France Dimanche > Actualités > Charlène et Albert : Ce seront des jumelles !

Actualités

Charlène et Albert : Ce seront des jumelles !

Publié le 5 décembre 2014

La venue au monde
des enfants
du couple princier
Charlène et Albert de Monaco
est l’occasion
de reprendre
les grandes  traditions
des Grimaldi.

Le monde entier retient son souffle, mais c’est évidemment en principauté que la tension est à son comble. Car le jour de la naissance des jumeaux princiers de Charlène et Albert se rapproche à grande vitesse ! Des jumeaux ou… des jumelles ? Là encore, le suspense est de rigueur, personne ne semblant être au courant du sexe des bébés.

Alors, les Monégasques ont commencé de guetter et, surtout, ils ont l’oreille sans cesse en alerte. Que guettent-ils ainsi ? Des coups de canon, figurez-vous ! Quarante-deux coups de canon, pour être précis. Car, preuve supplémentaire de l’imminence de l’heureux événement, le palais princier a fait connaître, ces jours derniers, ce qui était prévu pour l’occasion, et la manière dont serait célébrée cette double naissance tant attendue. Et puisque le prince régnant est résolument moderne, il a décidé de dépoussiérer un peu la tradition.

Cette tradition veut en effet que l’on tire à la naissance d’un prince héréditaire pas moins de 101 coups de canon, comme cela avait été le cas pour Albert, en 1958 ! Mais seulement 21 pour une princesse : c’est ce à quoi avait notamment eu droit, un an plus tôt, la princesse Caroline, le 23 janvier 1957 à 9 h 30, lorsqu’elle a poussé son premier cri.

Charlène et Albert © JSC26
Charlène et Albert © Herby Moreau

Joie

« Pour saluer l’heureuse nouvelle de la venue au monde de ces deux enfants, quarante-deux coups de canon seront tirés, soit vingt et un pour chacun », a fait savoir vendredi le palais princier. Ce nombre signifie-t-il qu’Albert a voulu mettre fin à des siècles de «discrimination » entre les sexes ou bien que Charlène attendrait des jumelles. Nous le saurons bientôt !

Quoi qu’il en soit, au Fort Antoine, les canons seront deux à tirer en alternance, grâce aux carabiniers, à qui est généralement confiée cette tâche. Cette canonnade devrait permettre à tous les Monégasques d’être au courant de l’heureux événement… Mais si par hasard ce n’était pas le cas, les distraits et les «un peu sourds » pourront quand même se réjouir car, sitôt après, ce seront les églises de la principauté qui se mettront à carillonner durant quinze minutes sans s’arrêter ! Et si cela ne suffit pas, ce sera enfin au tour des bateaux amarrés dans le port de faire marcher leurs sirènes.

Donc, voilà, tenons pour acquis que, désormais, tous les Monégasques sont au courant de la double naissance princière. Que va-t-il se passer ensuite ? Car une suite est bel et bien prévue ! Pour la savourer, il faudra que les sujets du prince Albert fassent preuve d’un peu de patience. Car ce n’est que quelques jours plus tard qu’aura lieu, sur la place du Palais, la grande fête de la présentation officielle des nouveau-nés. Une grande fête à laquelle seront conviés « les Monégasques, les résidents et les salariés de la principauté, ainsi que toutes les personnes le souhaitant, afin de rendre hommage au couple princier et à ses enfants ».

Bref, tout le monde sera invité à venir se réjouir avec les heureux parents ! D’accord, c’est bien joli, allez-vous penser, mais comment feront les gens qui seront au boulot ? Pas de problème ! Un jour férié sera octroyé à tous ceux qui travaillent sur le Rocher pour qu’ils puissent venir, en toute tranquillité d’esprit, célébrer ce moment de joie si particulier.

Auparavant, dès la naissance des jumelles, une proclamation signée par le souverain aura été affichée à l’entrée des petits quartiers du palais. C’est là que seront mis à disposition des registres de signatures, pour les sujets qui souhaiteront laisser un témoignage de félicitations écrit au couple princier. Nul doute que ces messages seront fort nombreux : espérons que le palais a prévu de gros registres !

Une fois qu’ils auront signé, et en attendant la présentation officielle dont nous parlions à l’instant, les Monégasques ne resteront pas les bras croisés, puisqu’il leur est officiellement demandé de pavoiser leur maison, comme ils le font chaque année pour la fête nationale.

Le couple princier © JSC26
Le couple princier © JSC26

Baptême

On suppose que l’enthousiasme va susciter la générosité des uns et des autres, et que de nombreux hommes et femmes vont spontanément éprouver l’envie de faire des cadeaux aux deux nourrissons, comme c’est la coutume partout dans le monde. Le couple princier a pensé à eux aussi : il leur demande officiellement de préférer un don à un cadeau matériel, en précisant que les sommes qui auront été récoltées iront ensuite à une ou plusieurs associations caritatives. Ainsi, à peine nés, les bébés princiers commenceront déjà à faire le bien autour d’eux !

Il y a cinquante-six ans, le prince Albert n’avait fait sa première sortie officielle que vingt jours après sa venue au monde, à l’occasion de la messe d’action de grâce du Te Deum célébrée en la cathédrale de Monaco. Et puis, bien sûr, il y avait eu le baptême, le mois suivant, auquel assistait un prestigieux parterre de célébrités, et notamment une bonne partie de l’Académie française, de Jean Cocteau à André Maurois, en passant par Georges Duhamel ou encore Marcel Pagnol.

En ce qui concerne les jumelles de Charlène, il n’est, pour l’instant, nulle question d’un Te Deum. Mais il y aura évidemment un baptême (et même deux !), puisque le catholicisme est, à Monaco, religion d’État. Un autre moment très émouvant et solennel en perspective…

Didier Balbec

À découvrir