France Dimanche > Actualités > Claude Lelouch : Il se confie sur sa mort !

Actualités

Claude Lelouch : Il se confie sur sa mort !

Publié le 9 mai 2022

.photos:coadic-guirec-/-bestimage

Pour certaines personnes, parler de la mort est un sujet tabou et terrifiant. Ce n’est pas le cas de Claude Lelouch qui a décidé d’être plutôt cash à ce sujet et de confier ouvertement sa vision des choses.

Le réalisateur n’a jamais caché sa facilité à aborder le sujet difficile que peut être la mort. Certains en ont peur, d’autres préfèrent ne pas y penser mais Claude Lelouch ne fait pas partie de ces gens-là.


Il s’est d’ailleurs souvent exprimé sur le dernier soupir par lequel nous passerons toutes et tous. Sarkozy disait que « mourir, c’est pas facile » mais le réalisateur de 84 ans préfère aborder les choses différemment. En septembre 2021, à l'occasion de la sortie de son film L'amour, c'est mieux que la vie, le cinéaste déclarait à nos confrères de l’AFP qu’on ne pourra pas « échapper » à la mort même si y penser lui donne le « trac ». Il confiait : « Donc je préfère y aller en chantant. J'ai envie qu'elle me trouve sympathique ».

C’est dans une interview accordée à La Nouvelle République que le réalisateur s’est de nouveau livré au sujet de la mort et en particulier de la sienne. À l'occasion de la sortie du film Tourner pour vivre, qui retrace notamment sept années de sa carrière filmées par Philippe Azoulay, il expliquait ce dimanche 8 mai 2022 : « Je trouve l’énergie dans le fait que j’aime la vie et qu’elle n’en finit pas de me faire des surprises. Tous les matins, je me lève tôt pour ne pas rater le début du film et je me couche le plus tard possible pour en voir le maximum. Je suis une vraie concierge, curieux de tout et tant que mon cerveau pourra analyser, je resterai curieux ».

Cela dit, Claude Lelouch ne se voile pas la face et avoue que s’il juge un jour que c’est le moment pour lui de partir, il n’hésitera pas à prendre ses dispositions. « Il n’est pas impossible que je décide du moment où je vais partir », dévoilait-il dans le long-métrage de Philippe Azoulay.

Auprès de nos confrères de La Nouvelle République, il concluait : « Si je peux le faire, je le ferai. Le jour où je sentirai que je suis un boulet. J’ai toujours tiré la charrue, été une locomotive et si un jour je sens que j’emmerde tout le monde, je partirai ».

Kahina Boudjidj

À découvrir

Sur le même thème