France Dimanche > Actualités > Charlotte Julian : “Grâce à Évelyne, je vais remonter sur scène !”

Actualités

Charlotte Julian : “Grâce à Évelyne, je vais remonter sur scène !”

Publié le 2 septembre 2016

L’interprète de “Fleur de Provence”, qui se relève d’un cancer, Charlotte Julian voulait rejouer la comédie. C’est son � amie � Évelyne Leclercq qui lui en a donné l’opportunité…

Celle que l’on a notamment pu voir à l’affiche de Profs, aux côtés de Patrick Bruel et Fabrice Luchini, Charlotte Julian a eu l’idée d’écrire l’histoire d’une femme (qu’elle incarne) prête à tout pour rencontrer son idole, le chanteur Frank Michael.

Et c’est avec une joie non dissimulée qu’elle vient de nous confirmer que son projet est sur le point de voir le jour. En effet, à partir du mois d’octobre démarrera la tournée de la pièce de théâtre Belle-maman monte à Paris, dans l’est de la France. En attendant les répétitions à la rentrée, elle prend un peu de bon temps dans sa résidence estivale à Cannes.

L’occasion, entre autres, de retrouver sa grande copine Évelyne Leclercq qui possède, elle aussi, un grand appartement sur les hauteurs de la ville.

->Voir aussi - Charlotte Julian : Sauvée du cancer par ses amies !

France Dimanche (F.D.) : Vous croisez-vous souvent avec Évelyne ?

Charlotte Julian (C.J.) : Ça nous arrive de temps en temps, surtout durant l’été à Cannes, là où nous avons chacune un appartement. On s’invite mutuellement chez l’une ou chez l’autre. La dernière fois, c’était le 9 août, et c’est Évelyne qui invitait. Elle avait organisé un dîner avec quelques amis, ainsi que sa fille Céline et ses trois petits-enfants, âgés de 9 à 15 ans. Ils sont d’ailleurs adorables !

F.D. : Qu’y avait-il au menu ?

C.J. : En entrée, on a eu des tomates avec de la mozzarella, ainsi que du melon avec du jambon de Parme. Puis un délicieux poulet avec des patates sautées. C’est moi qui me suis occupée du dessert. J’avais fait des crêpes, ma spécialité. Et j’aime autant vous dire que ce n’était pas une partie de plaisir à faire avec cette chaleur : j’ai passé plus d’une heure devant le feu à fond ! Mais quand je les ai tous vus se régaler, j’ai vite oublié. Surtout avec un bon petit verre de rosé ! Bref, on a vraiment bien rigolé. à tel point qu’il paraît que les petits-enfants d’Évelyne me réclament. Ils m’appellent « la Charlotte rigolote » !

F.D. : Le repas s’est-il fini en chansons ?

C.J. : Évidemment ! Ce qui était d’ailleurs amusant, c’est que je voulais justement faire découvrir aux jeunes les classiques français : Trenet, Aznavour… Mais ça a vite dégénéré. C’est Évelyne elle-même qui me demandait de leur chanter mes chansons paillardes. Quelle rigolade !

F.D. : À part ça, quels sont vos projets pour vous deux à la rentrée ?

C.J. : Évelyne poursuit sa tournée un peu partout en France avec la pièce Ma colocataire est une garce, au côté de Maurice Risch. Quant à moi, à partir d’octobre, je vais enfin jouer la pièce que j’ai coécrite, intitulée Belle-maman monte à Paris. Les répétitions auront lieu en septembre. Figurez-vous que c’est d’ailleurs grâce à Évelyne que mon projet a pu voir le jour ! C’est elle qui m’a fait rencontrer un ami tourneur lors d’une soirée qu’elle avait organisée à Paris. J’ai donc parlé à ce monsieur de ma pièce et il a accepté de me donner un coup de main. Je ne la remercierai donc jamais assez pour cet immense service !

F.D. : Dans la pièce, votre personnage fait tout pour rencontrer son idole, Frank Michael. L’avez-vous mis au courant ?

C.J. : Oui, je l’ai appelé il y a peu pour le lui dire. Il semblait enchanté par l’idée. J’ai hâte qu’il vienne me voir jouer sur scène et qu’il me dise ce qu’il en pense !

Philippe Callewaert

À découvrir