdomadaire Le Point, avec un brin de machisme : « Pourquoi, vous connaissez un peu le rugby ?»

Erreur fatale dans cette joute verbale ! Car la jolie demoiselle Charlène n'a eu aucun mal à trouver les mots pour réduire au silence l'importun... « Un peu, a-t-elle souri. Mon grand-père était l'entraîneur des Springboks ! » ( ndlr : l'équipe nationale d'Afrique du Sud ). Une réplique qui vaut bien un plaquage, pour faire mordre la poussière à un adversaire !
Anna Hadrien

À découvrir