France Dimanche > Actualités > Charles Aznavour : Il veut finir ses jours au Japon !

Actualités

Charles Aznavour : Il veut finir ses jours au Japon !

Publié le 10 juillet 2016

À 92 ans, le plus grand chanteur français Charles Aznavour se dit prêt à tout quitter sans retour, afin de partir très loin pour y vivre pleinement sa nouvelle passion.

Non, alors ! Ils ne vont tout de même pas nous chiper « notre » Charles ! Nous parlons bien sûr de notre plus grand Charles depuis la disparition du Général : Aznavour. Or, le risque est réel. En tout cas si l’on en juge par la déclaration d’amour enflammée que, à 92 ans, l’interprète de Toi et moi, Charles Aznavour vient d’adresser à d’autres que nous !

“Sushi !”

Lui qui a si bien chanté que la misère devait être moins pénible au soleil semble, aujourd’hui, considérer que le plus beau de tous les pays est celui du Soleil-Levant. C’est à l’issue d’un concert triomphal donné à Tokyo que l’artiste a lancé : « Je pourrais vivre à Tel-Aviv et à Tokyo, car je m’y sens à mon aise, j’aime les villes, j’aime les gens, j’aime communiquer. Ce que j’aime au Japon, où je suis venu neuf fois, seulement pour le plaisir, c’est la politesse des gens, la propreté des choses et des lieux : c’est très agréable quand on est maniaque comme moi ! C’est un pays sur lequel on devrait prendre exemple. »

->Voir aussi - Charles Aznavour : Comment il a sermonné Johnny !

Les inconditionnels français d’Aznavour vont sans doute tenter de se rassurer comme ils le pourront. Par exemple, en se disant qu’il y a des amours non partagées et que, dans ce cas, ils n’aboutissent à rien. Hélas ! si l’on peut dire, il faut tout de suite les détromper. Car la passion de Charles pour le Japon et ses habitants est réciproque, et depuis fort longtemps. « Je les aime, alors il faut bien qu’ils m’aiment aussi, c’est un échange, précise l’auteur d’Emmenez-moi. Cela a commencé la première fois que je suis venu, dans les années 1960 je crois, il y a un demi-siècle. »

Ça, c’est le bouquet ! On aurait pu croire à une amourette récente, et voilà qu’on en est déjà quasiment aux noces d’or ! Avec tous les symptômes d’un amour si fort qu’on n’éprouve même plus le besoin de communiquer par le verbe. C’est en tout cas ce que Charles affirme : « Ce qui est émouvant ici, ce sont tous ces gens qui ne comprennent pas un mot de français, mais qui viennent au concert et réagissent merveilleusement : c’est très rare. Je crois qu’il n’y a pas un autre pays où l’on accepterait d’écouter sur scène pendant deux heures un type qui ne s’exprime qu’en français. Ailleurs, quand je connais la langue du pays, je ne chante pas tout en français, mais au Japon si. »

Il ne nous reste plus, pauvres de nous, qu’à espérer que son amour de l’Hexagone soit encore plus fort que sa passion pour la terre des samouraïs et que, finalement, Charles Aznavour décide de ne pas nous quitter. Mais, en attendant qu’il fasse son choix, il y a du « sushi » à se faire.

Didier Balbec

À découvrir