France Dimanche > Actualités > Claire Chazal : Elle a menti sur son passé !

Actualités

Claire Chazal : Elle a menti sur son passé !

Publié le 29 août 2014

En se confiant sur son enfance dans le Puy-de-Dôme, le  frère aîné  de la reine du JT vient de faire une incroyable révélation sur sa petite sœur.

Sa blondeur et sa façon d’être ont vite conquis les téléspectateurs de TF1. Peu à peu donc, nous lui avons fait une place chez nous, pensant la connaître un peu mieux d’année en année, au point que l’on pouvait deviner chez elle une sorte de douleur diffuse, cachée derrière son sourire.

Claire Chazal en noirEt si nous avons aujourd’hui cette perception de la star du JT, c’est aussi qu’à force de confidences dans la presse, Claire Chazal a tissé son histoire, celle d’une petite fille née dans une famille où effort et travail semblaient primer sur la légèreté.

« Je n’ai pas été élevée avec pour but le bonheur », confiait-elle, en effet, à Paris Match en 1997. Ainsi, au fil de ses interviews, a commencé à se dessiner le portrait d’une femme qui semblait, à chaque fois qu’elle se livrait, un peu plus humaine, mais aussi porteuse d’une étrange tristesse héritée de son enfance.

De son enfance, c’est-à-dire de ses parents, une mère institutrice, puis professeur de lettres, et un père, ajusteur, devenu, à force de volonté, énarque et haut fonctionnaire à la Cour des comptes. Avec de tels modèles, l’on peut comprendre que la fantaisie n’ait pas été une priorité pour cette famille. « J’aurais eu envie, peut-être, de voir plus de joie de vivre autour de moi, expliquait Claire à Paris Match en 1996. J’aurais eu envie que mes parents sortent davantage […] »

Claire Chazal livreIsolés

La manière qu’avaient son père et sa mère de vivre comme isolés du monde expliquerait donc, à ses yeux, sa propre tendance à rester sur la réserve. Pourtant, aujourd’hui, quelqu’un n’est pas d’accord avec ce point de vue. Cet homme, c’est son frère aîné, Philippe, 62 ans. Lui aussi a eu besoin de faire connaître sa vérité, et il s’est confié à Marie Bernard, qui vient de publier Claire Chazal, une passion française, aux éditions du Moment.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa vérité est très éloignée de celle de sa sœur, comme si celle-ci avait brossé un portrait mensonger de ses jeunes années : « J’ai plutôt vécu une adolescence extrêmement heureuse. Pour ma part, j’ai une vision totalement différente de mes parents. J’ai même le sentiment inverse de Claire. Je trouve d’ailleurs très étonnant que, tout en vivant sous le même toit, nous ayons une vision aussi divergente des choses », dit-il dans cet ouvrage.

Aujourd’hui, cet homme, qui appartient aussi au monde l’audiovisuel, puisqu’il a lancé la chaîne Histoire et officié sur France 4 et Arte, a, comme sa sœur, besoin de dire à quoi a ressemblé son enfance, sans doute pour défendre la mémoire de son père et de sa mère. « Je souhaite corriger l’image un peu sévère que Claire donne de nos parents. Ils ne sont pas comme ça. »

Le frère de Claire, Philippe
Le frère de Claire, Philippe

Selon lui, ces derniers étaient accueillants et d’une incroyable patience. Surtout quand ses copains arrivaient à l’improviste pour dîner ! Philippe Chazal affirme que bien que l’appartement ne soit pas grand, et qu’ils faisaient beaucoup de bruit, ses parents ne lui disaient rien !

Il va même jusqu’à expliquer que chaque 31 décembre, ils lui laissaient la place pour qu’il fasse la fête avec ses camarades, pendant qu’eux allaient à l’hôtel ! « Tous mes amis pourraient témoigner du fait qu’ils trouvaient mes parents assez incroyables. Mais cela, Claire ne le raconte pas. Elle livre sa vision des choses », confie-t-il encore.

Claire Chazal profilCependant, Philippe a conscience que l’on peut percevoir autrement ses jeunes années : « À partir d’un même corpus, d’une même vie […] chacun se construit un monde très différent », dit-il. Par ailleurs, en tant que garçon, il n’a sûrement pas eu à affronter les mêmes obstacles que sa sœur. « Mes parents ont beaucoup privilégié l’autonomie pour une fille, confiait-elle à Gala, en 2013. […] Il fallait faire des études, avoir un diplôme […] pour être aussi libre qu’un homme ».

Voilà sans doute pourquoi le frère et la sœur ont ressenti leur enfance de façon si opposée. Aujourd’hui, chacun a fait sa vie, et s’ils ne semblent pas être proches, Philippe et Claire Chazal sont reliés par des points invisibles qu’ils ne peuvent défaire. Comme le choix de leur métier, par exemple.

La triste disparition de leur père, en novembre 2012. Et tous les souvenirs qu’ils partagent, qui, même s’ils ne sont pas identiques, forment ce qui s’appelle une histoire.

Laurence Paris

À découvrir