France Dimanche > Actualités > Christophe Michalak : Dragué !

Actualités

Christophe Michalak : Dragué !

Publié le 21 décembre 2014

Depuis sa plus tendre enfance, notre champion du monde de pâtisserie est atteint d’une terrible addiction.  

Profiteroles exotiques, beignet à la crème aromatisée au thé Earl Grey, mousse légère au chocolat dans son écrin et confit de praliné minute, tarte au citron et verveine déstructurée… Pour notre champion du monde de la pâtisserie 2005, chaque création est une véritable œuvre d’art. Pas étonnant de la part de Christophe Michalak, qui, enfant, voulait devenir dessinateur.

Michalak livre 2Mais, à défaut d’entrer aux Beaux-Arts, Christophe s’est lancé directement dans la vie active et, à 16 ans, est tombé dans la marmite, ou plutôt le moule de la gastronomie ! Cultivant sa mémoire gustative et se nourrissant de tous les ouvrages culinaires, il a fini par décrocher son CAP de pâtissier à la chambre des métiers d’Angers. Pour le plus grand plaisir de nos papilles !

Aujourd’hui, que ce soit au prestigieux Plaza Athénée, à Paris VIIIe, aux commandes de l’émission Dans la peau d’un chef, sur France 2, ou encore au sein de son école, la Michalak Masterclass, ouverte il y a un an à Paris Xe, Christophe Michalak ne se lasse pas de nous faire découvrir et partager les secrets de sa gourmandise.

Cependant, derrière le génie du chef se cache une secrète et redoutable addiction. Le chef pâtissier de 41 ans avoue en effet être un vrai drogué… de chocolat ! Partout, tout le temps, sous toutes ses formes, Christophe a besoin de sa dose quotidienne, sans laquelle il se sent triste, comme il l’a confié dans les colonnes du Parisien.

Michalak livre 1Extase

« Je suis chocolophile. Dès le petit déjeuner, je mange deux mousses au chocolat à la praline. Au goûter, je grignote une tablette avec des noix de pécan caramélisées. Et je ne finis jamais un déjeuner ou un dîner sans avoir mangé du chocolat, idéalement un brownie accompagné d’une mousse alvéolée. »

Une dépendance qui ne date pas d’hier, puisque, enfant déjà, Christophe Michalak était accro aux barres chocolatées. « Un de mes premiers souvenirs de chocolat, a-t-il expliqué, c’est chez ma nourrice, qui me donnait un BN tartiné de Nutella que je trempais dans du chocolat chaud. »

Si le cacao lui procure douceur et sérénité, il lui occasionne cependant un véritable désagrément : « Tous les jours, j’ai la bouche acide parce que j’en ai trop mangé, mais le lendemain je recommence. » C’est plus fort que lui ! Christophe Michalak en distille d’ailleurs dans tous ses plats et ne va certainement pas tarder à initier Victor, son petit garçon de 6 mois, à cette douce extase.

Laura Valmont

À découvrir