France Dimanche > Actualités > Charlène : Dans les griffes d'un homme !

Actualités

Charlène : Dans les griffes d'un homme !

Publié le 19 octobre 2012

Il s'appelle Albert mais ce n'est pas l'époux de Charlène ! Non, cet Albert-là se contente de l'habiller et d'en faire la plus glamour des princesses.Il s'appelle Albert mais ce n'est pas l'époux de Charlène ! Non, cet Albert-là se contente de l'habiller et d'en faire la plus glamour des princesses.

«Waouh ! ça déchire ! », comme dirait un adolescent d'aujourd'hui, si les adolescents étaient invités aux soirées de gala de Monaco. Les personnes présentes à celui donné le 29 septembre en l'honneur de l'Afrique du Sud, n'ont certainement pas prononcé de tels mots. Mais enfin, tous les regards braqués sur la princesse Charlène, lorsqu'elle est apparue à l'Opéra de Monte-Carlo, disaient sensiblement la même chose.

Car si la longue robe noire et dorée qui soulignait ses formes paraissait assez sage de face, elle semblait, au verso, n'être plus composée que de quelques fils ténus qui, s'entrecroisant, laissaient tout son dos à nu ! C'est ce qui s'appelle faire sensation !

De toute façon, depuis quelque temps, l'épouse du prince régnant fait sensation à chacune de ses apparitions publiques, tant elle semble chaque jour plus resplendissante, et plus épanouie. Au point qu'on en vient à se demander quel est le secret de cette métamorphose, si toutefois secret il y a...

->Voir aussi - Charlène : Son bonheur en danger !

Magicien

Eh bien, oui, il y en a un ! Plutôt que de secret, d'ailleurs, on devrait parler d'un magicien ; un homme discret, presque effacé, qui, dans l'ombre, a su révéler la jeune princesse à elle-même, comme on extrait un diamant de sa gangue. Cet homme se prénomme... Albert ! Mais il ne s'agit pas du prince de Monaco.

Cet Albert-là, peu de gens connaissent son visage, beaucoup ignorent même son existence. Il n'empêche que, depuis presque trois ans, il est constamment dans les pas de Charlène, tel un ange gardien furtif, présent dans tous les grands moments de son existence, la conseillant, la guidant ; on pourrait presque dire : la modelant. Et il n'est pas exagéré de dire que si le prince Albert éprouve chaque jour un peu plus d'admiration pour sa femme, c'est en grande partie à l'autre Albert qu'il le doit, cet homme pour qui son épouse a éprouvé un véritable coup de foudre, au printemps 2010.

Coup de foudre uniquement artistique, rassurez-vous ! Lorsque, ce jour-là, la princesse pousse la porte de la maison de couture Akris, à Monaco, elle a tout de suite le béguin pour une longue robe vert d'eau, celle-là même qu'elle portera quelques jours plus tard pour la photo officielle de ses fiançailles avec le prince. Séduite par ce qu'elle voit autour d'elle, Charlène demande à rencontrer le créateur ; et c'est ainsi qu'elle fait la connaissance d'Albert Kriemler, le directeur artistique de cette maison de couture suisse.

C'est là que se produit le coup de foudre esthétique : désormais, dans chaque circonstance capitale de sa vie de princesse, Charlène va faire appel au talent de son « deuxième Albert », pour qu'il lui confectionne des écrins d'étoffe à la mesure de sa beauté et de son éclat.

Cette intimité entre la princesse et le créateur, Albert (l'autre...) n'a pas à s'en montrer jaloux, il doit même s'en féliciter tous les jours. Du moins si l'on en croit cette confidence faite par Charlène au lendemain de ce gala pour l'Afrique du Sud. Juste avant le début du défilé Akris, au palais de Chaillot, à Paris, la princesse, mutine, glisse à l'oreille d'Albert Kriemler : « La robe d'hier soir était fabuleuse. Mon mari m'a trouvée renversante ! »

Heureux prince ! Et heureuse princesse aussi, qui, il n'y a pas encore si longtemps, avouait que la mode avait longtemps été pour elle une parfaite énigme, puisqu'elle avait passé toute sa jeunesse de nageuse « en maillot de bain » !

Désormais, elle se rattrape et savoure sa longue lune de miel couturière avec Albert Kriemler. En juillet 2011, juste après son mariage, c'est à lui qu'elle demande de l'habiller pour le bal de la Croix-Rouge, son premier en tant que princesse : ce sera le somptueux fourreau de satin fuschia qui est resté dans toutes les mémoires. Pour la cérémonie des Oscars de 2012, le couturier choisit de lui confectionner une robe blanche à la fois simple et sophistiquée, afin de faire ressortir le côté princesse de son inspiratrice, parmi toutes les stars hollywoodiennes qui seront là : effet magnifiquement réussi !

Il n'est pas difficile de comprendre ce qui a séduit la princesse chez le couturier : non seulement il sait mettre merveilleusement en valeur la femme d'exception qui, avant lui, était encore plus ou moins en sommeil, mais en outre, il est capable de s'adapter à toutes les circonstances, même les plus extrêmes. Ainsi, c'est encore grâce à lui si, le 4 octobre, Charlène est apparue au concert niçois de Lady Gaga, moulée dans un hallucinant ensemble, robe et veste cintrée, taillé en un cuir si souple, si fin, qu'il semblait une seconde peau !

La prochaine grande apparition officielle de Charlène de Monaco aura lieu le 19 novembre, jour de la fête nationale. Prévoyante, la princesse a déjà demandé au couturier de lui créer une robe à la mesure de ce prestigieux événement...

Didier Balbec

À découvrir