France Dimanche > Actualités > CHEZ MICHOU : LA FÊTE CONTINUE !

Actualités

CHEZ MICHOU : LA FÊTE CONTINUE !

Publié le 14 janvier 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Malgré la disparition du Prince Bleu, le célèbre cabaret transformiste parisien continue d'attirer spectateurs et artistes.

Rue des Martyrs, les néons roses de l'enseigne Chez Michou donnent le ton. La porte s'ouvre sur un petit couloir où s'affiche une collection de photos sur lesquelles Michou pose en compagnie de stars. Le Tout-Paris a défilé ici, Joséphine Baker, Lino Ventura, Alain Delon, Pierre Arditi, Line Renaud… Le lieu est mythique mais l'ambiance est familiale. En quelques pas, le bar est atteint et les Michettes font leur apparition. Maquillées au féminin, en pantalon bleu et petit tablier, certaines assurent le service avant de rejoindre le reste de la troupe dans les loges.


Depuis la disparition de Michou (ci-dessous avec ses Michettes) en janvier 2020, Catherine Jacquart, sa nièce, a repris l'établissement. Au programme de Noël, le spectacle Destination Michettes passe en revue des prestations au cours lesquelles se mêlent le rêve et l'illusion.

Ici, les groupes s'assoient les uns à côté des autres sur des banquettes et des chaises rouges autour des trois grandes tablées dressées pour partager un repas dont certains plats sont choisis en clin d'œil aux origines picardes du fondateur. Dans cet écrin à l'allure rétro, seuls 74 chanceux peuvent prendre place. Au mur, les multiples miroirs dorés chinés aux puces de Saint-Ouen par Michou sont toujours là. Tout comme les appliques Art nouveau en pâte de verre.

Le rideau s'ouvre doucement et trois femmes en robe à pompons énormes couleur barbe à papa apparaissent sous des perruques roses aux dimensions impressionnantes. Place à la poésie et à la fantaisie ! Comme chaque dimanche soir, c'est le chanteur Grégory qui entraîne la salle avec des refrains connus de tous. Il cède ensuite la place à une Nolwenn Leroy entraînante. Les amis dans la salle (on ne dit jamais clients chez Michou) tapent des mains en rythme et reprennent les refrains. Le style, les gestes de pression du micro, la démarche, le public n'a pas de mal à s'imaginer devant la vraie chanteuse. La sensation est la même quand une Patricia Kaas se glisse sur la scène de deux mètres carrés, la démarche hésitante et l'air de s'excuser comme le fait si bien l'artiste originale. Lorsque cette fois, c'est une Chantal Goya (Christophe Rigail) enthousiaste qui prend sa place, les regards se croisent, les rires fusent et beaucoup reprennent en cœur Bécassine et Ce matin, un lapin

Nolween Leroy, Patricia Kaas, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan… Tous plus vrais que nature dans un spectacle éblouissant imaginé par Marie-Pierre, le directeur artistique.

Les numéros s'enchaînent, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Annie Girardot, Lady Gaga et quelques personnages surprises entraînent le public dans un tourbillon bon enfant, une ambiance chaleureuse et jamais vulgaire. Sous leurs maquillages, leurs robes et leurs perruques, les artistes transformistes fusionnent avec leurs personnages, s'emparent de leur façon de respirer, de se déplacer, de se mouvoir. Maman, comme l'appelaient les Michettes, n'est plus là mais toutes ont à cœur de donner un spectacle dont Michou aurait été fier.

Le directeur artistique, Christian Cousseau, alias Marie-Pierre, y veille constamment. Lui qui a pénétré dans l'univers Michou il y a trente-quatre ans a appris aux côtés des anciens : Tita, Duduche, la Folle de Chaillot dont les portraits ornent les murs. Il a monté cette revue Destination Michettes en un mois et demi, à la demande de Catherine et de l'équipe. En coulisses, et sur scène dans la peau de Diana Ross ou de Liane Foly, il a cherché à garder l'esprit du cabaret, « la générosité, l'amour, le glamour, tout ce qui nous fait du bien. Tout est faux chez nous mais on vend du vrai », souligne-t-il en souriant.

