France Dimanche > Actualités > Christian Quesada : Des révélations accablantes !

Actualités

Christian Quesada : Des révélations accablantes !

Publié le 11 avril 2019

Certains avaient déjà percé à jour ce pervers trois fois condamné. Christian Quesada, héros déchu des “12 coups de midi !”

Une véritable onde de choc ! Une semaine après son arrestation, celui que l’on surnommait « Le maître de midi » n’en finit pas de susciter le dégoût et l’effroi. Avec 193 participations et 809 392 euros de gains, l’ancien champion, qui avait battu tous les records, a été arrêté mercredi 27 mars pour détention et diffusion d’images pédopornographiques et dort désormais en prison.

Une adolescente de 17 ans est à l’origine des poursuites contre Christian Quesada. Elle avait porté plainte en 2017 pour « tentative de corruption sur mineure ». Le procureur de la République de Bourg-en-Bresse, Christian Rode, a précisé que « des centaines d’images et de vidéos compromettantes de mineurs et d’enfants subissant des viols et agressions sexuelles, qu’il échangeait avec d’autres internautes, ont été retrouvées sur ses ordinateurs ».

Du côté de TF1, c’est la consternation. Jean-Luc Reichmann, l’animateur des 12 coups de midi ! n’en revient toujours pas. Sidéré, il s’est dit « sous le choc ».


« C’est horrible, on n’a rien vu venir », déplorent ses collaborateurs. Pourtant, même au temps de sa gloire, le personnage était loin de faire l’unanimité. Quoique jugé arrogant par bon nombre de téléspectateurs, l’homme avait pourtant réussi à se mettre dans la poche plusieurs personnalités éminentes du monde de l’audiovisuel, à commencer par Jean-Luc, qui le surnommait le « professeur ».

Cyril Hanouna n’a pas non plus caché son désarroi, tout en avouant : « On ne va pas dire qu’avant on n’était pas content de l’avoir, a-t-il déclaré sur C8. On avait même des projets avec lui, un jeu qui serait intitulé “Qui est plus fort que Christian Quesada ?” » D’une certaine façon le patron de Touche pas à mon poste ! l’a échappé belle, si l’on en croit les informations révélées devant les caméras par son chroniqueur Benjamin Castaldi au sujet du casier judiciaire de son ex-futur partenaire : « En 2001, 2003 et 2009, corruption de mineur de moins de 18 ans, détention d’images pédopornographiques d’un mineur en 2003 et 2009, et, en 2017, tentative de proxénétisme aggravé. »

Mais si les deux stars du petit écran n’ont rien vu venir, d’autres, plus perspicaces, avaient percé à jour Quesada et décelé sous l’image du candidat érudit un personnage peu recommandable.

Élie Semoun, qui avait côtoyé Christian Quesada au lycée, a évoqué son ancien condisciple dans Les grosses têtes sur RTL : « C’était le débile de la classe, se souvient l’humoriste. Tout le monde se foutait de sa gueule. Il était super bizarre […] Quand je pense que je me suis fait casser ici pour avoir dit ça [quand le candidat était au faîte de sa gloire, ndlr]. Enfin, à l’époque, j’avais son âge, je ne risquais rien. »

De son côté, Patrice Laffont, ancien animateur du jeu télévisé Des chiffres et des lettres, avait même averti Reichmann de certains aspects sulfureux de son candidat vedette. Il a même confié ne pas avoir été surpris en apprenant son incarcération. « Je m’en doutais », a déclaré l’animateur au Parisien.

Car Quesada, 54 ans, avait déjà fait montre de ses talents dans le jeu culte d’Antenne 2 (devenue France 2 en 1992) en remportant la Coupe des champions (1987), les Masters (1989) et la Coupe des clubs (1991).

Si à l’écran, l’homme brillait par son savoir, hors caméra, c’était autre chose. « À l’époque, des bruits couraient sur lui », nous a confié Patrice Laffont, devenu producteur de l’émission. « Je ne le sentais pas, ce type, a-t-il encore révélé. C’est un emmerdeur, un personnage sulfureux et un extraordinaire manipulateur. Il voulait revenir une nouvelle fois dans l’émission, mais j’ai fini par l’écarter. Il était même “blacklisté”. J’avais mis une croix définitive et interdit à mes collaborateurs de le reprendre. Pour lui, la porte était fermée. »

Sur France 2 peut-être, mais pas sur TF1. Lors de la conférence de presse donnée en son honneur en janvier 2017 dans les locaux de la chaîne, à l’issue de son parcours exceptionnel dans Les 12  coups de midi ! Quesada jouait les stars. Une poignée de journalistes triés sur le volet avaient été conviés pour l’occasion.

