France Dimanche > Actualités > Clotilde Courau : Elle tremble pour Emmanuel-Philibert !

Actualités

Clotilde Courau : Elle tremble pour Emmanuel-Philibert !

Publié le 29 juin 2019

Le duc de Savoie, le mari de Clotilde Courau opéré d’une tumeur à la cloison nasale, en 2011, puis en 2012, a fait une nouvelle récidive.

Comme nombre de couples qui durent, le leur a connu des hauts et des bas. De grandes joies – les naissances de leurs deux filles, Vittoria, 15 ans, et Luisa, 12 ans –, et de pénibles périodes de doute. Dix ans après qu’Emmanuel-Philibert de Savoie et Clotilde Courau s’étaient dit « oui », en 2003, à Rome, on prêtait en effet au séduisant prince de Venise et du Piémont de nombreuses aventures, dont une liaison durable avec l’animatrice Karine Le Marchand… Plusieurs rumeurs, appuyées par des témoignages de proches, prédisaient même un prochain divorce !

Depuis, l’eau a coulé sous les ponts et, n’en déplaise aux mauvaises langues, ils sont toujours mariés. Plus épris et soudés que jamais, ils seraient aussi résolus à faire face, ensemble, à la nouvelle épreuve qui vient de s’abattre sur leur famille.


Tout a commencé à l’automne 2011, cette triste journée où Emmanuel-Philibert réalise qu’il ne peut plus parler, comme il l’avait raconté à l’époque à la revue italienne Diva e Donna : « Un jour, je me suis retrouvé sans voix, et ma femme Clotilde m’a dit : “Va consulter.” »

Les examens révèlent alors que le prince a développé une tumeur à la cloison nasale qu’il faut opérer rapidement. Il se fait hospitaliser en décembre, dans le plus grand secret. On découvre alors qu’entre la première consultation et l’opération, la grosseur a doublé de volume !

L’intervention est très lourde : on lui retire les trois quarts du cartilage et une partie de l’os nasal. Cependant, les médecins sont confiants : l’analyse laisse penser que la tumeur est bénigne.

Pourtant, quelques mois plus tard, en avril 2012, nouvelle alerte. Les symptômes sont réapparus, la tumeur avec, et le fils du  chef de la maison de Savoie doit repasser sur le billard.

S’il est très éprouvé, le malade, très croyant, ne perd pas espoir : « Je crois vraiment à l’idée de l’ange gardien, d’une personne au-dessus de nous qui nous aide dans ces moments difficiles », confiait-il quelque temps avant sa nouvelle hospitalisation.

Sept ans se sont écoulés depuis ce second curetage, chaque année passée éloignant la menace d’une récidive…

Mais il est hélas des maladies retorses, qui ressurgissent au moment même où l’on s’y attend le moins !

Se savait-il de nouveau atteint, lorsque, le 3 avril dernier, le prince a adressé sur Instagram, cet émouvant message à la femme de sa vie qui fêtait ce jour-là son 50e anniversaire ?

« Je t’aime terriblement. Si une fleur s’épanouissait chaque fois que je pense à toi, chaque désert en serait plein [citation de Khalil Gibran, poète libanais du xxe siècle, ndlr]. Joyeux anniversaire mon amour. »

Et est-ce parce qu’il savait son hospitalisation prochaine qu’il n’est pas venu à Cannes soutenir sa comédienne préférée, héroïne du film de Rebecca Zlotowski, Une fille facile, qui concourrait dans la Quinzaine des réalisateurs ? Une cérémonie qu’Emmanuel-Philibert a néanmoins tenu à suivre en direct sur son ordinateur, comme on peut le voir sur la story qu’il a publiée sur son compte Instagram. Il y filme son épouse adorée en train de monter les marches. Une vidéo qu’il a accompagnée de ce commentaire bref, mais qui en dit long sur les sentiments qu’il lui porte : « Proud of you [fier de toi, ndlr] ».

Ce mardi 28 mai, c’est une image beaucoup moins glamour que l’aristocrate a fait paraître sur les réseaux sociaux : une photo de son avant-bras, sur lequel est tatoué le prénom de Clotilde, avec, au poignet, un bracelet d’identification médicale. 

Le petit texte accompagnant ce cliché se veut positif. Difficile pourtant de ne pas déceler l’angoisse perlant entre ces lignes. 

« Ce n’est pas mon habitude mais j’anticipe des spéculations… Aujourd’hui, je me refait opérer du même problème que j’avais rencontré il y a quelques années… et que je ne veux pas nommer. »

La tumeur, peut-être cancéreuse, que par superstition, il refuse d’appeler par son nom, n’a donc pas été neutralisée. Une réapparition d’autant plus inquiétante que c’est la troisième fois qu’il se la fait ôter !

S’agit-il du « crabe » ? Il est encore un peu tôt pour le savoir. Une chose est sûre, l’intervention a été rapide, puisque le lendemain même, Emmanuel-Philibert était de retour chez lui et remerciait, via son compte Facebook, les nombreuses personnes qui lui avaient adressé des messages de soutien et d’espoir. « Je vais bien, quelques jours de repos et après… En avant ! » concluait-il avec optimisme.

Un optimisme, sans aucun doute entretenu par sa belle Clotilde et leurs deux filles, plus proches de lui que jamais…

Lili CHABLIS

À découvrir