France Dimanche > Actualités > Charlène : Priez pour elle !

Actualités

Charlène : Priez pour elle !

Publié le 18 janvier 2013

C'était la première fois que la princesse Charlène rencontrait le pape Benoît XVI. Et dans son regard, on pouvait lire le plus grand des espoirs.C'était la première fois que la princesse Charlène rencontrait le pape Benoît XVI. Et dans son regard, on pouvait lire le plus grand des espoirs.

Premier amour, premier rendez-vous, premier chagrin... Les premières fois sont toujours de grands moments de la vie. Souvent, ces instants marquent un nouveau départ, le début d'une époque dont on a longtemps rêvé... Personne ne peut dire ce qui a traversé l'esprit de Charlène, le 12 janvier dernier, quand elle a fait ses premiers pas sous l'œil des gardes suisses dans la mythique enceinte du Vatican.

Mais elle était d'une beauté à couper le souffle et son visage rappelait celui des madones des tableaux de la Renaissance. La pâleur de sa peau et sa blondeur étaient encore accentuées par un tailleur immaculé, et, sur ses cheveux, une mantille, blanche également...

->Voir aussi - Charlène : Dans les griffes d'un homme !

Cadeau

Ceux qui connaissent les usages du Vatican ont pu s'étonner qu'elle paraisse ainsi vêtue, car l'usage veut qu'en pareille occasion, cette couleur soit réservée aux altesses royales catholiques régnantes. Rappelons que, si Charlène était protestante, elle s'est convertie au catholicisme avant son mariage avec le prince Albert.

Mais le pape doit avoir une très bonne opinion de la jeune femme, car, tout récemment, le bureau de presse du Vatican a fait savoir que le « privilège du blanc » lui était accordé, même si elle n'était que princesse et « seulement » altesse sérénissime... Le prince de Monaco devait, quant à lui, être très fier de présenter sa si belle épouse au souverain pontife. Bien sûr, la teneur de leur conversation demeure secrète. Mais ils sont restés un quart d'heure dans l'imposante bibliothèque du Vatican. Et il peut se passer beaucoup de choses dans ce court laps de temps.

Surtout en présence du chef de l'Église catholique ! N'est-il pas le meilleur intercesseur pour demander au ciel d'exaucer les vœux de ses visiteurs ? Or, nul ne l'ignore, Albert et Charlène désirent ardemment avoir un bébé. Ils ne s'en cachent pas.

Dans une interview qu'ils accordaient à Gala au printemps dernier, la jeune femme déclarait : « Nous voulons beaucoup d'enfants. Plus nous en aurons, plus nous serons heureux ! » De son côté, Albert ajoutait : « Nous accueillerons avec un grand bonheur tous ceux qui nous seront donnés. C'est merveilleux de donner la vie. Nous prendrons chacun d'eux comme une bénédiction qui nous est envoyée. »

Serait-il donc possible que ce soit pour obtenir un tel cadeau de la vie que le couple s'est rendu auprès de Benoît XVI ? Hasard ou coïncidence, en mai 1957, lors de sa première rencontre avec le pape, au bras de son mari, Rainier III, Grace de Monaco avait, elle aussi, souhaité rencontrer le Saint-Père en audience privée. Les photos de l'époque la montrent majestueuse, très recueillie et... entièrement vêtue de noir, robe et mantille. On dirait le négatif du cliché de sa belle-fille Charlène, cinquante-six ans plus tôt.

Mais peu importe la couleur de sa robe, c'est la nature de son cœur qui comptait. Sans doute devait-elle avoir un souhait à formuler, une prière à adresser à Sa Sainteté... Laquelle ? On ne peut que l'imaginer. Ce que l'on sait, par contre, c'est qu'à cette date, elle avait déjà une fille, Caroline, née quatre mois plus tôt, et rêvait peut-être d'avoir ensuite un garçon. N'est-ce pas cela que l'on appelle le « choix du roi »? Heureuse destinée, quelques mois après cette visite au Vatican, le 14 mars 1958, elle mettait au monde son fils, Albert.

Personne ne se risquerait, bien évidemment, à affirmer que Pie XII, à l'époque, avait su trouver les mots pour parler au Tout-Puissant en lui demandant que Grace ait un garçon... Mais comment pourrait-on s'empêcher de faire le parallèle entre les deux entrevues, à des années d'écart, avec peut-être un même souhait...

D'ailleurs, Albert a profité de cette audience pour réitérer son invitation à venir fouler le sol de la principauté. Une rareté car la dernière visite d'un pape sur le Rocher remonte à 1538, avec le souverain pontife Paul III. Le vœu qu'il a fait sera-t-il exaucé à l'occasion d'un baptême ? C'est en tout cas le souhait de tout un peuple qui, aujourd'hui, envoie ses prières vers le ciel, pour que le plus beau des miracles se réalise.

Laurence Paris

À découvrir