En préambule, Jean-Luc Reichmann avait fait une annonce fracassante « Oui, on réfléchit tous les deux à un concept… Entre nous est née une réelle amitié. » Décontracté, Quesada avait accepté de répondre aux questions de France Dimanche. En six mois de participation au quiz télévisé, ce candidat hors norme était devenu un véritable phénomène. Au journal, des monceaux de lettres nous arrivaient chaque jour pour commenter ses exploits.

Ce qui n’avait pas l’air de le perturber plus que ça. « Je me suis invité tous les midis à la table des Français. Je fais maintenant partie de leur quotidien […] On me réclame des selfies et des autographes, on parle de moi partout… Je reçois aussi beaucoup de déclarations d’amour. C’est complètement dingue », déclarait-il, fier de lui. Incroyablement calme, il évoquait sa subite notoriété avec un recul impressionnant. « À 52 ans, j’ai le vécu pour gérer tout ça. Mais si j’avais connu la même aventure à 25 ans, j’aurais sûrement pété les plombs ! »

Bien qu’à la tête d’une petite fortune, ce nouveau riche n’avait pas l’intention de flamber plus que de raison. Raisonnable, il ne projetait de s’offrir que des voyages. Fraîchement divorcé, il venait de récupérer la maison de son ex-épouse, située dans l’Ain. Débarquant en juillet 2016 sur le plateau de la Une avec 60 euros sur son compte, il livrait un discours bien rôdé destiné à faire pleurer dans les chaumières mais qui laissait subsister bien des zones d’ombres. Se présentant comme un compétiteur dans l’âme, rompu aux tournois d’échecs et de Scrabble, il disait aussi avoir vécu du RSA. Il avait, prétendait-il, connu la galère. Un parcours chaotique raconté dans une autobiographie aujourd’hui retirée du commerce.

L’homme s’apprêtait à toucher une petite fortune mais, pour autant, annonçait vouloir rester très actif, évoquant son envie de s’investir dans plusieurs projets en rapport avec la jeunesse et l’enfance. « Je pourrais ne plus jamais bosser et me la couler douce. Pas question. J’aurais trop peur de m’ennuyer, d’autant que je déborde de projets. J’aimerais bien créer une association de soutien scolaire via le jeu. » Des déclarations qui font aujourd’hui froid dans le dos.

Au moment de cet entretien, il était resté évasif sur sa vie privée. Père de deux jeunes garçons, Clément et Robin, il s’était fendu d’une réponse laconique lorsqu’on lui avait demandé s’il était encore un cœur à prendre. Ce fils d’ouvriers affirmait aussi tout devoir à sa maman disparue qui lui avait suggéré de s’inscrire au jeu de TF1. Accro au programme qu’elle regardait souvent avec son fils, elle avait remarqué qu’il répondait plus vite que la plupart des candidats.

Il nous avait fait le coup de l’autodidacte qui avait quitté l’école à 15 ans et demi et avait ensuite lu trois fois le dictionnaire pour rattraper le temps perdu. « La plus enrichissante des lectures », précisait-il. Dans son autobiographie qui, prétendait-il, allait être adaptée au cinéma, il dévoilait des côtés plus sulfureux, comme son addiction à la cocaïne. Un « itinéraire de rock star », se vantait-il.

Même ceux qu’il côtoyait au quotidien se sont laissés berner. Bernard Argenti, le maire délégué d’Hautevigne-Lompnes, un village du Jura où Quesada résidait depuis des années, ne décolère pas : « Quelle déception de voir cet homme, si cultivé, qui était sorti de la misère pour devenir presque un exemple pour les jeunes, tomber dans ces pratiques horribles. Toucher aux enfants, collectionner des images aussi sordides, c’est à la fois démentiel et impardonnable », a déclaré l’élu au Progrès.

Ses voisins, eux, demeurent stupéfaits à l’idée que leurs gamins jouaient dans la rue près de la maison de ce prédateur. De quoi leur donner des cauchemars pour longtemps…

Sophie MARION

À découvrir