Certains sont partis, d'autres sont restés comme Fernande (Fabrice Iglesias, ancien directeur de Scaramouche) qui ne se voit pas raccrocher. Avec ses 78 printemps, elle prend les traits de Line Renaud, une grande amie du cabaret. C'est le cas aussi de Patrice Galifi, qui sait incarner Zaz, Christophe Maé et Isabelle Adjani. Pour cette nouvelle revue, il prend les traits d'Hoshi, qui pourrait venir le voir sur scène prochainement. Le petit dernier est arrivé en août. Ce jeune homme de 19 ans, qui se rêvait habilleur au Moulin Rouge, a pris son courage à deux mains pour envoyer une vidéo de démo. Son physique rondouillard, son envie de bien faire et son enthousiasme ont tapé dans l'œil de Marie-Pierre qui l'a pris sous son aile et lui transmet aussi bien la passion que l'art de se maquiller au point que celui qui s'appelle désormais Chouchou lui donne du « Maman ».

L'histoire qui se répète ? Sur scène, le nouveau venu s'inscrit dans la lignée du célèbre Hortensia, désormais retraité après trente ans de maison, qui avait repris le numéro de BB incarné par Michou à ses débuts.

Aujourd'hui, Chouchou campe avec fraîcheur et glamour une Brigitte Bardot décalée qui nous chante sa Madrague en lunettes de soleil.

Michou avait toujours dit que le cabaret s'arrêterait avec lui. Alors, à sa disparition en janvier 2020, sa nièce, Catherine Jacquart, qui a travaillé à ses côtés pendant des années, se voyait plutôt vivre dans sa maison de campagne. « Pour moi c'était un homme merveilleux, omniprésent qui voyait et sentait tout », se souvient-elle assise au bar. Jusqu'à l'apparition d'une lettre… Adressée à sa famille et aux Michettes, Michou y souhaitait du courage et de la volonté à celui qui lui succéderait. C'est donc soutenue par sa mère et les Michettes, que Catherine Jacquart a accepté cette nouvelle mission et le cabaret Michou est devenu Chez Michou.

Pendant les confinements et les périodes de fermeture, cette discrète femme d'affaires s'est démenée pour continuer à faire exister le cabaret. Elle a créé Sacré Montmartre, une association temporaire, aux côtés de Madame Arthur et du Lapin Agile, qui donna naissance à trois spectacles originaux à voir chez soi. Elle a fait refaire les dorures, installer une nouvelle régie et des éclairages tout en respectant les lieux et l'esprit de son oncle. Dans la salle, le spectacle continue. Michou n'est plus accoudé au bar ni assis dans le couloir à la petite table dressée juste pour lui sur le tapis bleu le temps du spectacle. Mais lorsque Witney Houston chante I Will Always Love You, les yeux plantés dans ceux du portrait accroché au-dessus du bar, l'émotion est bien là et tout le monde pense que le Prince de la nuit serait fier de voir que, soixante-cinq ans après sa création, le cabaret est entre de bonnes mains. Youpi !

Une revue « sous un nouvel éclairage », modernisée mais qui demeure dans l'esprit du créateur…

INFOS PRATIQUES

Tous les soirs, sept jours sur sept, deux tarifs sont proposés pour le dîner-spectacle avec des menus comprenant apéritifs, entrées, plats, desserts aux choix.

Deux formules, Voyage à 115 € et Michou (foie gras ou saumon fumé artisanalement en entrée) à 150 €.

• Réservations : du lundi au vendredi de 11 h à 18 h au 01 46 06 16 04.

• Adresse : 80, rue des Martyrs, 75018 Paris.

Le mythe raconté

Saviez-vous que Michou avait pour modèle le « Tonton » de Montmartre, Gaston Baheux, célèbre patron du cabaret Le Liberty's dans les années 50 ? Que c'est invité par Line Renaud et Loulou Gasté à Las Vegas qu'il a découvert The Bernard Brothers (les Bernard), un duo burlesque d'hommes travestis, qui lui a donné des idées ? Toute l'histoire du cabaret Michou et de ses Michettes est dans ce livre illustré de photos qui raconte l'ambiance de ce lieu hors du commun. • La nuit en bleu, cabaret Michou, l'esprit d'un mythe de Sylvain Dufour et Françoise Soustre, éd. Le Cherche Midi, 28 €.

Julie BOUCHER

À découvrir