France Dimanche > Actualités > Christophe Lambert : Un douloureux secret de famille !

Actualités

Christophe Lambert : Un douloureux secret de famille !

Publié le 5 novembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Christophe Lambert révèle l'éprouvante existence de son frère handicapé disparu en 2013 d'un cancer des os…

Dans quelques jours et jusqu'au 29 novembre, les petits moussaillons de tous bords pourront se ruer aux Folies Bergère à Paris pour aller voir Pirates, le destin d'Evan Kingsley, un spectacle musical coproduit par Christophe Lambert ! Si la crise sanitaire le permet… L'acteur qui a gardé son âme d'enfant vient d'ailleurs de faire de poignantes confidences sur son passé, révélant au passage un douloureux secret de famille : « J'étais un enfant excessivement perdu, en quête d'affection, a expliqué le comédien à Gala. […] Gilles était mon aîné de quatre ans. Nous avons été séparés très tôt. Mon frère avait un handicap mental. Il avait un lien très fort avec ma mère. Très fort. Fusionnel. »


Si la maman du héros de Greystoke, la légende Tarzan, qui exerçait le beau métier de pédopsychiatre, a su nouer une relation très proche avec son premier fils, son papa n'a malheureusement pas réussi à forger le même lien.

Georges Lambert-Lamond, diplomate et cofondateur de la Société des Nations, devenue ensuite l'ONU, s'est trouvé, comme beaucoup de parents dans cette situation, désemparé par la « différence » de Gilles : « Mon père avait 50 ans quand je suis né, il venait d'un tout autre univers où l'affection se limitait à une accolade, a encore confié le producteur. Et il vivait très mal le handicap de mon frère. Il le cachait. Je ne pense pas qu'il se sentait coupable, mais il était triste, déçu surtout. Il me disait : “Tu es mon seul fils”. »

Des paroles marquantes qui n'ont pourtant pas empêché Christophe Lambert d'aimer passionnément son grand frère. Au point de lui dédier, en 1986, son César du meilleur acteur pour son rôle dans Subway, un geste mystérieux à l'époque, puisque personne ne connaissait son existence… « Je ne serais pas ce que je suis sans lui, a enfin révélé l'auteur de La Fille porte-bonheur (éd. Plon). Il est ma part d'innocence, de naïveté, de fragilité. Dans cette famille éclatée qui était la nôtre, mon frère avait la pensée la plus sincère, la plus pure. »

Le père d'Eleanor, 27 ans, née de son union avec l'actrice américaine Diane Lane, annonçait, en 2015, la mort deux ans plus tôt de cet être tant aimé : « Il est décédé en 2013 d'un cancer des os, confiait-il au Figaro. Grâce à lui, je sais qu'il ne faut jamais se prendre au sérieux. Être rêveur et infantile, c'est important. »

Clara MARGAUX

À découvrir