France Dimanche > Actualités > Corinne Masiero : Elle n’en fait qu’à sa tête !

Actualités

Corinne Masiero : Elle n’en fait qu’à sa tête !

Publié le 10 mai 2018

Les improvisations de Corinne Masiero, aussi drôles que déroutantes dans “Capitaine Marleau”, déstabilisent ses partenaires.

Lors de son retour sur nos écrans, le mardi 17 avril, la comédienne à la gouaille inimitable a, une fois encore, permis à France 3 et son désormais célèbre Capitaine Marleau d’exploser toutes les audiences, séduisant 7,2 millions de téléspectateurs !

Mais d’où vient l’engouement du public pour cette actrice qui semblait, jusqu’à ce personnage taillé sur mesure par Josée Dayan, abonnée aux rôles secondaires ?

Son accent ch’i qui la rend si proche des gens ?

Ses accoutrements improbables ?

Ou encore ses envolées épiques qui, à chaque fois, font mouche ?


Des répliques inattendues qui sont souvent devenues cultes :
«Comme disait Marguerite Creton, mon institutrice au CM2 : il ne faut jamais désespérer d’un abruti »

«Vous savez pourquoi on dit de moi que je suis moche ? Parce que c’est vrai ! »

«Un jeune sans portable, c’est comme un actionnaire sans licenciements : ça peut pas suivre »

«Si eux, c’est des terroristes, moi j’suis Béatrice Dalle »

Ça va, les Coton-Tige ? [les hommes de la police scientifique en combinaison blanche, ndlr] »

« Aimons-nous vivants, n’attendons pas que la mort nous trouve du talent : ça, c’est saint François Valéry ! »

Franc-parler

Bref, on l’aura compris, son naturel souvent déroutant, sa personnalité hors du commun, et surtout son franc-parler et son sens de l’improvisation ont, au fil des saisons, conquis un très large public.

Mais ces qualités ont aussi le don de dérouter ses partenaires.

Jean-Hugues Anglade qui, après avoir partagé l’affiche avec Corinne dans les adaptations pour France 2 des polars de Fred Vargas, vient de la retrouver lors du dernier épisode en date du Capitaine Marleau, parle de leur première rencontre.

L’acteur se souvient d’une personne plutôt « renfermée et très intimidée du fait de jouer pour Josée Dayan, explique-t-il au Parisien. Mais qui a tout de suite été à l’aise sur le tournage, et a construit un personnage singulier. Depuis, elle n’a pas changé. »

Et le comédien d’ajouter : « Corinne a une grande humanité, une gentillesse et relativise pas mal. Avec elle, il n’y a pas de tension. Moi, elle me prévient et me dit : “J’ai revu le texte car je trouvais ça ringard, nul, et j’ai réécrit”. Et elle me propose sa version. »

Et parfois, elle n’hésite pas à faire des petites surprises, comme ce jour où, à la fin d’une réplique, elle a lancé à un partenaire : « Oh mon prince, vous êtes une perle ! » Juste parce qu’« elle savait que Prince était mon idole absolue, a raconté ce dernier dans Télé 7 Jours, et que j’aimais son album Diamonds and Pearls. J’ai eu du mal à contenir un fou rire. »

Jean-Claude Drouot, qui joue dans la série le médecin légiste Léopold Salaun, assure quant à lui qu’avec un perpétuel décalage, « elle ringardise les autres polars ! »

Et d’insister sur ce point : « Quand on joue avec elle, on doit être dans l’écoute à 100 %, car elle peut avoir une réaction surprise. On invente au fur et à mesure. »

Des propos que la blonde de 54 ans a confirmés sur Europe 1 : « Je réécris mes dialogues, soit en fonction de l’actualité, soit pour faire un clin d’œil à des copains. Et puis après, il y a de l’import. »

Fierté

Du coup, pour ne pas trop déstabiliser ses camarades de jeu, l’actrice révèle apprendre les répliques de chacun d’entre eux, en plus des siennes.

« Je ne veux pas les foutre dans le brin, comme on dit chez moi. Comme je change mes trucs, il faut que je sache à quel moment intervenir pour ne pas les déranger. »

Si elle est loin de respecter les canons de beauté en vigueur tant au cinéma qu’à la télé, Corinne s’en fiche pas mal, avouant non sans fierté : « Pourquoi les actrices devraient être mignonnes ? Moi, je revendique le droit d’être moche ! »

D’ailleurs comme elle vient de le confier dans Paris Match, elle déclare aux photographes qui l’immortalisent : « Promets-moi de ne pas retoucher les images. Pourquoi devrait-on avoir honte de ce que l’on est ? »

Côté cœur, Corinne partage depuis quinze ans la vie de Nicolas Grard, directeur d’une troupe de théâtre de rue rencontré à une manif anti-medef.

Ils ont choisi de ne pas avoir d’enfant. « J’aurais trop peur qu’il me ressemble », dit-elle.

Le 12 février, l’actrice nordiste recevait le prix d’interprétation féminine aux Lauriers de la radio et de la télévision pour son rôle dans la série la plus regardée de France en 2017.

Ce succès se double d’une nouvelle notoriété qu’elle reconnaît avoir bien du mal à gérer. « Je vis difficilement le fait qu’on m’aime, confie-t‑elle. Les gens ne m’agressent pas, mais quand on me dit qu’on m’aime bien, ça m’agresse. Alors je vais voir ma psy plusieurs fois par semaine. »

Une très belle revanche en tout cas pour cette femme qui s’est longtemps égarée dans les paradis artificiels.

Laura VALMONT

À découvrir