France Dimanche > Actualités > Christophe Hondelatte : L'incroyable secret derrière le nom des grands criminels français !

Actualités

Christophe Hondelatte : L'incroyable secret derrière le nom des grands criminels français !

Publié le 19 octobre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Christophe Hondelatte est intarissable lorsqu’il s’agit de parler d’affaires criminelles. À ce sujet, il dévoile un lourd secret derrière les noms de certains tueurs en série...

Pourquoi les plus grands criminels français portent-ils des prénoms en guise de noms de famille ? Prenez exemple sur Guy Georges, Monique Olivier, Emile Louis ou encore Patrick Henry, quel est leur point commun, hormis un casier judiciaire bien rempli ?

Christophe Hondelatte a beau avoir quitté Faites entrer l’accusé, l’émission cultissime qui retraçait les histoires de meurtres les plus sombres, il n’en reste pas moins un éternel passionné par le sujet.

Alors qu’il était invité sur le plateau de Quotidien, à l’occasion de la sortie du film “Barbaque” de Patrice Eboué, il était interrogé sur cette étrange coïncidence des doubles prénoms chez les criminels. D'ailleurs dans le long-métrage où il fait une apparition, les deux meurtriers interprétés par Marine Foïs et Fabrice Eboué s’appellent eux aussi Vincent et Sophie Pascal.

Et bien il y a une explication toute simple à ce hasard et c’est Christophe lui-même qui l’a révélé. En effet, tous ces hommes et femmes ont une similitude : leur enfance douloureuse passée dans les couloirs de la DDASS.

"C'est un sujet pas drôle. La plupart de ces gens-là sont des enfants de la DDASS qui ont donc été appelés, en général, par leur deuxième prénom. Guy Georges s'appelle Guy Rampillon. Quand il est abandonné par sa mère et que l'abandon est reconnu par la DDASS, on prend son deuxième prénom, qui est Georges, et on l'appelle Guy Georges”, confie alors le journaliste.

En effet, Guy Georges, illustre tueur en série, est né le 15 octobre 1962. Il a été abandonné par sa mère lorsqu’il n’était encore qu’un tout petit garçon avant d’être confié à la DDASS le 9 mai 1963. Emile Louis quant à lui a été placé auprès des services sociaux dès sa naissance, et on connaît tous ce qu’a été son terrifiant parcours criminel par la suite.

Voici enfin l'explication que l’on attendait depuis longtemps !  

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème